Qu’est-ce que le souffle?

La respiration d’un grand rorqual prend de 1 à 2 secondes seulement. À chaque respiration, les baleines remplacent jusqu’à 90 % de l’air contenu dans leurs poumons (contre 10-15 % pour les humains). Il est expulsé de leurs poumons à grande vitesse (des scientifiques ont mesuré jusqu’à 720 km/heure chez une jeune baleine grise) par leur nez, qui se trouve sur le dessus de la tête et qu’on appelle « évent ». L’air chaud à 37°C se condense au contact de l’air extérieur plus froid et forme un nuage. En plus de la différence de température, l’air expiré étant comprimé, la différence de pression entre les poumons et l’air ambiant provoque également la condensation ou vapeur. Dans cette masse d’air expulsée, on trouve aussi des gouttelettes d’eau et d’huile provenant des voies respiratoires supérieures ou du dessus de l’évent.

À chacun son nuage

Les caractéristiques des souffles varient selon l’espèce en fonction de sa taille et de la structure de l’évent : pour les baleines à fanons (mysticètes), un évent double formant un bourrelet sur la tête, pour les baleines à dents (odontocètes), un évent simple ou orifice au sommet de la tête.

  • Petit rorqual : peu visible, 2 mètres de hauteur.
  • Rorqual à bosse : en forme de ballon (presque aussi large que haut), peut atteindre 3 mètres de hauteur.
  • Rorqual commun : en forme de colonne, de 4 à 6 mètres.
  • Rorqual bleu : colonne visible de très loin, sur plusieurs kilomètres, 6 mètres et plus.
  • Baleine noire : en forme de V (deux jets bien distincts, les orifices de l’évent double étant bien séparés), 5 mètres de hauteur.
  • Marsouin commun : très peu visible mais très sonore.
  • Béluga : peu visible, 1 mètre de hauteur.
  • Cachalot : très incliné (l’évent est nettement décalé sur le côté gauche de la tête), 3 mètres de haut.

Mais, attention aux interprétations hâtives!

Plusieurs facteurs peuvent influencer la hauteur et la forme du nuage : le vent qui balaye les souffles ou modifie leur forme, la luminosité et l’humidité de l’air ambiant. La hauteur du souffle dépend aussi de l’activité de l’animal. Il sera plus discret quand la baleine est au repos ou peu active, ou bien lorsque ses plongées sont courtes et peu profondes.

Magazine

Se plier aux caprices du fleuve glacé

Loin au large à l’est de Pointe-Paradis, cinq formes noires imposantes font ponctuellement surface pendant parfois une dizaine de secondes :…

| 22/1/2020

Est-ce normal de voir autant de baleines en hiver?

Au début du mois de janvier, l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a reçu…

| 17/1/2020

La glace, amie et ennemie des mammifères marins

«La glace commence à se former»: voilà un constat partagé un peu partout le long du Saint-Laurent. Son étendue varie…

| 15/1/2020