L’existence des hybrides issus du croisement entre les deux plus gros animaux du monde — soit le rorqual commun et le rorqual bleu — a été prouvée pour la première fois dans les années 1990. À l’époque, les scientifiques croyaient que ces individus étaient tous infertiles. Cependant, une nouvelle étude démontre le contraire: ces hybrides peuvent non seulement se reproduire avec l’une des espèces parentales, mais également survivre jusqu’à l’âge adulte. Une découverte étonnante, mais inquiétante au niveau de la conservation du rorqual bleu.

Le rorqual de sang-mêlé

L’hybridation est un phénomène évolutif répandu chez les animaux qui mène parfois à la création de nouvelles espèces. Cependant, il existe très peu de données à ce sujet chez les grands cétacés. C’est dans cette optique que Christophe Pampoulie et ses collaborateurs se sont servis d’outils génétiques pour analyser des échantillons provenant de huit hybrides commun-bleu suspectés. Les résultats qu’ils ont obtenus leur ont réservé deux surprises.

D’abord, l’un des individus provenait de l’union entre un rorqual commun mâle et une femelle… hybride! Il s’agit de la première mention d’un hybride de deuxième génération chez ces espèces. Auparavant, il n’existait que quelques mentions de femelles hybrides gestantes, sans confirmation qu’elles aient pu mettre bas. Par contre, la fertilité des hybrides mâles n’a encore jamais été prouvée.

Ensuite, une tendance récurrente s’est dessinée dans les données : sur huit hybrides étudiés, sept provenaient d’un croisement avec un rorqual commun mâle et un rorqual bleu (ou hybride) femelle. Qu’est-ce qui pourrait faire en sorte que la reproduction entre ces espèces soit aussi unidirectionnelle? Les chercheurs proposent différentes pistes de réponses. Premièrement, il pourrait s’agir d’un simple problème mécanique, par exemple dans le cas où il serait physiquement difficile pour un rorqual bleu mâle de s’accoupler avec un rorqual commun femelle. Un autre scénario retient toutefois davantage l’attention des chercheurs: il pourrait arriver que des femelles baleines bleues ne trouvent pas de partenaire de leur espèce et doivent se «rabattre» à s’accoupler avec un rorqual commun. Les statistiques supportent cette hypothèse. En effet, la population mondiale de rorquals communs (environ 100 000) est quatre fois plus élevée que celle des rorquals bleus (25 000). Dans la région d’étude des chercheurs, en Islande, ce ratio est d’autant plus disproportionné (37 000 communs contre 3000 bleus).

Un enjeu invisible pour la conservation

Les populations de rorquals bleus ont été décimées par la chasse et mettent beaucoup de temps à se rétablir. Malgré l’interdiction de leur chasse dans les années 50, ces animaux doivent encore composer avec plusieurs menaces, dont les collisions avec les navires, la diminution de l’abondance de leurs proies, l’empêtrement dans les engins de pêche et la pollution chimique. Désormais, il faudra ajouter les risques d’hybridation à cette longue liste. Il sera nécessaire de considérer cet enjeu lors de l’élaboration de plans de rétablissement. En effet, si les hybrides ne sont pas visuellement identifiables, cela pourrait mener à une surestimation du nombre de rorquals bleus. De plus, si l’hybridation avec le rorqual commun est fréquente, cela pourrait diminuer le nombre de naissances de rorquals bleus «purs», affaiblissant ainsi le taux de rétablissement de l’espèce. Cette menace affecte disproportionnellement les rorquals bleus par rapport aux rorquals communs, puisque leur population est de loin inférieure.

Actualité - 28/9/2020

Sarah Boureghda

Sarah Boureghda a rejoint l'équipe de Baleines en direct à l'été 2020 en tant que naturaliste-rédactrice. Étudiante en biologie et en création littéraire, elle se passionne par tout ce qui touche à la nature et à l'environnement. Elle a à cœur de sensibiliser la population aux enjeux qui concernent la survie des populations de mammifères marins.

Articles recommandés

5 nouvelles découvertes sur la baleine noire de l’Atlantique Nord

Espèce en voie de disparition, la baleine noire de l’Atlantique Nord intrigue autant qu’elle inquiète les scientifiques. C’est pourquoi plusieurs…

|Actualité 29/9/2022

Les baleines dans votre coin lecture

Dans le cadre de la journée nationale Je lis la science du 21 septembre 2022, l’équipe de Baleines en direct…

|Actualité 19/9/2022

Le livre des morts : près de 600 carcasses de bélugas examinées depuis 40 ans

Chaque année, on retrouve et on récupère entre 15 et 20 carcasses de bélugas sur les rives du Saint-Laurent. Pourquoi…

|Actualité 15/9/2022