Depuis la mi-janvier, 25 cachalots se sont échoués sur les côtes britanniques, néerlandaises et allemandes. Les raisons de ces échouages demeurent toujours sous analyse.

Le 24 janvier, cinq cachalots sont trouvés sur la côte est de l’Angleterre, dont un échoué vivant. Selon le chercheur Rob Deaville de l’Institut zoologique de Londres, il s’agissait de jeunes mâles qui appartenaient possiblement au même troupeau que les douze cachalots juvéniles échoués quelques jours plus tôt, soit le 11 janvier, sur l’île néerlandaise de Texel et sur les îles allemandes de Wangerooge et Helgoland. Plus récemment, le 1er février, ce sont huit autres cachalots qui sont trouvés morts sur une plage au nord de l’Allemagne, ce qui porte le compte à 25 carcasses de cétacés trouvées en mer du Nord (voir la carte des échouages) en un mois.

Malgré l’état de décomposition de certaines carcasses, des nécropsies et de l’échantillonnage ont été pratiqués sur les spécimens les plus accessibles. Dans cinq cas, le fait que les baleines se soient échouées vivantes est la cause de la mort. L’échouage a dû considérablement affecter leurs organes internes et leurs muscles, sous leur poids atteignant une trentaine de tonnes. Les cachalots mâles passent généralement l’hiver dans les eaux de l’Atlantique Nord pour s’alimenter. Durant leur migration, il arrive que des mâles s’aventurent dans les eaux peu profondes de la mer du Nord. Les chercheurs avancent donc l’hypothèse que les plages sablonneuses au faible dénivelé pourraient expliquer l’échouage de ces baleines, possiblement désorientées. Pour les autres carcasses échouées sur les berges, la question demeure. Les cachalots échoués dans la région de Skegness au Lincolnshire seront ramassés dans les prochains jours. Les baleines sont devenues une attraction pour la population locale qui grave des graffitis dans leur chaire et récupère des bouts de crânes et de mâchoires.

Les causes derrière les échouages collectifs peuvent être diverses. La présence d’algues toxiques dans la chaîne alimentaire peut affecter l’état de santé des baleines et les désorienter. Les perturbations acoustiques comme l’exploration pétrolière et l’utilisation de sonars militaires pourraient affecter les ondes sonores dont les cétacés se servent pour naviguer. Tel que soulevé ici, la topographie particulière des fonds marins pourrait aussi expliquer l’échouage chez des cétacés.

Sources:

Sur le site du DailyMail :

The gentle giants’ graveyard

Sur Facebook :

UK Cetacean Strandings Investigation Programme

Pour en savoir plus:

Sur le site du Smithsonian:

At Least 17 Sperm Whales Washed Up on North Sea Shores (en anglais)

Sur le site de Baleines en direct:

Un cimetière de baleines et la cause de leur mort mis au jour

Qu’est-ce qu’un échouage collectif et quelle en est la cause?

Actualité - 3/2/2016

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Découverte d’une nouvelle espèce de baleine

L’observation sur le terrain n’est pas la seule manière de découvrir de nouvelles espèces animales. Grâce à des analyses en…

|Actualité 29/11/2021

Le projet « Fenêtre sur les bélugas » reçoit une aide de 600 000$ du gouvernement du Québec

Le lundi 15 novembre 2021 à 14h30, se tenait à Cacouna une conférence de presse soulignant le soutien financier du…

|Actualité 12/11/2021

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, ces réfugiées climatiques

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, qui ne comptent plus qu’environ 350 individus sur la planète, se trouvent présentement en…

|Actualité 8/11/2021