Des oiseaux et des rorquals à bosse en masse!

  • Partenaire du veau de Quill
    Partenaire du veau de Quill ©Jane Stairs
    08 / 10 / 2016 Par Olivia Capeillere

    En ce début d’automne, les observateurs un peu partout le long du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent ont été agréablement surpris par la présence constante des rorquals à bosse et autres mammifères et oiseaux marins!

    Mardi, au bout du cap Gaspé mardi, c’était le festival des grands rorquals, avec un rorqual bleu, plusieurs rorquals communs et au moins trois rorquals à bosse.

    Jawbreaker ©GREMM

    Jawbreaker ©GREMM

    Un de nos collaborateurs, qui a fait plusieurs sorties entre Matane et Forestville ces derniers jours, a pu observer des centaines de dauphins à flancs blancs et identifier dix rorquals bleus, dont la bien connue Jawbreaker le 29 septembre.

    Le centre d’éducation et de recherche de Sept-Îles (CERSI) rapporte de nombreux marsouins communs et de petits rorquals et environ dix rorquals communs au large de Sept-Îles. Dans la péninsule de Manicouagan, à partir de la rive à pointe Paradis, un observateur a compté vingt rorquals, dont onze rorquals à bosse, le tout en moins de vingt minutes d’observation! Il a aussi observé de nombreux dauphins à flancs blancs réalisant des sauts et des acrobaties hors de l’eau. Une autre personne a pu voir quatre rorquals à bosse au large de Saint-Pancrace. Notre observatrice de Franquelin voit des marsouins et quelques petits rorquals quotidiennement. Mais sa grande surprise a été les rorquals à bosse, entre 2 et 5 individus par jour, vus non seulement par elle, mais aussi par de nombreux villageois, durant toute la fin septembre.

    Veau de Quill ©Jane Stairs

    Veau de Quill ©Jane Stairs

    Quant au secteur du parc marin Saguenay–Saint-Laurent, encore beaucoup petits rorquals et de marsouins communs ont été observés entre Tadoussac et Les Escoumins, et des troupeaux de phoques gris et de bélugas dans différents secteurs. Concernant les rorquals communs, on en compte entre six et sept individus, éparpillés dans l’estuaire, parfois au large des Bergeronnes, parfois dans le secteur de l’île Verte. Trou est toujours présente et elle est observée régulièrement avec un autre rorqual commun. Zipper a également été aperçue mardi, au large de l’ile Verte. Et une belle surprise en ce début octobre : quatre rorquals à bosse ! Cela comprend celle qu’on surnomme Picotine, le veau de Fleuret, présente depuis le mois de mai dans le parc marin et le veau de Quill, un juvénile d’un an et demi identifié par la Station de recherche des îles Mingan (MICS). Ce dernier montre la queue et porte des marques de dents, provenant probablement d’une attaque d’épaulard. Selon le MICS, il avait déjà ces morsures l’été passé lorsqu’il a été vu pour la première fois accompagné de sa mère, alors qu’il avait à peine 6 mois! Les deux autres individus n’ont pas encore été identifiés.

    Et pour finir, concernant les oiseaux marins, on retrouve le long du fleuve Saint-Laurent des centaines de macreuses, d’eiders à duvet, de mouettes tridactyles, de fous de Bassan, mais aussi de bécasseaux et de canards noirs.