Céline

Béluga

ligne décoration

Adopté par Leslie B. Durst

  • Numéro d’identification

    DL0079

  • Sexe

    Femelle

  • Naissance

    Vers 1973

  • Connu depuis

    1987

Ses traits distinctifs

Les marques distinctives de Céline sont nombreuses, mais la principale est la profonde cicatrice sur le flanc gauche en arrière de la crête qui s’étend jusque sur le flanc droit et qui est entourée d’une tâche grise large et diffuse.

Son histoire

Notre première rencontre avec Céline remonte à 1987, elle était légèrement grise, donc âgée d’au moins 12 à 16 ans.

Céline est une femelle. Son sexe fut confirmé par une biopsie, l’analyse génétique d’un minuscule morceau de peau prélevé sur son dos. Elle fait partie de la communauté de femelles du fjord du Saguenay.

Le 18 juin 2002, l’équipe pose une balise radio VHF sur son flanc droit. Céline se déplace de l’embouchure du Saguenay vers le phare du haut-fond Prince, contourne l’île Rouge, se dirige vers l’île Verte et, finalement, prend la direction du cap de la Tête-au-Chien dans Charlevoix. Généralement, elle fait des plongées peu profondes (moins de 20 m) sauf au cap de la Tête-au-Chien où elle se rend jusqu’à 40 m. Le suivi s’est terminé tard en soirée… pour reprendre le lendemain matin. En effet, la balise s’est détachée lors de la matinée, à l’embouchure du Saguenay, soit le même secteur où elle avait été posée 21 h plus tôt. Céline se trouve presque au même endroit… à seulement 100 m de là.

Observée régulièrement avec...

Historique des observations dans l’estuaire

1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019

Années pendant lesquelles l’animal n’a pas été observé Années pendant lesquelles l’animal a été observé

Dernières nouvelles

Journée de rêve pour nous sur la tour de la baie Sainte-Marguerite. Le ciel bleu est tacheté de quelques nuages épars. Nous observons un troupeau d’une vingtaine de bélugas adultes et jeunes, et même un à trois veaux. Le nombre de veaux est difficile à confirmer, parce que les animaux bougent vigoureusement. Un moment, tous les animaux sont collés les uns contre les autres et l’instant suivant, ils sont très dispersés. Des queues et des nageoires pectorales traversent la surface et claquent l’eau.

Le contact avec le troupeau nous permet de reconnaitre des vedettes du catalogue de photo-identification des bélugas du Saint-Laurent : Athéna, Miss Frontenac, Céline, Pure Laine et Blanchon étaient réunies ce jour-là.

Nous observons Céline et son bleuvet dans l’embouchure du fjord du Saguenay, près de pointe Noire. Ils nagent parmi un troupeau d’une quarantaine d’individus, dont un nouveau-né. L’ensemble des animaux monte tranquillement en ligne droite en direction de l’amont du fjord du Saguenay. Nous décidons d’arrêter le bateau pour effectuer un survol du secteur à l’aide d’un drone. C’est un nouvel outil que le GREMM aimerait utiliser pour la recherche et la conservation. L’utilisation d’un drone facilite le dénombrement et l’estimation de l’âge des individus d’un troupeau et augmente la précision des données récoltées.

Le 15 septembre 2013, nous croisons Céline dans un groupe d’une vingtaine de bélugas composé d’adultes et de jeunes. Nous sommes près de la rivière Sainte-Marguerite dans le fjord du Saguenay et nous suivons le groupe en direction de l’anse Saint-Étienne. Rendus à l’anse, plusieurs individus se mettent à prendre plusieurs directions différentes, ce qui complexifie notre travail.

Au cours de cette rencontre, nous tentons de prélever une biopsie sur l’un des individus présents. Nous réussissons à atteindre notre cible. La collecte d’une biopsie sur une cible mouvante en bateau n’est pas une mince tâche. Avec la pratique, nous avons atteint un taux de succès de plus de 80 %. Reste que lorsque nous réussissons, il y a de la joie sur bateau. Ce sont des données précieuses et les occasions ne sont pas si fréquentes.

Le parrain

Leslie B. Durst a adopté Céline (1997).