Varvara, la baleine grise du Pacifique Nord détient désormais le record de la plus longue migration et pose bien des questions aux scientifiques

  • Une baleine grise
    Wikimedia Commons/Phil Konstantin
    05 / 05 / 2015 Par Christine Gilliet – Mots et Marées - /

    Avec un aller-retour transocéanique de plus 22000 km, Varvara a réalisé le plus long cycle de migration connu chez les mammifères. Les chercheurs pensaient qu’elle appartenait à la population de l’ouest en danger de disparition. Mais son suivi et celui de trois de ses congénères remettent en question ce qui distingue les populations de l’est et de l’ouest du Pacifique Nord.

    Cette baleine grise (Eschrichtius robustus), qui a quitté l’île de Sakhaline en Russie le 24 novembre 2011, a traversé l’océan Pacifique Nord en 69,5 jours et atteint la Basse-Californie au Mexique le 2 février 2012. Pour ce voyage de migration orienté vers le sud-est, la femelle âgée de neuf ans a parcouru 10880 km à la vitesse moyenne de 6,5 km/h. À la fin de ce voyage, Varvara a passé plus de trois semaines sur trois sites de reproduction en Basse-Californie tout en parcourant 1147 km à une vitesse lente.

    Elle a ensuite entamé le voyage de retour vers le nord-ouest le 26 février 2012 pour arriver 78,8 jours plus tard à l’île de Sakhaline. Son retour s’est fait sur 10484 km à une vitesse de 5,5 km/h. Le voyage aller-retour de Varvara totalise 22511 kilomètres parcourus en 172 jours, ce qui en fait le plus long cycle de migration connu et documenté d’un mammifère. C’est un rorqual à bosse qui détenait le précédent record de cycle de migration avec 16400 km.

    Varvara a été l’une des sept baleines grises équipées d’une balise satellitaire par une équipe composée de scientifiques étatsuniens et russes, menée par Bruce R. Mate. Leur étude a été publiée dans la revue en ligne Biology Letters en avril dernier.

    Deux populations distinctes, chacune d’un côté de l’océan? Pas si sûr aujourd’hui…

    Le Pacifique Nord est fréquenté par deux populations de baleines grises, distinctes d’un point de vue génétique et qui, croyait-on jusqu’à cette étude, ne se rencontrent pas. Dans le Pacifique du Nord-Ouest, la population est en danger critique de disparition après avoir été décimée par la chasse commerciale; il ne resterait que 130 individus. Ses routes migratoires et ses sites de reproduction étant inconnus, l’étude a été conduite pour les identifier. De l’autre côté de l’océan, la population du Pacifique du Nord-Est, non en péril, s’est bien rétablie en bénéficiant de mesures de conservation et compte environ 20000 individus.

    Le suivi satellitaire des sept baleines grises, présumées appartenir à la population du Nord-Ouest, a débuté à l’île de Sakhaline où se trouvent leurs sites d’alimentation. Le suivi a été réalisé entre 2010 et 2012. Trois d’entre elles ont traversé l’océan, dont Varvara, pour rejoindre les régions fréquentées par les baleines grises du Nord-Est. Leurs voyages, surtout celui de Varvara, suggèrent que toutes les trois appartiendraient en fait à la population du Nord-Est et qu’elles viendraient chasser et se nourrir dans la partie ouest de l’océan, dans des sites d’alimentation que les scientifiques attribuaient jusqu’à maintenant à l’autre population. Si le suivi de leurs routes migratoires à travers l’océan met en évidence leurs surprenantes capacités à naviguer à une échelle océanique, il remet en question le scénario migratoire attribué aux baleines grises du Nord-Est: des baleines lentes qui se déplacent sur un axe nord-sud et le long des côtes de l’Amérique du Nord, entre la Basse-Californie et l’Alaska.

    Pour les auteurs de l’étude, il est donc nécessaire de poursuivre l’évaluation de l’identité de la population en péril que l’on trouve à l’île de Sakhaline. S’il s’avère que des baleines grises de l’est ont élargi leurs sites d’alimentation et se joignent à celles de l’ouest, la population des baleines grises du Pacifique du Nord-Ouest pourrait être encore plus petite et considérée en plus grand danger de disparition, ou même disparue.

    La baleine grise Flex, évoquée dans deux articles du magazine de Baleines en direct en 2011, fait partie des trois individus ayant migré d’ouest en est, cités dans la présente étude.

    Source

    Sur le site de Biology Letters (en anglais seulement):

    Critically endangered western gray whales migrate to the eastern North Pacific

    Pour en savoir plus

    Sur le site de Futura Sciences (en anglais seulement):

    22.500 km : le record de la baleine Varvara étonne les scientifiques

    Sur le site de Live Science (en anglais seulement):

    Gray Whale Breaks Mammal Migration Record

    Sur le site de Baleines en direct:

    La baleine grise (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs)