Anatomie des mâles

Contrairement à la plupart des mammifères, la totalité du système reproducteur des mâles est interne, caché dans une fente génitale. Cette adaptation leur permet d’être aérodynamiques lorsqu’ils nagent et d’éviter les pertes de chaleur. Lors de la reproduction, les mâles peuvent déployer leur pénis par la fente génitale.

Le pénis des cétacés est originaire de deux structures fusionnées, chacune attachée à un os pelvien, structure vestigiale qui correspond au bassin des mammifères terrestres. Les os pelviens ne servent plus à la locomotion, les baleines ayant perdu leurs pattes arrière au cours de l’évolution, mais ils seraient utiles pour manœuvrer le pénis et permettre l’érection.

Les testicules des cétacés sont conservés au chaud dans leur cavité abdominale. Mais la température corporelle des baleines est trop élevée pour la production des spermatozoïdes. Les testicules sont donc dotés d’un réseau de vaisseaux sanguins, le «réseau admirable», qui permet d’évacuer la chaleur vers la nageoire ou la crête dorsale.

Quelques chiffres

Le système reproducteur des baleines n’échappe pas au gigantisme des baleines. Le pénis de certaines baleines à fanons peut atteindre 3 mètres de longueur. Les baleines noires possèdent les plus gros testicules du règne animal, atteignant une masse combinée de 1000 kg, ce qui correspond à 2% de leur masse totale. Malgré leur taille plus modeste, les baleines à dents ont des testicules 7 à 25 fois plus volumineux que ceux de mammifères terrestres de même taille. Mais où est l’avantage de posséder de si lourds testicules? Ils permettent de produire une grande quantité de spermatozoïdes, ce qui augmente les chances de fécondation. Le volume d’éjaculation du rorqual bleu, plus grand animal connu, serait d’environ 20 litres!

Anatomie des femelles

Comme les autres mammifères, les femelles cétacés possèdent deux ovaires, un utérus, un vagin et, lors de la gestation, un placenta. Chez les baleines à dents, l’un des deux ovaires est plus gros et plus utilisé que l’autre.

L’utérus est bicorné, contrairement à celui des humains qui est composé d’une cavité unique. Le fœtus se développe dans une seule de ces cornes. Les baleines n’ont pas de menstruations : le sang dans la paroi de l’endomètre est réabsorbé plutôt qu’évacué lorsqu’une femelle n’a pas été fécondée.

Le vagin des cétacés possède plusieurs replis dont la forme et le nombre dépendent de l’espèce. Ces replis auraient pu évoluer pour limiter l’entrée d’eau dans le vagin. Ils sembleraient aussi être le fruit de la coévolution entre les mâles et les femelles.

Coévolution des structures reproductrices

Le vagin des cétacés est loin d’être un chemin sans embuches pour les spermatozoïdes. Il est formé de torsades, de culs-de-sac et de replis qui limitent la progression du sperme. Ces structures donneraient un certain contrôle aux femelles sur la reproduction : en changeant l’angle de pénétration, elles pourraient empêcher la fécondation. La gestation étant un processus très couteux, les femelles auraient avantage à choisir un mâle lui assurant une descendance de «qualité».

Un mâle qui possède un pénis adapté à la structure complexe du vagin des femelles aura plus de chances de se reproduire et de passer ses gènes aux générations futures. Ses rejetons pourront donc hériter de son pénis qui favorise la reproduction et ainsi de suite. Chez les espèces où la compétition pour la reproduction est grande, les mâles sont dotés d’organes plus gros et d’os pelviens plus grands, ce qui augmente leurs chances de féconder une femelle.

Magazine

Y a-t-il moins de baleines dans le Saint-Laurent cette saison ?

De part et d’autre du Saint-Laurent, plusieurs personnes s’inquiètent du faible nombre de baleines observées dans le fleuve ces dernières…

| 15/8/2022

Activités d’observation en mer

Depuis 1994, des échantillons ont été pris sur près de 3000 excursions en plein cœur du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent…

| 11/8/2022

Visites exceptionnelles dans l’estuaire

C’est la surprise générale cette semaine lorsque non pas une, mais deux espèces en voie de disparition se sont aventurées…

| 11/8/2022