En voie de disparition, la baleine noire de l’Atlantique Nord fait l’objet d’une surveillance particulière et de mesures de protection spéciales. Sa sauvegarde est un enjeu écologique, patrimonial et culturel. Elle représente un véritable défi de cohabitation entre baleines et activités humaines.

Tout au long de 2020, suivez sur cette page l’actualité des baleines noires.

Baleines noires de l'Atlantique Nord: le contexte

Avec une population estimée à moins de 400 individus, les baleines noires de l’Atlantique Nord – aussi appelées baleines franches de l’Atlantique Nord ou baleines de Biscaye – sont en situation critique. Alors que les espèces australes de baleines noires possèdent des populations en croissance, la baleine noire de l’Atlantique Nord, elle, est en voie de disparition. Il ne resterait qu’une centaine de femelles en âge de se reproduire dans la population, et les naissances sont rares, tandis que la mortalité attribuable à l’activité humaine reste élevée. En seulement 3 ans, 31 carcasses de baleines franches ont été repérées au large des côtes canadiennes et étasuniennes.

Après avoir été chassée intensivement pendant des siècles, cette «baleine urbaine» fait désormais face à d’autres difficultés, principalement les collisions avec des navires et les empêtrements dans des cordages de pêche. Il faut dire que son aire de répartition est très impactée par la présence humaine. La baleine noire de l’Atlantique Nord passe généralement l’hiver au large de la Floride et de la Géorgie, où elle met bas, puis migre vers le nord au printemps, en direction de la baie de Fundy, de Cape Cod et du golfe du Maine, pour se nourrir dans les eaux froides et riches en proies. En savoir plus sur la baleine noire de l’Atlantique Nord.

Depuis 2017, probablement à cause du réchauffement des eaux côtières, la baie de Fundy semble moins fréquentée par cette espèce, alors qu’en parallèle, des baleines noires sont observées beaucoup plus fréquemment dans le golfe du Saint-Laurent. Cette année-là, 18 carcasses sont retrouvées près des côtes canadienne et étatsunienne, dont 12 dans le Saint-Laurent. Un évènement de mortalité catastrophique pour l’espèce qui entraine la mise en place de mesures d’urgences dans le courant de l’été. Retrouvez ici le déroulement des évènements de l’année 2017.

En 2018, peut-être grâce à l’application de mesures importantes dans le golfe du Saint-Laurent (zone de réduction de la vitesse des bateaux, aménagement de la pêche au crabe), aucune carcasse de baleine noire n’est retrouvée côté canadien, et seulement trois côté étatsunien. Le suivi  2018 est ici.

En 2019, pourtant, malgré la continuité des mesures de protection, ce sont 10 carcasses qui sont retrouvées au Canada et aux États-Unis, portant la mortalité à 31 individus en seulement 3 ans. Les nécropsies réalisées ne permettent pas toujours d’identifier la cause du décès, mais pointent vers des collisions avec des navires et des empêtrements. Revivez le déroulement de l’année 2019 ici.

Face au défi que représente la coexistence des baleines noires de l’Atlantique Nord avec les activités humaines, l’industrie maritime et l’industrie de la pêche se sont mobilisées pour chercher des solutions pour 2020.

Ressources et références

Fiche pratique sur la baleine noire de l’Atlantique nord: Baleines en direct

Catalogue de photo-identification des baleines noires de l’Atlantique Nord: New England Aquarium

Carte interactive des observations de baleines noires en eaux canadiennes: WhaleMap et Attentif aux baleines

Carte interactive des observations de baleines noires en eaux étatsuniennes: NOAA

Suivi des mesures de ralentissement en prévention des collisions: Transports Canada

Suivi des fermetures de zones de pêche: Pêches et Océans Canada

Mesures de gestion des pêches 2020: Pêches et Océans Canada

Rapport sur la mortalité 2019: North Atlantic Right Whale – 2019 Mortality events report

Podcast CBC en 6 épisodes sur la problématique des baleines noires (2017, en anglais): Deep Trouble

Suivi des évènements pour 2020

Le 8 janvier 2020, un quatrième veau de baleine noire de l’Atlantique Nord est repéré au large de la Floride, aux États-Unis. Une bonne surprise après des années maigres en terme de naissances (3 naissances en 2017, zéro en 2018 et 7 en 2019). Il s’agit du veau de la femelle #2360, surnommée Derecha.

