Même quand je ne suis pas sur l’eau, mes amis m’envoient des photos des baleines qu’ils croisent lorsqu’ils naviguent au large de Matane. Le 8 juillet, mon ami Benny Caron photographie un rorqual à bosse et deux rorquals bleus. Je les connais les trois. Le rorqual à bosse est H626, appelé Gaspar dans l’estuaire et Boom Boom River dans le golfe. Les rorquals bleus sont B499 Equilibrium et B526, et ils les photographient à nouveau le 16 juillet.

En 2019, j’avais photographié B499 Equilibrium à Gaspé le 18 juin et ensuite au large de Matane le 28 aout. Pour sa part, B526 a été photographié les trois dernières années au large de Matane et Pointe-des-Monts.

Le 19 juillet, je suis sorti en mer et j’ai observé trois autres individus rorquals bleus. Le premier est B476, que j’ai rencontré pour la première fois en 2011 au large de Gaspé, ensuite en 2016 dans l’estuaire et l’an passé au large de Matane.

Le deuxième, B195 nommé Neptune, est un animal connu depuis longtemps de la Station de recherche des iles Mingan (MICS) et que j’ai observé pour la première fois en 2003 au large de Grosses-Roches. J’étais ravi de le revoir avec sa marque d’un trident très distincte sur le côté gauche près de la dorsale. Au milieu de son dos, du côté du flanc droit, on note aussi une protubérance blanchâtre très apparente.

Le dernier et non le moindre, qui me fait aussi grand plaisir de revoir, est le mâle B169 Blanco que je connais depuis 2004. On ne peut le confondre avec un autre grâce à sa dorsale très blanche. On le connait aussi pour être très racoleur avec les femelles. Je l’ai observé de par les années passées plusieurs fois avec des femelles différentes, dont la femelle Rapanui. Eh bien encore cette fois, il a escorté B476 durant tout le temps que je l’ai observé. Pour le moment, même si le sexe de B476 n’a pas été confirmé par une biopsie, j’ai bien l’impression qu’elle est une femelle pour attirer autant Blanco…

Dans le secteur de Matane le 19 juillet, il y avait un autre individu que je n’ai pas pu documenter faute de temps. Ainsi, si on récapitule, il y a eu au moins 7 rorquals bleus différents, pas très loin au large de Matane ces derniers jours. L’eau de surface dans le secteur parcouru était de 19°C, une température très inhabituelle. La nourriture en profondeur, soit 400-500 pieds, semblait assez abondante, mais je ne peux confirmer s’il s’agissait de krill, la proie préférée des rorquals bleus.

Carnet de terrain - 23/7/2020

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Avec l’équipe mobile… au chevet d’une carcasse de béluga

Par Marie-Maude Rondeau Cet été, je suis intervenante pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Je fais…

|Carnet de terrain 15/9/2021

Avec les bélugas… pour une première saison de terrain sur la Grande-Île

Par Jaclyn Aubin Cet été, j’ai eu l’immense plaisir de passer deux semaines sur la Grande-Île de Kamouraska en compagnie…

|Carnet de terrain 8/9/2021

Écrire un article de vulgarisation scientifique en 10 étapes faciles

Moi, dans la vie, j’écris de la poésie. Les histoires de baleines, c’est assez nouveau dans mon parcours. Quand j’ai…

|Carnet de terrain 1/9/2021