Pure Laine

Béluga

ligne décoration

Adopté par Cynthia Fish

  • Numéro d’identification

    DL1628

  • Sexe

    Femelle

  • Naissance

    Vers 1985

  • Connu depuis

    2000

Ses traits distinctifs

Sans la petite ligne grise sur son pédoncule gauche combinée à la petite entaille dans sa crête dorsale, on ne serait pas capable de distinguer Pure Laine des autres bélugas.

Son histoire

Notre première rencontre avec Pure Laine remonte à l’été 2000. À l’époque, elle était un béluga légèrement gris. Le changement de couleur chez les bélugas, soit le passage du gris au blanc, survient entre l’âge de 12 à 16 ans. Pure Laine serait donc née autour ou avant 1985.

Même si aucune biopsie n’a été réalisée, sa petite taille, ses habitudes et sa présence régulière dans les troupeaux d’adultes et de jeunes nous laissent croire que Pure Laine est une femelle de la communauté du Saguenay. Dans l’aire de répartition estivale, les femelles forment de grandes communautés dans lesquelles elles s’occupent des nouveau-nés et des jeunes. Ces communautés sont attachées à des territoires traditionnels. C’est en 2002 que Pure Laine est observée pour la première fois accompagnée d’un veau. L’observation est de courte durée et Pure Laine n’est pas revue du reste de la saison. L’équipe ne peut donc pas confirmer qu’il s’agissait bel et bien de son nouveau-né.

Pure Laine est régulièrement vue en compagnie de DL0030, Slash et Miss Frontenac, également des femelles de la communauté du Saguenay. Les associations entre femelles d’une même communauté ne sont généralement pas stables. Elles pourraient varier selon l’état reproductif des femelles, si elles sont gestantes ou non ou accompagnées d’un jeune.

La suite de l’histoire de Pure Laine nous aidera à mieux comprendre la vie sociale et la vie reproductive des bélugas. C’est en comprenant comment vivent les bélugas que nous serons en mesure de mieux les protéger.

Observé régulièrement avec...

Historique des observations dans l’estuaire

2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019

Années pendant lesquelles l’animal n’a pas été observé Années pendant lesquelles l’animal a été observé

Dernières nouvelles

Journée spéciale à bord du Bleuvet : notre bateau de recherche accueille une chercheuse invitée, Valeria Vergara d’Ocean Wise, qui collabore avec le GREMM chaque été depuis 2015. L’équipage est aussi accompagné d’une équipe de tournage préparant un documentaire sur la recherche sur les bélugas. Pour commencer la journée, nous entrons dans la rivière Saguenay. Nous repérons au loin un troupeau de trente à quarante individus qui sortent de la baie Sainte-Marguerite. De l’autre côté de la rivière, vers l’anse Saint-Étienne, se trouve un autre troupeau de quarante à soixante bélugas. Nous photographions les groupes, puis sortons le drone. Le temps d’être prêt à le faire voler, les bélugas ont disparu. Nous repérons un nouveau groupe. Tandis que nous le photographions et le survolons avec un drone pour documenter les comportements, nous reconnaissons Pure Laine et Marjo. Pendant ce temps, Valeria enregistre les communications sous-marines avec un hydrophone. Arriverons-nous à reconnaitre sur les vidéos et dans les enregistrements votre béluga?

À bord du Bleuvet, le bateau de recherche du GREMM, nous nous dirigeons vers l’ilet aux Alouettes, au large de Baie-Sainte-Catherine et de la pointe Noire. Nous rencontrons chemin faisant un troupeau de 30 bélugas composé d’adultes, de gris et d’un nouveau-né. Dans le troupeau, nous reconnaissons Pure Laine, qui nage en compagnie de DL2377, un béluga photographié une seule fois, en 2005! Aux côtés de DL2377 se trouve un nouveau-né. Est-ce le sien? Seules de nombreuses autres observations ou une biopsie des deux animaux nous permettront de le confirmer. Plus nous observons ces bélugas et plus nous avons l’impression qu’ils nagent dans toutes les directions. Ce type de comportement nous fait supposer qu’ils sont en alimentation. Laissons-les manger! Nous partons à la rencontre d’autres troupeaux en remontant le Saguenay.