Malheureusement, le tout jeune baleineau est dans un piètre état. D’immenses cicatrices traversent sa tête jusqu’à la mâchoire, probable signe d’une collision avec une hélice de moteur de bateau. Les pronostics ne sont pas optimistes: la blessure endommage la bouche et pourrait empêcher le veau de se nourrir.

Le veau fait l’objet d’une intervention poussée et notamment d’un injection d’antibiotiques pour lui venir en aide, mais le couple mère-veau n’a pas été revu depuis janvier.

Dossier de suivi de cas – NOAA Fisheries (en anglais)

Ralentissement à dix nœuds dans certains secteurs, fermeture de zones de pêche, surveillance accrue : le gouvernement du Canada a annoncé ses mesures de réduction des risques d’empêtrement et de collisions pour les baleines noires de l’Atlantique Nord. Lire la suite

On savait la population des baleines noires de l’Atlantique Nord en difficulté, mais une étude publiée début 2020 vient encore souligner leur grande fragilité. Des chercheurs ont en effet comparé la condition corporelle des baleines noires de l’Atlantique Nord avec celle de leurs cousines de l’hémisphère Sud. Le résultat est sans appel : « la condition physique de la baleine noire de l’Atlantique Nord est nettement moins bonne que celle des trois populations de baleines franches du Sud [étudiées] », souligne Fredrik Christiansen de Aarhus University, au Danemark, et auteur principal de l’étude.

Pour arriver à cette conclusion, il a fallu la collaboration de 12 instituts de recherche, dans 5 pays différents. Cette équipe internationale s’est attelée à mesurer la longueur et le tour de taille de baleines noires grâce à la photographie aérienne et à la technique dite de photogrammétrie. Trois des populations étudiées – des baleines franches australes d’Argentine, d’Australie et de Nouvelle-Zélande – sont des populations en croissance, tandis que la population de baleines noires de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis) est, elle, en déclin.

Lire la suite

Elles sont de retour dans le golfe du Saint-Laurent après un hiver dans les eaux côtières de la Floride et de la Géorgie! Les deux premières baleines noires de l’Atlantique Nord de la saison ont été repérées à l’est de la baie des Chaleurs, le 3 mai, lors d’un relevé aérien réalisé par le gouvernement du Canada.

Cette observation a immédiatement entrainé la mise en place des nouvelles mesures de protection dynamiques prévues par Pêches et Océans Canada. Ainsi, une zone de 2000 km² a rapidement été fermée à la pêche commerciale pour une quinzaine de jours, afin de limiter les risques d’empêtrements. Si les observations de baleines perdurent dans la même zone, celle-ci restera fermée pour le reste de la saison.

Dès le 28 avril, et avant même l’arrivée des deux cétacés, un corridor de ralentissement avait été mis en place pour diminuer les risques de collision.

Suite à l’observation aérienne de deux baleines noires dans une nouvelle zone du golfe du Saint-Laurent – les images n’ont pu permettre de déterminer s’il s’agissait des mêmes baleines que la semaine précédente – Pêches et Océans Canada a annoncé la fermeture d’une vingtaine de quadrilatères de pêche supplémentaires.

Dès le 16 mai, ce sont environ 4000 kilomètres carrés, situés entre la Gaspésie et les îles de la Madeleine, qui doivent être libérés de tout engin de pêche sans surveillance. Il s’agit essentiellement ici de casiers de crabes. Cette fermeture est en principe maintenue pour une durée de 15 jours.

