Un rorqual à bosse empêtré au large du parc Forillon

  • © Pêches et Océans Canada
    09 / 09 / 2019 Par Marie-Ève Muller

    Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins reçoit un signalement pour un rorqual à bosse empêtré au large des falaises du parc Forillon, en Gaspésie, le 25 aout 2019 en fin de journée. Une plaisancière remarque que le rorqual à bosse traine des bouées et compose tout de suite le 1-877-7baleine.

    L’animal parvient à se déplacer, mais sa nage semble obstruée par le cordage et les bouées à sa traine. Rapidement, le Réseau avise les équipes du parc Forillon ainsi que celles de Pêches et Océans pour tenter de relocaliser l’animal. Le 26 aout, le rorqual à bosse est observé de nouveau, trainant deux bouées reliées à des cages à crabes. Il se trouve devant la plage de Boom Defense, dans la baie de Gaspé. L’équipe de sauvetage de Campobello, une équipe spécialisée en désempêtrement des baleines, est avisée. Cette équipe des Maritimes est prête à se déplacer si  une balise satellite est posée sur le matériel de pêche, pour pouvoir localiser l’animal facilement et rapidement.

    Les agents des pêches trouvent le rorqual à bosse. Ils tentent de placer la balise, et une première cage à crabe se décroche. La joie explose sur le bateau!  Victoire, la baleine est dépêtrée! Hélas, quelques heures plus tard, les agents des pêches recroisent le rorqual à bosse et réalisent qu’une deuxième cage est toujours prise au niveau de la nageoire pectorale. Cette fois, impossible de placer une balise satellite. L’animal s’éclipse. Les agents des pêches et l’équipe de Campobello refont le point.

    Depuis, le rorqual à bosse n’a pas été revu. S’est-il dépêtré ? A-t-il changé de secteur ? Ce n’est pas impossible. Un rorqual à bosse empêtré en 2017 au large de Gaspé s’est rendu dans le golfe du Maine où il a finalement été dépêtré par l’équipe du Center for Coastal Studies. Cette année, cet individu appelé Snowball a été revu en Gaspésie et dans l’estuaire, en bonne santé.

    Vous observez un animal empêtré? Merci de prendre des photos et idéalement des vidéos qui nous permettront de documenter l’état de santé de l’animal. Prenez également en note la position exacte et si possible les coordonnées GPS avec l’heure de l’observation afinde pouvoir faire le suivi des déplacements.

    Gardez une distance de sécurité d’au moins 200m afin d’éviter d’augmenter le stress de l’animal ou pour ne pas empêtrer votre moteur dans le matériel trainant derrière la baleine.


    Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.