Par René Roy

Depuis plusieurs années, j’effectue des sorties en mer dans le Saint-Laurent dans le but d’observer les mammifères marins. Collaborateur de la station de recherche des iles Mingan (MICS), je transmets mes observations – de grands rorquals en particulier – aux scientifiques, ce qui permet de colliger des données de photo-identification et de comportement. Je ne suis pas moi-même un scientifique, et mes commentaires et réflexions sont principalement basés sur mes observations de terrain. Je complète aussi cette acquisition de connaissances en science marine avec des lectures et des échanges avec les scientifiques et autres collaborateurs du domaine. C’est fort de cette expérience que je puisse souligner que cette saison 2021 était particulière au niveau des grands rorquals : voici le bilan de mes observations.

Un terrain connu

Cette saison, j’ai fait 29 sorties d’une moyenne de 8 heures/jour. J’ai parcouru 2131 milles nautiques (près de 4000 km) avec une moyenne de 75 milles nautiques (140 km) par jour.

Treize de ces sorties ont eu lieu au large de la péninsule gaspésienne, où j’ai couvert les secteurs de Percé jusqu’à Cloridorme. Les seize autres sorties ont eu lieu dans l’estuaire maritime, de Les Méchins jusqu’au parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, du sud au nord à plusieurs reprises… le même terrain parcouru depuis mes débuts dans cette activité! Je parcours toujours ces secteurs en fonction des mouvements migratoires des baleines.

Une constance depuis quelques années, dont cette saison, a été d’observer dans les secteurs couverts des bancs de globicéphales seulement en mai, et des dauphins à flancs blancs à partir de la mi-août. Fin juin cette année, j’ai pu observer une migration d’une centaine de bélugas au large de Matane, entrant dans l’estuaire.

J’ai documenté durant ces sorties 83 individus rorqual à bosse différents, environ 80 individus rorqual commun et seulement 7 rorquals bleus. Ce sont ces chiffres qui font la spécificité de cette dernière saison, particulièrement pour les rorquals à bosse et les rorquals bleus.

Une saison inhabituelle en chiffres

En résumé, voici le nombre de rorquals que j’ai observés ces 5 dernières années :

En 2017 (20jrs en mer): observé 17 rorquals à bosse et 24 rorquals bleus

En 2018 (28jrs en mer): observé 25 bosses et 63 bleus

En 2019 (25jrs en mer): observé 99 bosses et 66 bleus

En 2020 (12jrs en mer): observé 3 bosses et 25 bleus (Pandémie, pas de sortie en Gaspésie et haut estuaire)

En 2021 (29jrs en mer): observé 83 bosses et 7 bleus (Effort particulier dans des secteurs des rorquals bleus)

Les rorquals à bosse en augmentation

Je constate, comme plusieurs, une augmentation constante de rorquals à bosse depuis les 3-4 dernières années : augmentation de nouveaux venus, de plus jeunes animaux et, dans une moindre mesure, d’individus qui sont habituellement observés dans le golfe du Maine.

Les animaux de cette année étaient très peu dispersés, je les ai presque tous observés parmi de grands groupes d’individus, des agrégations d’une trentaine en moyenne en Gaspésie (entre 6 et 12 milles au large) et dans l’estuaire.  Parmi ces agrégations, il y a eu celle que j’ai observée dans le parc marin qui a été la plus constante et dont les animaux étaient très actifs. Je me suis beaucoup questionné sur cette hyperactivité qui m’a semblé significative par rapport aux autres regroupements et aux animaux observés en aval du parc. Serait-ce le dérangement qui provoque une telle agitation?

