La saison de reproduction bat son plein chez les baleines noires de l’Atlantique Nord. Pendant la saison des naissances de 2021, dix-sept veaux en bonne santé ont été comptabilisés par les chercheurs. Avec un tel nombre, il s’agit de la meilleure saison des naissances depuis 2016. Une vraie note d’espoir pour cette espèce qui ne compterait que moins de 350 individus et dont la population est en chute libre.

[Mise à jour au 5 mars 2021: On comptabilise désormais 16 veaux en bonne santé]

[Mise à jour au 26 novembre 2021: On comptabilise désormais 17 veaux en bonne santé]

Un chiffre enthousiasmant, mais pas un baby-boom

À l’heure actuelle, dix-sept veaux ont été recensés pour la saison de reproduction 2021. Dix-huit, si l’on compte la toute première observation de la saison: un nouveau-né malheureusement retrouvé décédé sur les plages de Caroline du Nord en novembre. Dix-neuf, si on inclut le veau observé aux iles Canaries (voir ci-dessous).

Cela semble peu pour une espèce entière, mais pour l’équipe du New England Aquarium, qui suit assidument la population de baleines noires de l’Atlantique Nord tout au long de l’année, c’est un chiffre encourageant. «Il y a eu seulement 5 naissances en 2017 et aucune en 2018», souligne Philip Hamilton, chercheur au New England Aquarium. Depuis, les chiffres remontent un peu: 7 veaux en 2019 et 10 en 2020.

Pour autant, le biologiste refuse de parler de «baby-boom» : «Avant ces grosses années de déclin, on dénombrait en moyenne 18 naissances par année. Et lors de l’année la plus productive jamais documentée [en 2009, NDLR], 39 veaux sont nés. C’est une très bonne chose que les naissances soient en augmentation, mais pour parler de véritable explosion démographique et se réjouir, il faudrait peut-être 40 ou 50 veaux.» Ne boudons pas notre plaisir: plusieurs femelles repérées au large de la Floride semblent gestantes, il se pourrait bien que de nouvelles naissances soient signalées rapidement. Chez les baleines noires de l’Atlantique Nord, les naissances se déroulent habituellement entre janvier et mars.

Carnet rose

Qui sont les nouvelles mamans à féliciter? Les premières à avoir été aperçues au large de la Floride début décembre sont Chiminea (#4040) et Millipede (#3520). Pour Chiminea, qui a 13 ans cette année, c’est son premier veau.

Mi-décembre, c’est dans les eaux de la Caroline du Sud que le troisième veau de l’année a été repéré. La mère (#3942) est également une nouvelle reproductrice: née en 2009, elle est la première de sa génération à mettre bas. Enfin, c’est près des côtes de la Géorgie que Nauset (#2413) et son nouveau-né sont observés pendant les fêtes de fin d’année.

Début 2021, les bonnes nouvelles s’enchainent. Magic (#1243), une baleine noire de 39 ans, met au monde son septième veau. Minus One (#2430), elle, donne naissance à son troisième veau à l’âge de 27 ans. Félicitons également Binary (#3010) pour son troisième petit à l’âge de 21 ans et #2420 pour son cinquième veau à 27 ans. La doyenne des mamans, Grand Teton (#1145) est âgée de plus de 40 ans. Au large d’Amelia Island, en Floride, ce sont enfin Bocce (#3860, 12 ans, deuxième veau), Infinity (19 ans et premier veau), une nouvelle reproductrice de 14 ans (#3720) et une baleine de 20 ans déjà maman deux fois (#3130) qui sont observées accompagnées de leur veau. Enfin, dernière en date, Champagne (#3904), la bien-nommée, âgée de 11 ans.

