Le comportement épimélétique

Ce type de comportement, appelé comportement épimélétique, est lié à un fort attachement à un congénère décédé. Les comportements épimélétiques désignent tout comportement altruiste qui implique qu’un individu en santé prenne soin d’un congénère en difficulté ou mort. On pourrait le rattacher au deuil ou encore au refus d’accepter la perte d’un être cher.

Prenons l’exemple d’un béluga aperçu au large de Cacouna dans l’estuaire du Saint-Laurent en 2018. Ce béluga, qu’on soupçonne être une femelle, gardait le cadavre d’un veau près d’elle, passant sous lui pour le mener à la surface et l’entrainant vers le fond ensuite.

Bien que ces comportements soient documentés chez plusieurs espèces de mammifères marins, les scientifiques disposent encore de bien peu d’indices pour comprendre le lien entre les baleines endeuillées et la mort.

Faire de la réanimation

Comme un veau inanimé peut potentiellement être sauvé, il est plausible qu’une mère ou une femelle du groupe essaie de réanimer et protéger un petit. Cette tentative de sauvetage peut toutefois dériver en comportement «mal adapté».

C’est le cas de J-35, une femelle épaulard résident du Sud. En 2018, au large de la Colombie-Britannique, elle maintient son veau mort-né à la surface de l’eau pendant 17 jours. Ce comportement est si épuisant que les experts craignent pour sa vie. Une baleine qui veille sur un défunt ne mange pas et ne consolide pas ses alliances avec ses congénères. Cela peut la placer à l’écart du groupe et la rendre vulnérable à la prédation.

Remplacer un défunt

Il arrive aussi qu’une baleine utilise la carcasse d’une autre espèce ou un objet comme substitut à un proche décédé. Pour atténuer la douleur de la séparation et maintenir le contact avec son veau décédé, un béluga femelle en captivité a reporté son attention sur une bouée pendant plusieurs mois.

Dernière mise à jour : juillet 2019

Magazine

«Intelligences des profondeurs»: incursion dans l’univers des cétacés

Fascinée par l’intelligence des cétacés, Janet Mann, professeure de biologie et de psychologie à l’université de Georgestown, aux États-Unis, a…

| 27/1/2020

Se plier aux caprices du fleuve glacé

Loin au large à l’est de Pointe-Paradis, cinq formes noires imposantes font ponctuellement surface pendant parfois une dizaine de secondes :…

| 22/1/2020

Est-ce normal de voir autant de baleines en hiver?

Au début du mois de janvier, l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a reçu…

| 17/1/2020