Alors que les glaces se sont retirées du Saint-Laurent, les phoques doivent trouver de nouvelles plateformes hors de l’eau pour se reposer, pour muer ou même pour donner naissance. Rochers et plages du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord accueilleront donc ces mammifères marins.

Voici donc quelques éléments à garder en tête pour profiter de votre observation sans déranger le phoque.

  • Si un phoque est hors de l’eau, c’est qu’il en a besoin.
  • Ne l’approchez pas, gardez une distance d’au moins 50 m avec lui pour éviter de le stresser.
  • Ne tentez pas de le nourrir, sa survie dépend de sa capacité à pouvoir chasser des proies fraiches (et c’est d’ailleurs illégal de le nourrir).
  • Ne tentez pas de le manipuler, de le repousser à l’eau ou de l’arroser, il n’en a pas besoin (et c’est d’ailleurs illégal).
  • Si le phoque grogne à votre vue ou à celle d’un chien, c’est signe qu’il est alerte et réagit à votre présence. Voyez-le comme un rappel qu’il faut s’éloigner de lui. Un phoque peut se déplacer rapidement et être imprévisible. C’est un animal sauvage qui peut mordre et transmettre des maladies.
  • Gardez vos chiens en laisse, pour la sécurité de votre animal et celle du phoque.
  • Un phoque qui grelote n’est pas nécessairement malade: greloter génère de la chaleur.

Quand un phoque est-il en danger?

Il arrive qu’un phoque choisisse un lieu de repos embêtant pour les activités humaines, comme une route, un quai achalandé ou encore une piste d’atterrissage. Dans ce cas, le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins et ses partenaires sont là pour intervenir pour la sécurité de l’animal.

De plus, si le phoque a des blessures visibles, si des personnes le perturbent ou si le phoque devient agressif, le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins est joignable en tout temps au 1 877 722-5346. Toutes les informations transmises par le public permettront d’établir un plan d’intervention adapté à la situation avec les vétérinaires et spécialistes de l’espèce.

Quelques surprises avec le dégel

Surprise moins plaisante que celle de voir un phoque en repos, la découverte d’une carcasse de phoque ou de baleine peut survenir avec le retrait des glaces. Même lorsque la carcasse de l’animal est fragmentée, l’équipe du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins veut obtenir l’observation. Le suivi des carcasses permet de déceler des modifications dans l’environnement, de prévenir d’autres mortalités et d’accumuler des informations précieuses sur la biologie des pinnipèdes et des cétacés.

Urgences Mammifères Marins - 29/3/2021

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017 et est porte-parole du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Pourquoi ne pas toucher à une carcasse de mammifère marin?

Par Marie-Maude Rondeau Avez-vous déjà entendu parler de Valleau, le cachalot dont la carcasse s’est échouée à L’Anse-à-Valleau en 2003?…

|Urgences Mammifères Marins 4/11/2021

Deux baleines à bec s’échouent vivantes dans la baie des Chaleurs

Jeudi 30 septembre, le Réseau québecois d'urgence pour les mammifères marins (RQUMM) reçoit un signalement pour deux baleines échouées vivantes…

|Urgences Mammifères Marins 7/10/2021

Que faire face à un phoque blessé?

Alors que vous vous promenez sur les rives du Saint-Laurent, vous tombez nez à nez avec un phoque. Jusque-là, rien…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2021