Les projets d’exploration d’hydrocarbures inquiètent et mobilisent les populations

  • 01 / 07 / 2010 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    Dans le contexte de la marée noire due à l’explosion d’une plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique, la perspective de forages pour l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures dans le Saint-Laurent mobilisent les citoyens.

    Aux Îles-de-la-Madeleine, ils s’inquiètent des conséquences catastrophiques que pourrait engendrer un tel accident dans le Saint-Laurent, un espace marin quasi fermé, et interpellent la ministre Normandeau et la chef de file de l’opposition Pauline Marois. Ils réclament un moratoire tant que la mise en place de moyens de prévention sûrs à 100 % ne sera pas effective. En Gaspésie, la MRC de Bonaventure vient d’adopter une résolution visant à établir une plateforme de travail et d’échanges sur cette question des hydrocarbures, au sein d’une coalition regroupant les cinq provinces tributaires du golfe. Elle entend tenir compte des préoccupations des populations et les impliquer dans les décisions qui seront prises face à ces enjeux environnementaux et socio-économiques. D’autre part, le Conseil des Canadiens réclame un moratoire sur l’exploration gazière et pétrolière dans les mers de l’Arctique.

    Conflit entre Terre-Neuve et Québec

    Dans le golfe du Saint-Laurent, le gisement de pétrole et de gaz naturel Old Harry se trouve à 80 km au large des Îles-de-la-Madeleine, sur un territoire dépendant de deux provinces, Terre-Neuve-et-Labrador et Québec. Si le gouvernement terre-neuvien est favorable à ce que l’entreprise privée démarre les forages dès 2011, celui du Québec émet des réserves et prévoit effectuer une évaluation environnementale stratégique (ÉES). Rappelons que l’actuel moratoire sur la délivrance de permis sur la recherche de pétrole et de gaz naturel dans l’estuaire et le golfe est en vigueur au Québec jusqu’en 2012.

    Une menace pour la faune marine

    L’exploration effectuée par levés sismiques représente une forte menace pour la faune marine, ces ondes sonores très puissantes voyageant sur de très longues distances. Cette pollution sonore peut avoir des impacts importants sur la vie et la reproduction des cétacés en affectant leur recherche de proies, leur communication et leur navigation. Les boues d’extraction, les constructions d’infrastructures, le risque de déversement d’hydrocarbures et l’accroissement du trafic maritime créent, entre autres, un effet cumulatif de pressions à long terme sur ces animaux et leur habitat.

    Les mesures gouvernementales

    Pour le gouvernement du Québec, l’exploitation des hydrocarbures de la province représente un enjeu de taille pour diversifier ses approvisionnements énergétiques et diminuer sa dépendance envers les pays producteurs. Dans sa Stratégie énergétique 2006-2015, la relance de l’exploration gazière et pétrolière avait été annoncée lors de son dépôt en 2004 alors que le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) recommandait des restrictions sur les levés sismiques, voire leur interdiction totale sur certaines zones.

    Aujourd’hui, le ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF) entreprend la mise en œuvre d’un programme de quatre évaluations environnementales stratégiques (EES) qui s’intéressent à la réalisation possible de travaux d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures dans les bassins de l’estuaire et du nord-ouest du golfe, de la baie des Chaleurs, d’Anticosti et de Madeleine. [Radio-Canada, MRNF, Marée noire]

    En savior plus

    Sur le site de Radio-Canada : L’enthousiasme de Saint-Jean, les réserves de Québec

    Sur le site de Radio-Canada : La coalition prend forme dans le golfe

    Sur le site du ministère des Ressources naturelles et de la Faune : Évaluation environnementale stratégique

    Sur le site de Marée noire : Catastrophe écologique BP Golfe du Mexique