Yogi

Béluga

ligne décoration

Adopté par Bell Canada

  • Numéro d’identification

    DL0021

  • Sexe

    Femelle

  • Naissance

    Avant 1970

  • Connu depuis

    1986

Ses traits distinctifs

Yogi doit son nom à la cicatrice profonde en forme d’empreinte d’ours sur son pédoncule gauche. Elle a également une profonde cicatrice sur son côté droit, au milieu du flanc, et sa crête porte aussi quelques marques.

Son histoire

Notre première rencontre avec Yogi remonte à l’été 1986. Elle était déjà blanche, donc elle serait née avant 1970.

Yogi est une femelle. Son sexe fut confirmé par une biopsie, l’analyse génétique d’un minuscule morceau de peau et de gras prélevé sur son dos. Elle fait partie de la communauté de femelles du fjord du Saguenay.

Yogi a été observée à plusieurs reprises avec des baleineaux. Les chercheurs du GREMM ont effectué des biopsies sur des jeunes accompagnant des femelles bien connues pour tenter de connaître le père. Il faut bien sûr que l’ADN de celui-ci soit aussi dans la banque de données. Yogi et un de ses jeunes, surnommé Boubou, ont été les premiers à contribuer à cette recherche de filiation.

Historique des observations dans l’estuaire

1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019

Années pendant lesquelles l’animal n’a pas été observé Années pendant lesquelles l’animal a été observé

Dernières nouvelles

L’après-midi du 5 octobre, nous sillonnons le Saguenay à la rencontre des bélugas. Nous rencontrons un troupeau de huit bélugas, composé d’adultes et de jeunes. Les animaux nagent dans toutes les directions, ce qui nous laisse croire qu’ils sont en alimentation. Nous espérons que ce sera une séance de chasse productive, car un des bélugas adultes semble bien maigre. Il nage avec un animal plus jeune, et vont de bon train vers l’amont. Rapidement, nous le perdons de vue.

Plus loin, nous observons Yogi, qui, fidèle à son habitude, nage seule. Nous sommes heureux de la voir, car l’année dernière, elle nous avait paru maigre, mais cette fois-ci, elle semble en forme. Quelques minutes plus tard, à notre surprise, Yogi est jointe par deux adultes et trois jeunes. Les bélugas nous étonneront toujours!

Nous revoilà dans le fjord du Saguenay pour poursuivre le projet de recherche sur la communication entre les mères et les nouveau-nés. Nous rencontrons un troupeau un peu en haut des traversiers. Parmi la quinzaine d’individus présents, on reconnait Yogi. Comme à son habitude, elle nage un peu en retrait du troupeau composé d’adultes et de jeunes. Elle nous semble moins maigre que l’année dernière.

Les conditions météo nous permettent d’utiliser notre drone. Cette nouvelle technologie nous permet entre autres d’estimer avec une grande précision la composition des groupes et l’âge des jeunes. Simultanément, nous « épions » les animaux sous l’eau avec notre hydrophone pour capter les appels entre mères et jeunes. Peut-être avons-nous enregistré la voix de Yogi cette journée-là…

Nous décidons de sillonner le fjord du Saguenay. Près de l’anse à la Boule, nous croisons une dizaine d’animaux, des adultes, des jeunes et un veau. En raison de la large cicatrice sur son flanc gauche, nous reconnaissons facilement Yogi, qui nage au sein du troupeau. Ils sont tous très dispersés, ce qui rend difficiles nos tentatives de biopsies et la prise de photos. Après plusieurs essais, nous décidons de quitter le troupeau. Ils nagent en direction de la baie Sainte-Marguerite, qui est bien souvent la destination finale des troupeaux qui remontent le fjord du Saguenay.

Aujourd’hui encore, on ignore pourquoi les bélugas affectionnent particulièrement cette baie. Lorsqu’ils atteignent la baie, ils y restent parfois plusieurs heures, à tourner en rond. On y observe souvent des comportements de socialisation et on y entend régulièrement leur « voix », sous l’eau comme au-dessus!

 

Nous retrouvons Yogi dans un troupeau d’une vingtaine de bélugas, adultes, jeunes, et trois nouveau-nés. Nous sommes en plein cœur du projet de biopsie sur les femelles. Nous tentons une biopsie sur Yogi, mais le dard tombe avant, c’est manqué. Nous avons plus de chance avec Céline, la biopsie est réussie.

Le parrain

Bell Canada a adopté Yogi (1988).