Les sauts hors de l’eau qu’effectuent les baleines, appelés breachs dans le jargon scientifique, serviraient, entre autres, à communiquer avec des compagnons éloignés, révèle une étude australienne sur des rorquals à bosse. Ces sauts surviendraient plus fréquemment quand le groupe le plus proche se situe à plus de quatre kilomètres de distance et quand la météo est défavorable et que le vent et les vagues tendent à couvrir les vocalises des animaux. Les claquements répétés des nageoires pectorales (flipper slapping) et de la queue (lobtailing) sur l’eau auraient aussi un rôle à jouer dans la communication entre les membres d’un groupe, particulièrement lorsque ceux-ci sont séparés ou qu’un nouvel individu les rejoint.

Les breachs auraient aussi d’autres fonctions: le jeu pour les plus jeunes, la séduction et la défiance pour les mâles pendant la période de reproduction, un moyen de se réunir avant la migration et des acrobaties pour se débarrasser des parasites de la peau. Selon une étude de chercheurs étatsuniens, ces sauts pourraient aussi favoriser la capacité de plongée des jeunes rorquals à bosse. En effet, l’effort physique pour réussir cet exploit influencerait la production de myoglobine. La myoglobine transporte et entrepose l’oxygène dans les muscles des vertébrés. Chez les mammifères marins, elle est particulièrement abondante et serait la clé du succès de leurs plongées.

Les rorquals à bosse ne sont pas les seuls à réaliser ces comportements exubérants; les petits rorquals, cachalots et baleines noires le font également. Ces sauts exigeants demanderaient le maximum de puissance que peut déployer une baleine, afin de vaincre la résistance de l’eau et sortir à toute vitesse.

Les baleines en questions - 23/1/2017

Marie-Sophie Giroux

Marie-Sophie Giroux s’est jointe au GREMM en 2005 et y a travaillé jusqu’en 2018. Elle détient un baccalauréat en biologie marine et un diplôme en Éco-conseil. Chef naturaliste, elle supervise et coordonne l’équipe qui travaille au Centre d’interprétation des mammifères marins et rédige pour Baleines en direct et Portrait de baleines. Aux visiteurs du CIMM ou aux lecteurs, elle adore « raconter des histoires de baleines ».

Articles recommandés

Peut-on recueillir des peaux mortes de baleines dans le Saint-Laurent?

Une lectrice nous a envoyé cette vidéo provenant de Blue Planet Live, dans laquelle des chercheurs recueillent les peaux mortes…

|Les baleines en questions 29/1/2020

Est-ce normal de voir autant de baleines en hiver?

Au début du mois de janvier, l’équipe du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) a reçu…

|Les baleines en questions 17/1/2020

Les baleines voient-elles en couleur?

Les baleines voient en noir et blanc, ou presque! En fait, elles pourraient voir le rouge, mais, dans le milieu…

|Les baleines en questions 15/1/2020