Une première estimation de l’impact de la marée noire du golfe du Mexique sur les cachalots

  • 17 / 05 / 2012 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    Les enregistrements des émissions sonores des cachalots, avant et après l´explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, indiquent que leur présence a diminué près du site et augmenté plus loin vers le sud. Ce premier pas pour caractériser les impacts de la marée noire sur les mammifères marins devrait être complété par d´autres études.

    Le document rédigé par une équipe de scientifiques états-uniens a été publié sur le site Internet de l´Acoustical Society of America en mars 2012 (Assessing the Deepwater Horizon oil spill impact on marine mammal population through acoustics: Endangered sperm whales).

    En 2007, des enregistrements ont été effectués par le Littoral Acoustic Demonstration Center (LADC) près du site de la plateforme pétrolière. Les bouées équipées d´hydrophones ont été de nouveau installées dans le golfe du Mexique en 2010, dans trois sites distants de 14, 40 et 80 km du déversement pétrolier causé par l´explosion de Deepwater Horizon en avril 2010. Avec l´analyse de ces données, les scientifiques ont pu estimer l´abondance de la population de cachalots dans le golfe du Mexique dans les deux sites les plus proches de l´incident. La comparaison entre les données de 2007 et 2010 montre que l´activité acoustique des cachalots et leur abondance ont diminué de moitié sur le site distant de 14 km et qu´ils ont augmenté de manière significative dans le site situé à 40 km plus au sud. Selon les chercheurs, cela indique que des cachalots auraient changé d´habitat en s´éloignant de la marée noire.

    Chaque mortalité pèse lourd pour cette population en danger de disparition

    La population de cachalots du nord du golfe du Mexique, estimée à 1 665 individus selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), est distincte de celle de l´Atlantique Nord. Si toutes les populations de cachalots figurent sur la liste des espèces en danger de disparition aux États-Unis, celle du golfe du Mexique est considérée comme particulièrement fragilisée par sa petite taille. En effet, selon la NOAA, un prélèvement annuel de trois individus causé par des activités humaines, en plus des mortalités naturelles, représente un fort risque à long terme pour la survie de la population. En effet, les femelles atteignent tardivement leur maturité sexuelle et ne donnent naissance qu´à trois ou quatre baleineaux durant leur vie.

    Les chercheurs sont donc particulièrement préoccupés par l´impact du pétrole qui peut affecter les mammifères marins par l´inhalation des substances toxiques, lorsqu´ils viennent respirer à la surface à travers une nappe d´hydrocarbures, pouvant provoquer un choc temporaire et la noyade même chez des individus matures. La contamination de la chaîne alimentaire, notamment les poissons et calmars qui sont les proies favorites des cachalots, est aussi une source d ‘inquiétude pour la santé des cachalots et leurs nouveau-nés. Selon Céline Godard-Codding, une chercheuse de la Texas Tech University, citée dans un article du National Geographic en mai 2010, 300 cachalots fréquentaient de manière assidue le secteur de la plateforme pétrolière, d´après les données compilées entre 2000 et 2005.

    Trouver la cause du déplacement des cachalots

    Le LADC poursuit son programme d´écoute passive des cachalots et des baleines à bec depuis 2001 dans le golfe du Mexique et près du site de la plateforme Deepwater Horizon avec un réseau de bouées enregistrant les émissions sonores des cétacés pendant leur recherche de nourriture et leurs communications entre individus. Ce suivi acoustique représente un bon outil pour estimer l´abondance des cachalots et l´état de leur habitat. Il permet aussi d´évaluer l ‘évolution du trafic maritime et la pollution sonore, avec les enregistrements sur les trois sites entre 2007 et 2010. Avec l ‘ensemble de ces données, les scientifiques comptent étudier les deux hypothèses émises pour caractériser les causes ayant entraîné le déplacement des cachalots, celle de la pollution due à la marée noire et celle de l ‘augmentation du trafic maritime, ou bien encore s´il s´agit d´une fluctuation naturelle. Ils soulignent le besoin d´étendre ce suivi et ces études pour les populations de baleines à bec et de dauphins.
    [Acoustical Society of America, National Geographic]

    En savior plus

    Sur le site de Acoustical Society of America (en anglais seulement) : Assessing the Deepwater Horizon oil spill impact on marine mammal population through acoustics : Endangered sperm whales