Voir une baleine accompagnée d’un baleineau – aussi appelé veau – apporte une grande joie aux observateurs et observatrices. Lorsqu’en plus la mère est bien connue, c’est carrément une fête!

Une observatrice filme entre La Martre et Marsoui, en Gaspésie, trois rorquals à bosse, dont un baleineau le 11 juin. Deux jours plus tard, une autre observatrice repère des souffles alors qu’elle conduit sur la 132. «Je me suis immobilisée pour observer. On a vu les queues, les pectorales et trois rorquals à bosse faisaient des manœuvres d’alimentation. Il y avait aussi beaucoup d’oiseaux marins qui plongeaient autour.» Le 14 juin, une autre observatrice s’arrête elle aussi sur la route, déconcentrée par le spectacle d’un rorqual à bosse se nourrissant à quelques mètres seulement de la rive.

Du côté des Escoumins, les pilotes du Saint-Laurent ont le plaisir de voir un petit rorqual et son petit nager tout près du quai.

Le 15 juin, notre collaborateur Renaud Pintiaux prend le large sur le voilier d’un ami. Photographe passionné, Renaud ne part jamais sans sa caméra. Pendant douze heures, ils naviguent et ne croisent aucune autre embarcation! Entre l’ile Rouge et l’ile Verte, des souffles en ballon se profilent. Deux rorquals à bosse nagent en synchronie. Un est beaucoup plus petit que l’autre. Lorsque les deux baleines plongent, Renaud reconnait Tic Tac Toe. Cette femelle est née en 1998, elle a donc 22 ou 23 ans. Tic Tac Toe a déjà eu trois veaux auparavant : Aramis, H797 et H855. Si les observations avec ce baleineau se reproduisent, nous pourrions confirmer que Tic Tac Toe aurait maintenant un quatrième petit!

Fait intéressant, Tic Tac Toe serait aussi devenue grand-mère cet hiver. Son premier baleineau, Aramis, a été photographié avec un nouveau-né au large des iles Turques et Caïques. Verrons-nous une réunion familiale cet été? À suivre!

Cette même journée, Renaud remarque aussi un baleineau rorqual commun accompagné de trois adultes. Il parvient à photographier deux d’entre eux : Bp059 dit «Trou» et Bp955 dit «Ti-Croche». Si on sait que Trou est une femelle, le sexe de Ti-Croche n’est pas connu. Pour pouvoir savoir qui est la génitrice d’un baleineau, il faudrait multiplier les observations des deux baleines ensemble ou obtenir une analyse génétique à partir d’un petit échantillon de gras.

Chez les baleines à fanons (les mysticètes), le lien mère-veau est de relativement courte durée. Chez les petits rorquals, l’allaitement dure environ 4 mois, et les deux baleines se séparent dès le sevrage. Chez les rorquals communs, la mère allaite son baleineau de 6 à 7 mois. Pour les rorquals à bosse, l’allaitement dure de 5 à 10 mois, mais un jeune rorqual à bosse peut rester 12 mois avec sa mère, parfois même jusqu’à 24 mois! C’est le plus long lien maternel chez les mysticètes

Donner naissance dans le Saint-Laurent

Deux espèces de baleines donnent naissance dans le Saint-Laurent durant l’été : les bélugas et les marsouins communs. Quelques veaux marsouins communs ont été repérés cette semaine, autant en Gaspésie que sur la Côte-Nord. La mère marsouin commun allaitera son petit et en prendra soin pendant 8 à 12 mois. Fait étonnant : les femelles marsouins communs peuvent être gestantes et allaitantes en même temps! Quel investissement physique!

Pour les bélugas, on voit habituellement les premiers nouveau-nés durant la dernière semaine de juin ou la première de juillet. L’allaitement durerait de 6 à 24 mois, et les soins maternels, parfois jusqu’à 3 ans! Chez les bélugas, on note aussi un investissement important de la part d’autres femelles que la mère, ce qu’on appelle un comportement allomaternel.

Donner naissance au cœur de la saison de plaisance comporte son lot de défi. Imaginez accoucher au milieu de l’autoroute. Stressant, n’est-ce pas? Si vous allez sur l’eau, soyez particulièrement vigilant à la présence des baleines en repos en surface ou nageant avec un petit. Pour bien prendre soin des baleines, il est important de garder ses distances avec elles.

Où ont été vues les dizaines d’autres baleines cette semaine? Consultez la carte des observations pour le plaisir et pour avoir un aperçu de la richesse de la vie dans le Saint-Laurent.

Observations de la semaine - 18/6/2020

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

L’immensité fragile des rorquals bleus

Plus gros animal sur la Terre, plus gros encore que le plus gros dinosaure, le rorqual bleu impressionne par sa…

|Observations de la semaine 13/8/2020

Le narval toujours présent dans le Saint-Laurent

Un dos moucheté contraste avec la blancheur des bélugas nageant devant le site d’observation terrestre Pointe-Noire, à Baie-Sainte-Catherine, le 4…

|Observations de la semaine 5/8/2020

Affluence en Gaspésie et dans l’estuaire

Des dauphins à flancs blancs par centaine, des rorquals communs en groupe de dix, des rorquals à bosse exubérants : les…

|Observations de la semaine 30/7/2020