De nouvelles observations de baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent ont pour conséquences de nouvelles annonces de fermetures. Mais cette fois, certaines zones de pêche resteront fermées pour l’ensemble de la saison, soit jusqu’au 15 novembre.

En effet, deux baleines noires de l’Atlantique Nord ont été repérées le 17 mai entre la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, tandis qu’un individu isolé était aperçu la veille au sud de l’ile d’Anticosti.

En réponse à la présence de ces baleines en voie de disparition, le nouveau protocole de fermeture dynamique prévoit ainsi la fermeture de nouvelles zones de pêche dès le 21 mai.

Les nouvelles zones impactées sont fermées pour une quinzaine de jours. Cependant, huit quadrilatères de pêche, dans lesquelles des baleines avaient déjà été observées ces dernières semaines, vont subir une fermeture permanente jusqu’à la fin de la saison. L’objectif est de protéger particulièrement les zones très fréquentées par les baleines.

Depuis le début de l’année 2020, l’actualité concernant les mesures de protection spécifiques aux baleines noires de l’Atlantique Nord joue les montagnes russes, entre espoirs, réussites, déceptions et difficultés.

Côté☺, pas de carcasse repérée à date côté canadien, et de nombreuses zones de pêches fermées. Un appel d’offre de l’Agence spatiale canadienne pour suivre les baleines noires par satellite et un fonds de recherche pour comprendre et lutter contre les empêtrements aux États-Unis.

Côté ☹, des pêcheurs sous pression à cause des fermetures de zones, des limites de vitesse volontaires peu ou pas respectées dans le détroit de Cabot, et une réserve marine au large du New Jersey, utilisé comme couloir de migration, rouvert à la pêche commerciale.

En ce mois de juin, Baleines en direct fait le point sur les bonnes et les moins bonnes nouvelles.

 

 

Une carcasse de baleine noire de l’Atlantique Nord a été repéré le jeudi 25 juin au large d’Elberon, dans les eaux du New Jersey. Il s’agit de la première carcasse de la saison pour cette espèce en danger, coté étasuniens. Côté Canada, aucune carcasse n’a pour le moment été signalée.

Les équipes locales ont pu récupérer la carcasse pour une nécropsie. La carcasse est identifiée comme étant celle d’un jeune veau mâle, né cet hiver de la baleine #3560.

Les études préliminaires montrent un grand nombre de blessures sur la tête et le corps de la baleine, qui correspondraient à une collision avec un navire. Âgée seulement de sept mois, la jeune baleine noire de l’Atlantique Nord  a vraisemblablement été tuée par une collision avec un navire. Pire: l’examen de la carcasse a révélé deux accidents, à quelques semaines d’intervalle. Lire plus

 

Grands dossiers - 14/5/2020

Laure Marandet

Laure Marandet est rédactrice pour le GREMM depuis l'hiver 2020. Persuadée que la conservation des espèces passe par une meilleure connaissance du grand public, elle pratique avec passion la vulgarisation scientifique depuis plus de 15 ans. Ses armes: une double formation de biologiste et de journaliste, une insatiable curiosité, un amour d'enfant pour le monde animal, et la patience nécessaire pour ciseler des textes à la fois clairs et précis.

Articles recommandés

Baleines noires de l’Atlantique Nord: nouvelles mesures et continuité pour 2020

Ralentissement à dix nœuds dans certains secteurs, fermeture de zones de pêche, surveillance accrue : le gouvernement du Canada a annoncé…

|Grands dossiers 28/2/2020
La carcasse de la baleine noire Wolverine flotte à la surface, le ventre exposé

Baleines noires : le dossier de 2019

Les baleines noires de l’Atlantique Nord sont en voie de disparition. Leur espèce ne compte plus que quelque 400 individus.…

|Grands dossiers 3/7/2019

Développements industrialo-portuaires sur le Saguenay : le point de vue «béluga»

Trois projets de développement industrialo-portuaires aux abords de la rivière Saguenay sont aux dernières étapes ou ont complété le processus…

|Grands dossiers 24/5/2019