[Mise à jour au 5 mars 2021: Suite à cet article, deux autres naissances ont été comptabilisées. La femelle de 27 ans, nommée Monarch (#2460) a mis bas son 4e veau en Floride. À l’âge de 21 ans, Giza (#3020) est observée avec un nouveau-né après près de 10 ans sans mise-bas. Mi-mars, la baleine noire #3593 est elle aussi repérée avec un veau
Malheureusement, parmi ces 17 veaux, un décès est déjà annoncé: la carcasse du veau d’Infinity a été retrouvé échoué sur une plage suite à une collision avec un navire – voir article.]

Naissances sous haute surveillance

Si le nombre de naissances de baleines noires de l’Atlantique Nord est scruté de si près, c’est parce que cette espèce est l’une des plus menacées au monde. Victimes de nombreuses collisions avec des navires et empêtrements dans des cordages de pêche, les baleines noires de l’Atlantique Nord comptent chaque année plus de décès que de naissances. «Au cours des vingt dernières années, on a noté que les femelles commencent leur reproduction plus tard et attendent plus longtemps entre chaque veau — aujourd’hui presque 10 ans, contre 3 à 4 ans avant», précise Philip Hamilton.

Les paires mère-veau sont particulièrement vulnérables dans les premières semaines de vie du baleineau. Aussi, à chaque observation, des avis sont-ils publiés à destination de la navigation commerciale et de loisir pour limiter la vitesse et rappeler que la distance à respecter avec les baleines noires est de 500m minimum aux États-Unis.

En vidéo, la 13e paire mère-veau au large de l’ile Wassaw, Géorgie.

Étonnante naissance aux Canaries

Quelques jours avant Noël, une surprenante nouvelle arrive des iles Canaries, un archipel espagnol situé au large du Maroc. L’équipe d’une école de plongée filme un très jeune baleineau noir de l’Atlantique Nord. Sa petite taille (environ 4m de long), sa peau plissée et sa nageoire caudale encore très molle font penser qu’il s’agit d’un nouveau-né, pourtant sa mère reste introuvable.

La population de baleines noires de l’Atlantique Nord-Est — dont la zone de reproduction était située en Afrique du Nord — est considérée comme fonctionnellement éteinte, décimée par la chasse. Quelques individus isolés sont parfois repérés au large de l’Europe, mais c’est la première fois en plusieurs décennies qu’une naissance a lieu dans cette zone. «Je pense qu’il s’agit probablement d’une baleine de notre population qui a traversé l’Atlantique pour mettre bas», réfléchit Philip Hamilton. On pense par exemple à Pico, une baleine qui a déjà été aperçue une année près des Açores et a déjà mis bas une fois en Floride.

Malheureusement, malgré une grande campagne médiatique locale demandant à la population de rapporter toute observation, ni le veau ni la mère n’ont été revus aux Canaries depuis le 22 décembre. Le mystère risque donc de ne jamais être résolu.

Actualité - 20/1/2021

Laure Marandet

Laure Marandet est rédactrice pour le GREMM depuis l'hiver 2020. Persuadée que la conservation des espèces passe par une meilleure connaissance du grand public, elle pratique avec passion la vulgarisation scientifique depuis plus de 15 ans. Ses armes: une double formation de biologiste et de journaliste, une insatiable curiosité, un amour d'enfant pour le monde animal, et la patience nécessaire pour ciseler des textes à la fois clairs et précis.

Articles recommandés

Béluga du Saint-Laurent

Certains bélugas plus impactés que d’autres par le bruit sous-marin

Le bruit sous-marin est l’un des enjeux majeurs dans la protection des bélugas du Saint-Laurent, qui dépendent des sons pour…

|Actualité 11/1/2022

Pour le chercheur Michael J. Moore, «Nous sommes tous des baleiniers»

Les baleines noires de l’Atlantique Nord sont l’une des espèces de cétacés les plus vulnérables de la planète. Avec moins…

|Actualité 7/1/2022

Fortes naissances et faible mortalité : une bonne année pour les baleines noires de l’Atlantique Nord

Comptant parmi les espèces de cétacés les plus menacées dans le monde, la baleine noire de l’Atlantique Nord fait, depuis…

|Actualité 5/1/2022