D'abord, il faut les repérer

Balayer l’eau à l’œil nu est la meilleure option pour ratisser une grande surface. De cette manière, vous pourrez utiliser vos jumelles pour observer de plus près si vous voyez quelque chose d’inhabituel. La plupart du temps, un panache de brume au-dessus de la surface de l’eau provenant de son expiration est le premier signe de la présence d’une grande baleine. On appelle ce panache un souffle ou un jet. Par temps dégagé, un tel panache est visible à des kilomètres! Une fois que vous aurez repéré un souffle, continuez à regarder dans la même direction puisque vous pourriez voir le dos de cet immense animal. Comme nous l’avons mentionné précédemment, chaque espèce est différente, tout comme ses comportements. Selon le type de baleine que vous avez repéré et ce qu’elle fait, vous pourrez observer quelques autres souffles avant que l’animal ne plonge plus en profondeur.

Conseil : restez alerte. Chaque baleine doit remonter à la surface pour respirer à nouveau et après une plongée en profondeur, la baleine peut refaire surface partout et à tout moment. Elles sont capables de parcourir de longues distances durant leur plongée.

Maintenant, comment reconnaitre l'espèce?

Les baleines vivent entre deux mondes. Elles ne dévoilent qu’une petite partie de leur corps quand elles viennent en surface. Apprenez à reconnaitre les principales espèces du Saint-Laurent grâce aux quelques indices suivants.

Petit rorqual

  • taille moyenne (6 à 9 m)
  • dos noir
  • souffle peu ou pas visible
  • nageoire dorsale courbée visible presque aussitôt que l’animal apparait
  • on voit habituellement l’évent et la nageoire dorsale en même temps, tandis qu’on verra d’abord le souffle et l’évent, le dos puis la nageoire dorsale pour le rorqual commun
  • le dos forme une demi-lune plutôt qu’une ligne
  • ne montre pas la queue quand il plonge
  • souvent dynamique : sauts et roulades, parties blanches ou roses alors bien visibles.
  • lorsqu’il saute, on le différencie du rorqual à bosse par ses nageoires lisses.

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Rorqual commun

  • grande taille (18 à 21 m)
  • dos gris foncé presque noir
  • souffle puissant, audible et souvent visible (4 à 6 m de haut)
  • nageoire dorsale courbée bien visible quand l’animal plonge
  • on voit d’abord le souffle, l’évent, puis le dos et la nageoire dorsale
  • ne montre généralement pas la queue lorsqu’il plonge
  • parfois seul ou en paires, souvent en groupes de trois à six individus en formation serrée
  • on le distingue du rorqual bleu par sa taille un peu plus petite et sa couleur plus foncée

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Rorqual bleu

  • grande taille (20 à 25 m)
  • dos gris bleuté ou gris pâle, souvent tacheté
  • souffle puissant, visible et audible sur plusieurs kilomètres (6 m et + de haut)
  • large évent formant une bosse au-dessus de la tête
  • minuscule nageoire dorsale
  • typiquement solitaire, mais parfois en paires
  • environ 15 % des rorquals bleus du Saint-Laurent montrent la queue en plongeant

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Rorqual à bosse

  • taille intermédiaire (11 à 13 m), entre celle du petit rorqual et celle du rorqual commun
  • dos noir
  • souffle en forme de ballon (presque aussi large que haut), peut atteindre 3 m de hauteur.
  • petite nageoire dorsale montée sur une bosse
  • tubercule sur le rostre (museau)
  • montre généralement une queue noire et blanche en plongeant
  • souvent dynamique : sauts, coups de queue, coups de nageoires pectorales (très longues, blanches ou noires)

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Baleine noire

  • taille intermédiaire (10 à 17 m), entre celle du petit rorqual et celle du rorqual commun
  • dos noir et callosité jaune, blanche ou orangée sur le dessus de la tête
  • souffle en forme de V (deux jets bien distincts, les orifices de l’évent double étant bien séparés), 5 m de hauteur
  • pas de nageoire dorsale
  • pas de sillons ventraux
  • la baleine noire se déplace très lentement

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Cachalot

  • taille intermédiaire (11 à 18 m), entre celle du petit rorqual et celle du rorqual commun
  • dos gris, noir ou brunâtre
  • souffle puissant très incliné (l’évent est nettement décalé sur le côté gauche de la tête), 3 m de hauteur.
  • nageoire dorsale en forme de bosse qui apparait en même temps que le souffle
  • montre parfois une queue foncée de forme triangulaire à la plongée

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Béluga

  • petite taille (3 à 5 m)
  • courte apparition, facile à confondre avec l’écume des vagues
  • adulte entièrement blanc
  • souffle peu ou pas visible
  • sort parfois la tête ou la queue de l’eau
  • souvent en groupe
  • ATTENTION! Il est interdit de s’approcher d’un béluga. S’il s’approche de votre embarcation, il faut s’en éloigner le plus doucement, mais rapidement, possible.

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Marsouin commun

  • la plus petite baleine du Saint-Laurent (1,5 m à 2 m)
  • dos foncé
  • souffle pas visible, mais sonore
  • grosse nageoire dorsale triangulaire, contrairement à celle du dauphin qui est plus étroite et courbée
  • seul ou en petits groupes
  • difficile à observer sauf par temps très calme
  • mouvement de nage rapide sans éclaboussure

Apprenez-en plus sur cette espèce dans sa fiche signalétique.

Magazine

Se plier aux caprices du fleuve glacé

Loin au large à l’est de Pointe-Paradis, cinq formes noires imposantes font ponctuellement surface pendant parfois une dizaine de secondes :…

| 22/1/2020

Est-ce normal de voir autant de baleines en hiver?

Au début du mois de janvier, l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a reçu…

| 17/1/2020

La glace, amie et ennemie des mammifères marins

«La glace commence à se former»: voilà un constat partagé un peu partout le long du Saint-Laurent. Son étendue varie…

| 15/1/2020