Paire de géants bleus

  • © Anik Boileau
    11 / 08 / 2015 Par Marie-Sophie Giroux

    La chercheuse Anik Boileau, directrice du Centre d’éducation et de recherche de Sept-Îles (CERSI) basé à Sept-Îles, observait une paire de rorquals bleus le 9 août dernier dans la baie Sainte-Marguerite en face de Port-Cartier. Les deux mastodontes ont nagé ensemble, synchronisés, pendant deux heures avant de s’éloigner l’un de l’autre, d’environ une distance d’un mille nautique, et de nager ainsi pendant près de trois heures. «Une observation fort intéressante pour nous, car nous étudions le comportement social de ces géants», soulignait la chercheuse. De plus, elle a noté la présence de petits rorquals et de rorquals communs cette journée-là, ainsi que de 200 à 300 fous de Bassan.

    © Anik Boileau

    Plutôt solitaire et nomade, le rorqual bleu se déplace en paire ou en petits groupes temporaires. Dans le Saint-Laurent, on observe parfois des paires stables se former à partir du mois de juillet pendant une journée ou même plusieurs semaines. La plupart du temps, il s’agit d’une paire mâle/femelle. Cette association serait possiblement un signe précurseur de la reproduction qui a lieu en hiver selon l’équipe de la Station de recherche des îles Mingan (MICS).

    Le rorqual bleu est un résidant saisonnier estival du golfe et de l’estuaire où il peut être observé parfois très près des côtes. Des observations ont été rapportées dans les dernières semaines, entre autres dans les régions des Escoumins-Tadoussac et Gaspé.

     

    Pour en savoir plus:

    Sur le rorqual bleu