caudale rorqual à bosse
H584 (Manta) rencontrée en Gaspésie et revue dans l’estuaire en 2021. Elle a été plutôt rarement observée dans l’estuaire. Je l’ai observée par le passé en 2009 avec son veau de l’année (H744 Chaplin) et en 2019 encore avec son veau de l’année (H945), toujours en Gaspésie. © René Roy
caudale rorqual à bosse
H917, un individu vu à Gaspé et qui a séjourné longtemps dans le parc marin Saguenay. © René Roy
dos rorqual à bosse
H878, observé à Gaspé. C'est le veau 2017 de H109 (Tracks), aussi observé dans le parc marin. © René Roy
deux dos de rorquals à bosse
H492 (Irisept) et H009 (Fleuret) à Gaspé. Ils ont aussi été observés ensemble dans le parc marin. © René Roy
3 rorquals à bosse
H144 (Cédille) et son baleineau, en compagnie de H007 (Siam) au large de la Gaspésie et qui ont tous séjourné longtemps dans le parc marin. © René Roy
caudale rorqual à bosse
H638 (Splinter), veau 2005 de H109 (Tracks). Cette année a marqué la première observation de cet individu dans l’estuaire. © René Roy
deux rorquals à bosse
H951 et le veau de H952. Ce sont de nouveaux individus au large de la Gaspésie et ils ont été revus dans l’estuaire. © René Roy
caudale rorqual à bosse
H591 (Robin), un rare visiteur de l’estuaire qui ne semble pas avoir été observé dans le parc marin. © René Roy

Sur les 83 rorquals à bosse observés, j’ai 23 individus non identifiés et non catalogués pour l’instant (probablement des nouveaux du secteur) parmi lesquels 6 baleineaux de l’année. Étonnamment, 51 de ces individus ont aussi été observés plus tard dans le parc marin cette saison. C’est dire que le parc marin a attiré beaucoup de rorquals à bosse cette année! Y compris la majorité de ceux que j’ai observés ailleurs dans l’est de l’estuaire et la partie gaspésienne du golfe.

Cette augmentation des observations est de très bon augure pour cette espèce. Ces agrégations de rorquals en des endroits très précis, riches en nutriments, font cependant craindre pour la dispersion de la nourriture. Tous les rorquals à bosse que j’ai vus déféquer cette saison avaient mangé du poisson. En aucune occasion je n’ai observé des fèces de couleur rouge, comme lorsqu’ils mangent du krill.

Des rorquals bleus très furtifs

Le peu de rorquals bleus (7 individus seulement!) que j’ai documentés cette année sur les secteurs que je couvre régulièrement est, à mon point de vue, très inquiétant et pourrait être expliqué par le manque de krill, dont ils se nourrissent exclusivement.

Les quelques individus observés avaient tous un comportement très furtif, étaient en déplacement et semblaient chercher quelque chose qu’ils ne trouvaient pas en effectuant de longues plongées (14 minutes) dont ils ressortaient très loin. J’ai observé 4 de ces individus bien au large dans le détroit d’Honguedo, et 3 mâles furtifs au large de l’ile du Bic, et ceux-ci n’ont pas été revus par la suite.

Contrairement aux 20 dernières années, je n’ai cette année fait aucune observation de rorqual bleu dans le secteur est de l’estuaire, entre Matane et Pointe-des-Monts, zone où j’observe d’habitude entre 20 et 40 rorquals bleus chaque année.

En conclusion, l’été 2021 a constitué une saison tout à fait inhabituelle d’observation de grands rorquals. Le manque de dispersion des rorquals à bosse et des rorquals communs serait-il symptomatique d’une faible quantité de nourriture dans le golfe et l’estuaire?

Où étaient les rorquals bleus et où était le krill dont ils se nourrissent?

Sur ces grandes questions, je remercie les lecteurs pour l’intérêt qu’ils portent à ces magnifiques animaux.

À la prochaine saison!

Carnet de terrain - 13/12/2021

René Roy

René Roy est un cétologue amateur, passionné de la mer et des baleines, résidant à Pointe-au-Père, dans le Bas-Saint-Laurent. Depuis plusieurs années, il entreprend des expéditions de photo-identification pour le compte de la Station de recherche des iles Mingan (MICS), principalement en Gaspésie. Il est également bénévole pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

 On peut voir ses photos sur Facebook

Articles recommandés

Travail d’équipe pour la protection des baleines

La protection du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent relève d’un travail d’équipe. La recherche permet de connaître les enjeux liés au…

|Carnet de terrain 13/10/2022

Récupération d’une carcasse de Dauphin à flancs blancs à Rimouski

Lundi, le 5 septembre en début d’après-midi, la centrale d’appels du Réseau québécois d’Urgences Mammifères Marins reçoit un signalement concernant…

|Carnet de terrain 11/10/2022

Les yeux rivés sur les bélugas

Chaque été, depuis 2003, l’équipe de Parcs Canada scrute le paysage marin de la baie Sainte-Marguerite pour dénombrer les bélugas…

|Carnet de terrain 6/10/2022