C’est une histoire qui a fait couler beaucoup d’encre et qui a suscité un intérêt hors de l’ordinaire. Les photos d’un phoque commun blessé aux yeux et à la tête ont circulé abondamment sur les réseaux sociaux et dans les médias, le 2 juillet dernier. Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins a été contacté à 13 h 45 par les biologistes et les agents du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Ils avaient été contactés plus tôt par un pêcheur qui avait observé l’animal blessé sur une petite plage d’Arvida, en amont du Saguenay. Après plusieurs discussions avec des spécialistes, l’équipe du Centre d’appels a coordonné une intervention.

Le Réseau vient en aide aux animaux en difficulté, mais les programmes d’intervention touchent les mammifères marins en difficulté d’une cause humaine (empêtrement, collision, piège artificiel). Dans ce cas-ci, l’origine des blessures est inconnue, mais comme ses chances de survie étaient pratiquement nulles, l’euthanasie de l’animal a été envisagée pour faire suite à des discussions avec un vétérinaire du Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS), membre du Réseau.

Cette intervention peu banale doit être faite par des instances qui possèdent un permis émis par Pêches et Océans Canada et qui ont l’expertise pour le faire. Il s’agit d’une opération complexe. Les capacités d’intervention sont limitées sur le territoire comme peu de gens sont autorisés à procéder à de telles interventions, impliquant la capture de l’animal puis l’euthanasie.

Grâce à la collaboration de l’équipe du Zoo sauvage de Saint-Félicien, membre du Réseau, l’intervention s’est mise en branle. L’équipe s’est dirigée en fin de journée vers le site où l’animal avait été vu, presque immobile aux dires des témoins, durant la journée. À leur arrivée, l’animal avait vraisemblablement repris le large. On ne voyait que les traces des passants, des médias et des curieux.

Si vous voyez le phoque ou tout mammifère marin mort ou en difficulté, merci de le signaler au 1-877-7baleine (1-877-722-5346). Gardez une distance d’au moins 50 m et ne tentez pas d’intervenir auprès de l’animal. Suivant votre signalement, le Centre d’appels du Réseau analysera la situation et déterminera si une intervention aura lieu.

Urgences Mammifères Marins - 3/7/2015

Josiane Cabana

Josiane Cabana a été directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins de 2011 à 2018. Entre les cas de mammifères marins morts ou en difficulté auxquels elle répond, elle aime prendre le temps de sensibiliser les riverains aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Biologiste de formation, elle s’implique au sein du GREMM depuis plus de 15 ans, toujours avec la même passion!

Articles recommandés

Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins se dote d’une équipe mobile

Afin de pouvoir répondre plus rapidement et plus efficacement aux urgences impliquant des mammifères marins le long des rives du…

|Urgences Mammifères Marins 11/8/2020

Pourquoi signaler une carcasse?

C’est simple: en signalant une carcasse au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM), vous contribuez à la conservation…

|Urgences Mammifères Marins 20/7/2020

Un jeune phoque barbu à Laval

Un jeune phoque de l’espèce phoque barbu est observé du 23 juin au 28 juin à Laval, à la marina…

|Urgences Mammifères Marins 25/6/2020