Par Timothée Perrero

Quel plaisir d’aller à la rencontre des grands rorquals! Cette semaine, nous avons croisé deux rorquals bleus, une dizaine de rorquals à bosse et une douzaine de rorquals communs, dont plusieurs individus bien connus de notre équipe.

Depuis plusieurs années, les assistants de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) embarquaient sur les bateaux d’observation des baleines d’AML, Essipit, Les Écumeurs du Saint-Laurent et Tadoussac Autrement pour effectuer le suivi des grands rorquals. Ce choix permettait de réduire le nombre de bateaux autour des baleines, pour limiter la pression sur elles et pour réduire les couts du suivi. Cette année, toutefois, nous reprenons le recensement à partir de notre pneumatique BpJAM. Cela nous permet de respecter les mesures de santé publique, de couvrir un plus grand territoire et de recenser les individus parfois moins ciblés par les activités d’observation.

Nous sommes donc sortis les 21 et 22 juillet, Janie Giard et moi, à partir de la marina de Tadoussac. Les journées commencent tôt, pour interférer le moins possible avec les activités d’observations touristiques. Le protocole: partir des environs du phare du Haut-Fond-Prince jusqu’aux ilets Boisés, au large des Escoumins. Sur le chemin, nous photographions tous les individus croisés, qu’ils soient un rorqual commun, rorqual à bosse ou rorqual bleu.

Les deux journées, les animaux étaient bien répartis sur toute la longueur de notre trajet. Certains individus nageaient seuls, d’autres en groupe de deux à cinq.

Du côté des rorquals communs

Nous avons photographié trois paires mère-baleineau rorquals communs. La première, Bp059, surnommée Trou et son baleineau, sont photographiés dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent depuis le début du mois. La fréquence des observations des deux individus ensemble permet de confirmer sans analyse génétique le lien filial. Toutefois, il est arrivé que le veau de Trou soit observé sans elle et vice versa. Se prépare-t-il à être sevré?

La deuxième paire femelle-veau impliquait Caïman. Si elle est observée avec le veau à nouveau plusieurs fois, Caïman deviendrait officiellement mère pour la quatrième fois, possiblement même pour la cinquième fois (en 2004, elle n’a été vue qu’une fois avec un baleineau)! Quelle femelle productive! L’autre femelle n’a pas encore été identifiée.

Du côté des rorquals à bosse

Du côté des rorquals à bosse, Tic Tac Toe nage encore avec son veau. Elle est, pour le moment, la seule mère en compagnie d’un petit rorqual à bosse dans le secteur. Les rorquals à bosse nous ont d’ailleurs donné du fil à retordre cette semaine. Pour les identifier, nous photographions leur queue lorsqu’ils plongent. Or, les rorquals à bosse filaient «mollo», ils restaient à la surface bien tranquilles et ne plongeaient pas. Il fallait donc être patients et attendre la fin de leur repos pour enfin pouvoir croquer leur portrait.

L’anecdote de la semaine

C’est la première fois que je vois un rorqual commun nager à l’envers. Bp059, surnommée Trou, montrait d’abord son pédoncule (la partie entre la nageoire dorsale et les lobes de la queue), puis la nageoire dorsale, puis le flanc et finalement l’évent. Comme si je jouais une séquence respiratoire à l’envers! Cette femelle qui est accompagnée de son baleineau était la seule dans le groupe de cinq à nager de cette façon. Qu’est-ce qui explique cet étrange comportement? Difficile à dire… En tout cas, Trou est une bien drôle de baleine. Elle a déjà montré sa queue en plongeant en 2016, un comportement extrêmement rare chez les rorquals communs.

Eh non! Je n’ai pas de vidéo de la séquence de respiration à reculons. Les autres rorquals communs du groupe n’avaient pas encore été photographiés, nous leur avons donné priorité pour la science.

Les pré-identifications de la semaine

Certains individus ont des traits facilement reconnaissables et nous permettent de les identifier au premier tri des photos, c’est ce qu’on appelle des pré-identifications.

Rorquals à bosse

Parmi la dizaine de rorquals à bosse, nous avons reconnus…

Rorquals communs

Parmi la douzaine de rorquals communs, nous avons reconnu…

 

Rorquals bleus

Nous avons reconnu B093!

Carnet de terrain - 28/7/2020

Timothée Perrero

Timothée Perrero is responsible for the large rorqual photo-ID program and research assistant for the St. Lawrence Beluga Project. He has been a member of GREMM’s team since 2011.

Articles recommandés

Retrouver des rorquals bleus bien connus

Même quand je ne suis pas sur l’eau, mes amis m’envoient des photos des baleines qu’ils croisent lorsqu’ils naviguent au…

|Carnet de terrain 23/7/2020

Avec les bélugas… et le début de saison 2020

La saison de recherche sur l’eau du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a commencé cette…

|Carnet de terrain 9/7/2020

Migration de squelettes de baleines vers Tadoussac

Vendredi 15 mai, 9h30. Chaussures aux pieds et sac à l'épaule, j'attends impatiemment l'appel qui donnera le coup d'envoi de…

|Carnet de terrain 25/6/2020