Quelle espèce de baleine a les plus gros testicules?

  • Baleine noire © André Desrochers
    Les testicules des baleines noires atteignent la taille record de 900 kg, ce qui est intimement lié à leur évolution reproductive. // The testicles of the North Atlantic right whales can exceed 900 kg, which is closely linked to their reproductive evolution. © André Desrochers
    21 / 01 / 2019 Par Jeanne Picher-Labrie - / /

    Ce sont les baleines noires de l’Atlantique Nord qui ont les plus gros testicules du règne animal. Ils peuvent dépasser 900 kg, ce qui correspond à environ 2% de la masse totale de l’animal. Les marsouins communs ne laissent pas leur place non plus : en période reproductive, les testicules des mâles gonfleront jusqu’à représenter 5% de leur poids corporel. Mais en quoi avoir de gros testicules est utile aux mâles des baleines noires ? Pourquoi l’évolution a-t-elle favorisé ce caractère ?

    Pour bien comprendre l’utilité de cette adaptation, il faut savoir que les femelles baleines peuvent s’accoupler successivement avec différents mâles. Afin d’assurer leur descendance, ces derniers ont avantage à produire beaucoup de spermatozoïdes pour «diluer» ou même déloger le sperme des autres mâles. Dans ce système de compétition spermatique, ce serait la loi des probabilités qui déciderait de la paternité! Les mâles qui possèdent les plus volumineux testicules — et qui produisent donc un plus grand nombre de spermatozoïdes — auraient un succès reproducteur plus grand. Le fait d’avoir des testicules plus gros que la moyenne est un trait qui est ensuite transmis à la descendance et sélectionné par l’évolution.

    La compétition spermatique est une stratégie répandue dans le monde animal, et les baleines noires de l’Atlantique Nord sont l’exemple par excellence. Pourquoi se sont-elles adaptées d’une manière démesurée comparativement à d’autres espèces qui utilisent la compétition spermatique ? Le milieu aquatique serait en grande partie responsable. En effet, puisque les baleines peuvent s’y déplacer en trois dimensions et que le milieu est généralement libre de barrières physiques, un mâle ne peut pas restreindre l’accès des autres mâles à une femelle, une stratégie qui est plutôt utilisée en milieu terrestre. Certains mammifères marins ont développé des stratégies comportementales pour se distinguer des autres lors de la reproduction, comme les cachalots qui utilisent le combat pour établir leur dominance sur les autres mâles. Cependant, ce n’est pas le cas des baleines noires de l’Atlantique Nord, qui ne semblent pas organisées en hiérarchie. N’ayant pas d’autres moyens de compétition, elles ont mis «tous leurs œufs dans le même panier» en poussant la compétition spermatique à l’extrême.

    Une adaptation qui nuit à l’espèce

    Des études ont déterminé que la compétition spermatique avantageait les plus vieux mâles de cette population. On estime que les mâles peuvent se reproduire dès 8 ans, mais la majorité des paternités surviennent à partir de 15 ans. L’une des hypothèses émises est que le développement des testicules, en taille et en productivité, pourrait se poursuivre même lorsqu’une baleine a atteint sa taille adulte. Cet avantage aux mâles âgés réduit grandement le nombre d’individus pouvant se reproduire, ce qui nuit à l’espèce du point de vue de la conservation. Ce sont souvent les mêmes mâles qui se reproduisent avec succès d’une année à l’autre, ce qui diminue le «brassage génétique». En d’autres mots, les gènes portés par les individus qui ne peuvent pas se reproduire ne seront pas transmis aux générations suivantes. Par conséquent, le bagage génétique de la population est uniforme, ce qui est caractéristique des petites populations. Une faible diversité génétique peut empêcher une espèce de s’adapter aux changements, favoriser la propagation de mutations nuisibles au sein de l’espèce et même nuire à la reproduction à cause de la consanguinité. Encore une fois, la nature nous rappelle l’importance de la diversité pour la survie des espèces.

    Sources

    (2007) Frasier, T. R., P. K. Hamilton, M. W. Brown, L. A. Conger, A. R. Knowlton, M. K. Marx, C. K. Slay, S. D. Kraus and B. N. White. Patterns of male reproductive success in a highly promiscuous whale species: the endangered North Atlantic right whale. Molecular Ecology 16: 5277–5293.

    En savoir plus sur la reproduction des baleines

    La reproduction (Baleines en direct)

    Étudier la reproduction comme deux morceaux de casse-tête qui s’emboitent (Baleines en direct, 27/11/2017)

    Quel est le volume d’éjaculation d’un rorqual bleu? (Baleines en direct, 24/03/2015)


    Jeanne Picher-Labrie a rejoint l’équipe de Baleines en direct en 2019 en tant que stagiaire en rédaction. Étudiante au baccalauréat en biologie, elle est depuis toujours émerveillée par la nature. Elle en apprend chaque jour un peu plus sur les mammifères marins du Saint-Laurent et souhaite partager sa fascination grâce à la vulgarisation scientifique.