Depuis 13 ans (de 1996 à 2009), les chercheurs ont observé en différents endroits de la baie Shark, à l’ouest de l’Australie, des dauphins isolés sortant de l’eau avec au bout de leur rostre une coquille de conque d’une quarantaine de centimètres. Ces Grands dauphins de l’océan Indien (Tursiops) introduisent leur rostre dans l’ouverture de la coquille du mollusque gastéropode (Turbinella) et l’agitent dans les airs. Ce comportement rare a valu plusieurs hypothèses: les dauphins s’alimentent-ils de ce mollusque? S’agit-il d’un jeu? Ou bien d’un comportement social ou sexuel? D’après la récente publication du Marine Mammal Science, il s’agirait bien d’une innovation dans les techniques de chasse.

Sortir le poisson de sa coquille

Le 31 juillet 2007, alors que les chercheurs effectuaient de la photo-identification, des observations visuelles de comportements et des biopsies dans la partie ouest du golfe de la baie Shark, ils ont pu réaliser une séquence photographique de ce comportement dans une profondeur de trois mètres. Un dauphin isolé sortit vivement de l’eau avec une coquille au bout de son rostre et effectua une série de mouvements verticaux et horizontaux. Il fut bientôt rejoint par quatre autres dauphins observateurs. Les photos ont révélé la présence d’un poisson (Lethrinus) dont le corps sort de la coquille et est capturé entre les mâchoires du dauphin. Ce poisson se serait certainement réfugié dans cette coquille alors que les dauphins chassaient dans les parages. Cette « chasse à la conque », qui requiert habileté et pratique, s’ajoute ainsi aux tactiques de chasse rares et bien spécifiques de la population des dauphins de la baie Shark.

Les autres tactiques de chasse observées

En effet, en 1997, des chercheurs ont observé l’utilisation d’éponges marines chez ces dauphins. Placées sur leur rostre, elles sont présumées les protéger lors de la recherche de nourriture dans les fonds sableux. Ce comportement a été observé uniquement dans la baie Shark et presque seulement chez les femelles. Une étude effectuée en 2005 a permis de démontrer que ce comportement est enseigné par les mères à leurs filles.

Les dauphins pratiquent aussi l’échouage volontaire à marée haute, une technique plutôt dangereuse qui leur permet de poursuivre leurs proies sur la plage. Cette manœuvre, effectuée par un dauphin seul ou un groupe de collaboration, n’est observée que chez les Grands dauphins dont les parents pratiquaient déjà la même méthode de chasse. Des études effectuées sur l’ADN mitochondrial portent à croire qu’il ne s’agit pas d’une transmission génétique, mais plutôt d’un apprentissage par observation du comportement de la mère.

Dans les eaux peu profondes, les dauphins effraient les poissons et les délogent du couvert végétal du fond sous-marin en créant avec leur nageoire caudale un fouet de bulles.

Une innovation?

A l’instar de ces tactiques, est-ce que la « chasse à la conque » peut être qualifiée d’innovation, c’est-à-dire une variation d’un comportement appris? Pour ce faire, un tel comportement ne doit pas être universel. Ce qui semble être le cas chez ces dauphins de la baie de Shark. Etant donné le petit nombre de dauphins pratiquant ce type de chasse, les faibles distances entre les sites d’observation de ce comportement (en raison de la petite surface de répartition des dauphins de la baie de Shark) et le haut niveau de philopatrie (fidélité au site de naissance) observé parmi les deux sexes, il semble bien que la « chasse à la conque » soit une innovation des dauphins de la baie Shark. [Marine Mammal Science, Wikipédia]

En savior plus
Sur les différentes techniques de chasse des baleines

Actualité - 23/9/2010

Christine Gilliet

Articles recommandés

Béluga du Saint-Laurent

Certains bélugas plus impactés que d’autres par le bruit sous-marin

Le bruit sous-marin est l’un des enjeux majeurs dans la protection des bélugas du Saint-Laurent, qui dépendent des sons pour…

|Actualité 11/1/2022

Pour le chercheur Michael J. Moore, «Nous sommes tous des baleiniers»

Les baleines noires de l’Atlantique Nord sont l’une des espèces de cétacés les plus vulnérables de la planète. Avec moins…

|Actualité 7/1/2022

Fortes naissances et faible mortalité : une bonne année pour les baleines noires de l’Atlantique Nord

Comptant parmi les espèces de cétacés les plus menacées dans le monde, la baleine noire de l’Atlantique Nord fait, depuis…

|Actualité 5/1/2022