Que de pinnipèdes en cette froide semaine de février! C’est ce que nous rapportent plusieurs observateurs de la Côte-Nord, dont le navigateur Jacques Gélineau. Ce dernier a aperçu un groupe d’une centaine de phoques du Groenland en alimentation près de la berge de Longue-Pointe-de-Mingan. Et il n’est pas le seul dont le regard s’est posé sur un large rassemblement de loups-marins. «Je me suis arrêté à Franquelin pour observer le coucher de soleil et j’ai vu des centaines de phoques au bas de la falaise. Wow!», s’exclame un riverain. Non loin de là, à Gallix, une observatrice a elle aussi eu la chance d’en apercevoir à l’horizon. «Ils étaient au moins une trentaine de phoques se reposant sur des blocs de neige glacée», raconte-t-elle. Plus à l’ouest, au cap de Bon Désir, aux Bergeronnes, le regard du photographe Renaud Pintiaux a croisé celui de quelques phoques communs, de phoques gris ainsi que d’un phoque du Groenland.

Côté baleines, cependant, c’est le calme plat. La présence d’une large couche de glace sur les rives du Saint-Laurent complique l’observation de cétacés en cette période rigoureuse de l’année. Alors, que diriez-vous de regarder au-delà des eaux québécoises et de jeter un œil aux géantes des mers présentes ailleurs sur le globe?

Chez nos voisins du Sud

Lorsque l’automne tire à sa fin pour laisser place aux premiers flocons, les baleines quittent les eaux canadiennes. Elles se dirigent vers leurs aires hivernales, qui dans le cas de certaines espèces, sont bien connues. Par exemple, en hiver, la plupart des baleines noires de l’Atlantique Nord se réfugient dans les eaux chaudes des Carolines du Nord et du Sud, de la Géorgie et de la Floride. De décembre à mars, la période de mise bas des femelles prend place. Depuis le début de la saison des naissances 2021-2022, 13 nouveau-nés ont été rapportés. Ce bilan est particulièrement encourageant pour cette espèce vulnérable qui compte moins de 350 individus. Chaque veau est une lueur d’espoir pour leur survie.

Les mouvements migratoires saisonniers des rorquals à bosse sont aussi bien connus. Présentement, plusieurs d’entre eux sont observés quotidiennement au large des Caraïbes. Comme les baleines noires, les rorquals à bosse matures partent vers des eaux chaudes pour donner naissance à leurs petits dans le courant de l’hiver. Dans quelques mois, ces paires mère-veau quitteront leur paradis tropical et amorceront un périlleux périple vers le Nord, notamment en direction du fleuve Saint-Laurent.

Aux antipodes

En cette période de l’année, les baleines abondent aussi sur la côte ouest de l’Australie. Mais au lieu de géantes à fanons, les amateurs de cétacés ont plutôt la chance d’aller à la rencontre de groupes d’épaulards et de globicéphales noirs. Les rorquals bleus n’y seront de retour que pour les mois d’avril et de mai, alors que les rorquals à bosse ne fréquentent les lieux qu’entre mai et décembre.

Du côté d’Hawaii, un photographe a eu l’opportunité de capturer un moment unique via l’usage d’un drone. Sur la vidéo qu’il a pu capter, on peut observer un rorqual à bosse tournant sur lui-même avec un dauphin à ses côtés. Jouaient-ils ensemble, ou est-ce que le rorqual, agacé, effectuait plutôt cette manœuvre pour tenter d’éloigner l’odontocète? Quoi qu’il en soit, cette scène étonnante nous rappelle à quel point les cétacés sont à la fois merveilleux et mystérieux.

Vous avez une observation à partager? Écrivez-nous!

Vous avez vu un mammifère marin dans le Saint-Laurent? Partagez votre observation et vos photos avec l’équipe de Baleines en direct et ses lecteurs en nous écrivant à [email protected]

Observations de la semaine - 10/2/2022

Elisabeth Guillet Beaulieu

Elisabeth Guillet-Beaulieu a rejoint le GREMM en tant que rédactrice scientifique au début de l'automne 2021. Depuis toujours, elle est animée par un amour inépuisable de la biologie marine et des milieux aquatiques, amour qui se manifeste aujourd'hui dans la poursuite d'une carrière scientifique. Détentrice d'un baccalauréat en sciences biologiques, cette enthousiaste de l'environnement et de la conservation des milieux naturels a rejoint l'équipe de Baleines en direct dans l'espoir de partager sa passion contagieuse des mammifères marins tout en achevant sa maîtrise en environnement et développement durable.

Articles recommandés

Un vent d’automne

Les navigateurs le savent, l’automne, les tempêtes produisent souvent des vents forts, provenant de l’est ou du nord-est. Si certains…

|Observations de la semaine 30/9/2022

Bosses, phoques et bélugas

Cette semaine, un peu partout dans le Saint-Laurent, les rorquals à bosse mènent le bal des observations, accompagnés d’autres espèces…

|Observations de la semaine 23/9/2022

Brouillard sur les flots

La dernière semaine aura été marquée par la présence de brouillard un peu partout sur le Saint-Laurent. Des Iles de…

|Observations de la semaine 15/9/2022