Cela fait de nombreuses années maintenant que, à chaque saison estivale, ainsi qu’une bonne partie de l’automne, je sors régulièrement sur l’eau à la rencontre des cétacés, en Gaspésie ou aux portes de l’estuaire. Cette régularité me permet de retrouver certains individus, de les voir grandir et vieillir d’année en année. C’est le cas de la femelle rorqual à bosse H626, que je connais et suis depuis 12 ans.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, H626 est née en 2005 de Helmet (H166), une habituée des régions de Blanc-Sablon et de la Minganie. H626 a d’ailleurs été observée pour la première fois à proximité de la municipalité de Rivière-au-Tonnerre, près de Sept-Îles, ce qui lui a valu le surnom Boom-Boom River (BBR). Elle a ensuite adopté l’estuaire comme demeure estivale depuis 2006, où elle est plutôt connue sous le nom de Gaspar. Elle y a été observée tous les ans, sauf en 2008 Du côté du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, elle est plutôt connue sous le nom de Gaspar.

La première fois que j ’ai aperçu H626 en mer, c’était en 2008 près de l’ile Plate, dans le coin de Percé. Elle devait être âgée d’environ trois ans à ce moment-là et elle se déplaçait seule.

Depuis cette première rencontre, je l’ai revue chaque année, à l’exception de 2019 et 2020, et ce, presque toujours en bonne compagnie! Je l’ai observée à plusieurs reprises, entre autres, aux côtés de Pseudo (H008), d’Irisept (H492) ou de la célèbre Tic Tac Toe (H459).  L’intérêt de cet exercice est de pouvoir constater la fidélité de ces animaux entre eux et particulièrement entre femelles. Je l’ai par exemple observée à trois reprises comme escorte d’une paire mère/veau et sur trois années consécutives avec, entre autres, Irisept (H492).

En juillet 2009, au large de cap Gaspé, elle escorte ainsi la femelle Manta (H584) et son veau de l’année, le dénommé Chaplin (H744). L’année suivante, je la retrouve devant Cap-d’Espoir, près de Percé, en paire avec H759.

Juillet 2011, la voici de retour à cap Gaspé, cette fois en compagnie des femelles H758, Bolt (H102) et Irisept (H492). En août 2012, je l’ai à nouveau revue aux côtés d’Irisept (H492), en plus d’être accompagnée par Pseudo (H008).

L’année de ses 8 ans, en 2013, j’ai eu l’opportunité d’accompagner le chercheur Christian Ramp pour prélever une biopsie sur BBR au large de cap Gaspé. Cette biopsie a permis de confirmer son sexe, révélant qu’il s’agissait d’une femelle. Au moment de cette opération, elle était aux côtés d’Irisept (H492) et de Tic Tac Toe (H459).

L’année suivante, au mois de juillet, j’ai eu l’occasion de la voir à deux reprises. La première fois dans la baie de Gaspé, escortant Calypso (H573) et son veau, H817. Le lendemain, elle se trouvait plutôt à cap Gaspé en paire avec Paloma (H692). En contraste, lorsque nos chemins se sont croisés de nouveau en 2015, elle nageait seule à proximité de l’ile Plate.

Au printemps 2016, je l’ai observée sur trois jours consécutifs en mai dans la baie de Gaspé. Elle escortait Pseudo (H008) et son veau de l’année. En juillet 2017, je l’ai revue au large de Betsiamites, seule cette fois-ci. Pour ce qui est de l’été 2018, je l’ai vue une fois en juillet, en paire avec H910, puis un mois plus tard en paire avec Irisept (H492), chaque fois à cap Gaspé.

H626 (gauche) et Pseudo (H008) (droite) © René Roy
H626 escorte Pseudo (H008) et son veau de l'année. © René Roy
En 2017, René Roy a repéré H626 se déplaçant seul au large de Betsiamites. © René Roy
H626 en paire avec H902 © René Roy
H626 et H910 © René Roy

Après une vingtaine de rencontres sur 11 années consécutives, de 2008 à 2018, et deux années sans l’observer, je la retrouve enfin dans l’estuaire en 2021, au large des Escoumins, avec une petite surprise : son propre veau de l’année. Cette-fois ci, c’est elle qui est escortée par une jeune baleine, soit H957.

C’est pourquoi je suis toujours très enthousiaste de revoir cet animal, devenu presque mythique pour moi.

Carnet de terrain - 19/1/2022

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Que fait le GREMM en hiver? (2/2)

[Suite de l’article Que fait le GREMM en hiver? (½)] Chaque hiver, lorsque les baleines quittent l'estuaire, vous êtes nombreux…

|Carnet de terrain 25/4/2022

Les belles arrivées printannières

Chaque année, quand débute le mois d’avril en Haute-Côte-Nord, un émoi indescriptible commence à couler dans les veines des passionné(e)s,…

|Carnet de terrain 20/4/2022

Que fait le GREMM en hiver? (1/2 )

Lorsque l’automne arrive et que les baleines quittent l’estuaire du Saint-Laurent pour l’hiver, le GREMM range ses bateaux et ferme…

|Carnet de terrain 13/4/2022