Le 15 juillet dernier, j’ai eu vent par un observateur qu’il y avait présence de bleues au large de Matane. Je décide donc, à la faveur de la marée, de faire une courte sortie avec les coéquipiers qui m’ont accompagné lors de ma sortie vers Pointe-des-Monts le 19 mai, sortie mémorable où nous avions observé la femelle B329 avec son veau de l’année.

Nous sortons donc à 13h de la marina de Matane pour nous diriger à 5 milles au large, puis filer lentement vers l’est. La visibilité étant réduite par une dense humidité au-dessus de l’eau, nous arrêtons tous les 4 à 5 milles pour écouter. La mer ressemble à une patinoire d’un calme apaisant.

Après quelques arrêts, nous sommes au large de Sainte-Félicité. Katy, de sa jeune oreille bionique, entend un souffle caverneux très loin au large. Nous filons dans cette direction pour apercevoir assez rapidement un long dos gris bleu. C’est en photographiant ce rorqual bleu que nous apercevons un, puis deux, puis trois autres individus dans les alentours.

Après avoir fait le tour de ces animaux pour les documenter, nous continuons notre écoute un peu plus au large. Soudainement, nous observons non pas un mais deux dos, une paire de rorquals bleus… un petit et un gros, pour être plus précis, un petit et une grosse. Une paire mère-veau nage tout doucement en sortant régulièrement en synchronisme. Le petit s’éloigne très peu de sa mère, sauf à une occasion où il succombe à sa curiosité et se permet de venir vers nous pour nous observer de plus près.

Après avoir profité de trois séquences de respirations, mes photos sont suffisantes pour le catalogage. Nous nous retirons pour ne pas les déranger davantage et pour les observer de loin. C’est un spectacle tellement beau et émouvant de les voir évoluer sur cette scène miroitante.

Je croyais que ce pouvait être le couple mère-veau photographié la semaine passée en Gaspésie par les chercheurs de l’Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada. L’œil dans l’objectif, ce n’est pas évident d’identifier rapidement et facilement les individus qu’on croise. C’est pourquoi j’ai toujours hâte de télécharger mes photos sur mon ordinateur. Après vérification, je constate que je connais cette femelle, étiquetée B324, pour l’avoir observée auparavant dans l’estuaire. C’est donc la troisième observation d’une paire mère-veau de rorquals bleus en 2018 dans le Saint-Laurent!

Les quatre autres bleues observées ont toutes été identifiées et sont connues de la Station de recherche des iles Mingan. En plus de B324, j’ai revu B512 que j’avais observé en 2012 à Percé et que Christian Ramp avait alors biopsié. J’ai également observé B393, aussi aperçu en 2010 et 2012, ainsi que B526 que j’ai croisé à Pointe-des-Monts l’an passé.

Un rorqual bleu et son veau
Dans le Saint-Laurent, une vingtaine de paires mère/baleineau ont été observées depuis 1979 en ce qui a trait aux rorquals bleus. © René Roy
Un rorqual bleu
Le rorqual bleu B393 est observé en juillet 2018 ainsi qu'en 2010 et 2012. © René Roy
Un rorqual bleu
Le rorqual bleu B512 a été aperçu en 2012 à Percé. Le coordonnateur de la recherche du MICS a alors pris une biopsie de l'animal. © René Roy
Un rorqual bleu
B526 est observé cette année à Matane et l'année dernière à Pointe-des-Monts. © René Roy
Un rorqual bleu
La période d’allaitement d'un baleineau de rorqual bleu, comme celui-ci, dure 7 mois. © René Roy
Carnet de terrain - 18/7/2018

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020

Tout ce qu’il y a dans un nom : étudier les cris des bélugas sauvages

Par Valeria Vergara, chercheuse affiliée à Ocean Wise Ce billet a d’abord été publié sur le blogue d’Ocean Wise en…

|Carnet de terrain 24/8/2020