Une vague de froid polaire a déferlé sur le Québec cette semaine, amenant avec elle des vents mordants, une brume épaisse et d’innombrables flocons épaississant encore le manteau immaculé hivernal de la province. Le fleuve, lui, se laisse tranquillement envelopper par la saison, revêtant graduellement une couche de glace bien accueillie après y avoir été absente en 2021.

Ces conditions rigoureuses ont gardé à terre de nombreux navigateurs et n’ont pas permis une observation optimale des mammifères marins. Une soixante de phoques communs ont tout de même été vus dans la baie de Gaspé cette semaine, alors que celle-ci se couvre à son tour de glace, ainsi que quelques phoques gris à Franquelin.

Pas de baleines?

Cette couverture de glace nouvellement formée dans certaines régions semble garder les cétacés à distance des côtes, ne permettant pas d’apercevoir de souffles à l’horizon. Cependant, cela n’est pas synonyme d’une absence totale de baleines! Un riverain a aperçu un petit rorqual ainsi qu’un marsouin commun depuis la rive de Godbout, où la glace y est encore très mince. « C’est la première fois que je vois ça à la mi-janvier! », affirme-t-il.

Habituellement, à cette période-ci de l’année, il n’est pas insolite d’apercevoir des rorquals bleus dans le Saint-Laurent. En 2021, néanmoins, ils se sont faits rares toute l’année, discrétion qui semble se poursuivre en ce début de 2022. Voilà plusieurs semaines qu’aucun rorqual bleu n’a été repéré, soulevant certaines questions au sujet de leur distribution . Sont-ils moins nombreux, ou le manque d’observations est-il dû à une météo récalcitrante limitant les sorties en mer?

Quoiqu’il en soit, même si la présence de glace n’est pas optimale pour admirer la faune marine de l’estuaire et du golfe, elle est accueillie avec un certain enthousiasme par la communauté scientifique. Cette glace, rappelons-le, joue un rôle important dans un tel écosystème. Elle permet, entre autres, de protéger le littoral de l’érosion et de régulariser la circulation de l’océan ainsi que la température de l’air, en plus d’offrir une aire de repos essentielle aux pinnipèdes.

À défaut de baleines, profitons du splendide paysage hivernal du Saint-Laurent!

Vous avez les yeux sur l’eau? Devenez observateur ou observatrice pour Baleines en direct!

Afin de continuer à alimenter notre chronique hebdomadaire des Observations de la Semaine, nous avons besoin de recruter de nouveaux observateurs et observatrices bénévoles, qui pourront nous raconter chaque semaine leurs rencontres avec des mammifères marins. Nous recherchons particulièrement des personnes basées dans le Bas-Saint-Laurent et en aval de Sept-Îles. Intéressé(e)? Envoyez-nous un petit courriel à [email protected].

Observations de la semaine - 13/1/2022

Elisabeth Guillet Beaulieu

Elisabeth Guillet-Beaulieu a rejoint le GREMM en tant que rédactrice scientifique au début de l'automne 2021. Depuis toujours, elle est animée par un amour inépuisable de la biologie marine et des milieux aquatiques, amour qui se manifeste aujourd'hui dans la poursuite d'une carrière scientifique. Détentrice d'un baccalauréat en sciences biologiques, cette enthousiaste de l'environnement et de la conservation des milieux naturels a rejoint l'équipe de Baleines en direct dans l'espoir de partager sa passion contagieuse des mammifères marins tout en achevant sa maîtrise en environnement et développement durable.

Articles recommandés

«La saison peut définitivement commencer»

Des histoires d’amour se développent parfois entre certaines baleines et les naturalistes qui les observent. Pour Renaud Pintiaux, naturaliste et…

|Observations de la semaine 30/6/2022

Une drôle de coïncidence

Les bélugas ont su profiter pleinement de leur première journée de quiétude dans le fjord du Saguenay. De nombreux dos…

|Observations de la semaine 23/6/2022

De l’action près des côtes

Du petit marsouin commun au titanesque rorqual bleu : l'immense palette d'observation qu'offre le Saint-Laurent n'est pas réservée aux navigateurs. Les…

|Observations de la semaine 16/6/2022