L’été 2016, notre 32e saison en mer avec les bélugas, a encore été riche en rencontres et en surprises. Nous avons, entre autres, revu Pure Laine au moins à cinq reprises. En 2015, elle avait été observée accompagnée de nouveau-nés, mais nous ne pouvions pas confirmer qu’elle en était la mère. Cette année, lors des différentes rencontres avec l’équipe, elle était chaque fois accompagnée d’un bleuvet. Ces observations nous laissent croire qu’elle a bien donné naissance en 2015.

Le 16 septembre 2016, nous observons Pure Laine dans le fjord du Saguenay, entre l’anse à la Barque et le cap de la Boule. Elle nage parmi un troupeau de 40 bélugas qui se dirige vers l’embouchure du fjord. Au sein du troupeau, on remarque des individus entièrement blancs — dont les femelles bien connues Blanche, Miss Frontenac et Athéna — mais 70 % des bélugas sont gris ou légèrement gris. Il s’agit donc d’un troupeau d’adultes, mais essentiellement composé de jeunes. On y observe aussi deux nouveau-nés. Le Saguenay est un lieu où s’entrecroisent les sexes et les générations de bélugas l’été: les réseaux de mâles s’entremêlent aux communautés de femelles, comme celle de Pure Laine, et les jeunes, ainsi qu’aux groupes de jeunes mâles, les « ados ».

Nous naviguons dans le fjord du Saguenay. Pure Laine se trouve dans un troupeau d’une dizaine d’individus, comprenant des adultes et des jeunes. Parmi un groupe de deux adultes et deux jeunes, on observe Pure Laine qui nage en compagnie de Yogi, une vieille femelle de la communauté du Saguenay et de deux jeunes bélugas encore gris. L’ensemble du troupeau est en formation très serrée. Les bélugas nagent les uns contre les autres et se dirigent vers l’amont. Comme le vent se lève et devient très fort, nous devons quitter le troupeau pour nous mettre à l’abri.

 

Cet été, nous avons rencontré Pure Laine cinq fois. Lors de plusieurs rencontres, Pure Laine a été aperçue à proximité de nouveau-nés. Nos observations n’ont toutefois pas pu nous permettre de confirmer que l’un de ces petits était bel et bien le sien! Voici le récit de l’une de ces rencontres.

Le 28 août 2015, Nous naviguons dans l’embouchure du Saguenay près du site d’observation de Pointe-Noire. Nous ne sommes donc pas les seuls à suivre de près le troupeau dans lequel se trouve Pure Laine, des visiteurs du site scrutent également les mouvements des animaux depuis les hauteurs du belvédère. La dizaine d’individus, des femelles accompagnées de jeunes, tournent en rond, plongent et refont surface au même endroit à plusieurs reprises. Nous soupçonnons qu’ils s’alimentent. À bord du bateau, il y a une certaine excitation, car cette semaine nous commençons un tout nouveau projet sur les sons des nouveau-nés bélugas. Nous effectuons un enregistrement de ce troupeau, mais les bélugas sont muets! Ce n’est que partie remise!

Voilà un contact riche en nouveau-nés! Nous sommes à l’embouchure du Saguenay, à quelques mètres de notre port d’attache de Tadoussac. Entre la pointe Rouge et la pointe Noire, nous observons cinq nouveau-nés, dont ceux de Marguerite, de Miss Frontenac et de Blanche. Pure Laine nage à leurs côtés. Pour le moment, nous n’avons jamais pu confirmer que Pure Laine est fertile. La verrons-nous bientôt avec un petit? Nous laissons les bélugas avec des nouveau-nés tranquilles, nous allons vers un groupe d’adultes afin de prélever deux biopsies.

Nous croisons Pure Laine au large de l’île Verte. Elle se déplace en compagnie d’une vingtaine de bélugas, un troupeau composé d’adultes, de jeunes et de deux veaux. Alors que nous suivons ces bélugas, un petit rorqual fait surface tout près de notre embarcation.

Le parrain

Cynthia Fish a adopté Pure Laine (2014).