Quoi faire en cas de prise accidentelle?

  • Cette photo du rorqual à bosse Snowball en juin 2017 la montre empêtrée dans du cordage lié à des casiers de crabe. © David Gaspar, Station de recherche des iles Mingan
    15 / 04 / 2019 Par Mélissa Tremblay

    Au Québec, la pêche au crabe et à la crevette a commencé depuis quelques semaines. Malgré tous les efforts déployés pour prévenir les incidents, il arrive que des baleines ou des phoques se retrouvent pris dans les filets ou les cordages de pêche. De 3 à 20 cas de baleines prises dans des engins de pêche sont recensés au Québec chaque année.

    Depuis mars 2018, tout détenteur de permis de pêche est tenu de signaler immédiatement tout incident avec un mammifère marin au 1-877-7baleine (1-877-722-5346). Si un cétacé ou un phoque empêtré dans un engin de pêche est observé, il ne faut en aucun cas tenter de le libérer soi-même. Le comportement d’un animal empêtré est imprévisible et peut être dangereux. Travailler de concert avec les équipes formées et expérimentées permet de procéder, lorsqu’il est possible, à une intervention stratégique, concertée et sécuritaire, autant pour l’animal que pour vous et votre matériel.

    Chaque cas d’empêtrement signalé à Urgences Mammifères Marins sera étudié par les équipes de Pêches et Océans Canada, et ce, pour toutes les espèces de baleines. Tout intervenant spécialisé et mandaté pour intervenir a des autorisations spécifiques répondants aux règlementations et aux normes de sécurités de Pêches et Océans Canada.

    Ainsi, si vous voyez un cétacé ou un phoque empêtré dans votre matériel ou dans celui de quelqu’un d’autre, voici ce qu’il faut faire.

    Autour de l'évent d'un rorqual à bosse, des cordages sont emmêlés.

    Les empêtrements peuvent avoir un lourd impact sur les animaux. © Jacques Gélineau

    Appeler le 1-877-7baleine (1-877-722-5346)

    Vous serez immédiatement en contact avec un spécialiste qui évaluera la situation avec vous. Attendez les consignes avant de faire quoi que ce soit. Secourir l’animal, récupérer le matériel ou récolter des données scientifiques utiles pour la protection des baleines sont des actions envisageables.

    Décrire la situation

    La personne vous ayant répondu à Urgences Mammifères Marins aura besoin des informations suivantes :

    Animal mort ou vivant

    Déplacement (vitesse et direction ou surplace)

    Respiration (fréquence et durée des plongées)

    Vigueur et signes d’épuisement

    Valider l’espèce

    Prendre des photos si c’est possible

    Noter la taille, la couleur (dos, ventre, nageoire), la forme de la tête (pointue, ronde) et la forme du corps (carcasse gonflée, animal entier, nageoires, présence de sillons ventraux…)

    Informations à transmettre

    Afin de bien prévoir l’intervention, les équipes du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins auront besoin d’avoir le plus de détails possible sur l’incident.

    Comment la baleine semble prise et où sur l’animal sont les cordes ou filets

    Type d’engin de pêche

    Localisation précise (coordonnées GPS)

    Heure de la dernière observation

    État de la mer

    Zone de pêche commerciale

    Suivi de la situation

    Attendez le plan d’intervention des spécialistes

    Observez l’animal à distance

    Continuez de noter le comportement de l’animal

    Restez en communication avec les spécialistes

     

    Les équipes du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins remercient à l’avance tous les pêcheurs de leur collaboration.

     


    Mélissa Tremblay travaille au GREMM depuis 2012. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, et son intérêt pour la science l’a menée à devenir assistante de recherche pour le GREMM et répondante au Centre d’appels d’Urgences Mammifères Marins. Depuis mai 2018, elle est responsable du Centre d’appels.