La saison de recherche sur l’eau du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a commencé cette année le 15 juin. À bord du Bleuvet, le bateau de recherche principal de l’organisme, l’équipage a été réduit au maximum pour s’arrimer avec les mesures de santé publique en place pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Le premier projet à occuper l’équipe cette saison est celui de la pose d’archiveurs de données sur les bélugas. Le GREMM participe à l’aspect récolte de données de ce projet de la chercheuse Véronique Lesage de Pêches et Océans Canada. Les balises spécialisées permettent d’enregistrer les sons émis par le béluga qui en porte une, mais aussi les sons reçus, la profondeur de l’animal, son angle, sa vitesse, etc. Le projet se déploiera sur le terrain une semaine sur deux tout l’été.

Un début de saison en demi-teintes

«C’est le pire deux semaines depuis le début du projet il y a trois ans», déplore Michel Moisan, chef technicien et spécialiste de la pose de balises. L’alternance de brouillard et de vents forts a raccourci les journées sur l’eau ou les a carrément annulées. Quand enfin l’équipage prenait le large, les bélugas, eux, n’étaient pas au rendez-vous. Et quand enfin le Bleuvet se trouvait près d’un troupeau, les bélugas ne collaboraient pas.

«Notre capacité à poser une balise varie selon plusieurs facteurs : la composition du troupeau qu’on approche, l’humeur des bélugas, leur occupation. Pour pouvoir les approcher suffisamment, les bélugas doivent être tranquilles et s’approcher d’eux-mêmes. Il ne faut surtout pas forcer l’approche», explique Michel Moisan.

Si aucune balise n’a encore être pu posée, au grand dam de l’équipe, la photo-identification des bélugas poursuit son cours. Pierre angulaire des projets de recherche du GREMM, la photo-identification permet d’ajouter une profondeur individuelle aux données. Les marques, taches et cicatrices qui ponctuent les dos blancs des bélugas permettent aux «matcheurs» de différencier les bélugas entre eux.

Autre beau moment du début de l’été : deux veaux ont pu être photographiés. La saison des naissances est bien commencée!

Les pré-identifications depuis le 15 juin:

  • Annakpok (adoptée par le Groupe CSL)
  • Candy C (adoptée par Tiffany Chamandy et Matthew McMillan)
  • John A. Macdonald (adopté par Fairmont Hotel Macdonald)
  • Miss Frontenac (adoptée par Fairmount le Château Frontenac)
  • Pascolio (adoptée par les commençants de Tadoussac)

La pré-identification consiste à réaliser un premier tour des photos de bélugas afin d’en identifier quelques-uns du premier coup d’œil.

Carnet de terrain - 9/7/2020

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec l’équipe mobile… au chevet d’une carcasse de béluga

Par Marie-Maude Rondeau Cet été, je suis intervenante pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Je fais…

|Carnet de terrain 15/9/2021

Avec les bélugas… pour une première saison de terrain sur la Grande-Île

Par Jaclyn Aubin Cet été, j’ai eu l’immense plaisir de passer deux semaines sur la Grande-Île de Kamouraska en compagnie…

|Carnet de terrain 8/9/2021

Écrire un article de vulgarisation scientifique en 10 étapes faciles

Moi, dans la vie, j’écris de la poésie. Les histoires de baleines, c’est assez nouveau dans mon parcours. Quand j’ai…

|Carnet de terrain 1/9/2021