Les nombreuses mortalités de dauphins dans le golfe du Mexique seraient dues à une combinaison de facteurs

  • 26 / 07 / 2012 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    Des conditions hivernales rigoureuses, la marée noire provoquée par l’explosion de Deepwater Horizon et un afflux d’eau douce froide : ces trois événements environnementaux successifs auraient provoqué un nombre inhabituel de mortalités chez les dauphins au début de l’année 2011, dont presque la moitié sont des nouveaux nés. L’étude a été menée par une équipe de scientifiques états-uniens et publiée sur le site de PLoS ONE le 18 juillet 2012.

    En quatre mois, de janvier à avril 2011, 186 carcasses de dauphins (Tursiops truncatus) se sont échouées sur les côtes du nord du golfe du Mexique, de la Louisiane à l’ouest de la Floride, dont 86 étaient des veaux périnatals, nouveau-nés ou fœtus arrivés presqu’à terme d’une taille inférieure à 115 cm. En proportion, ces veaux morts représentent 46 % de la totalité des dauphins échoués, soit une quantité six fois plus importante que les moyennes annuelles des mortalités enregistrées depuis 2003.

    Un, deux, trois événements stressants dans l’environnement

    Ces mortalités inhabituelles survenant moins d’un an après le déversement pétrolier provoqué par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon, l’opinion publique avait établi un lien avec l’exposition de ces cétacés aux substances pétrolières toxiques et aux dispersants chimiques. Selon les auteurs de l’étude, la cause de ces mortalités n’est pas déterminée, et ils rappellent que le National Marine Fisheries Service (NMFS) les a classées dans un « événement de mortalité inhabituelle » (Unuasal Mortality Event en anglais) qui a commencé en février 2010 lors de conditions hivernales particulièrement rigoureuses, avant la marée noire, et pendant lequel des dauphins adultes et d’autres espèces marines (tortues, oiseaux, poissons et lamantins) avaient péri.

    Les mortalités du début de l’année 2011 sont intervenues lors de la première saison des naissances après deux événements documentés ayant eu un impact environnemental en 2010 : des conditions météorologiques froides prolongées en début d’année et la marée noire. La troisième cause de stress subi par les dauphins est survenue dans le nord du golfe, juste avant l’échouage du début d’année 2011, avec un rapide apport d’eau douce froide, déversée par les rivières alimentant l’estuaire et la baie Mobile et générée par les chutes de neige, dans une quantité aussi importante qu’inhabituelle.

    Affaiblie, la population a difficilement résisté

    Les scientifiques estiment que ces dauphins côtiers sont habitués à faire face à des fluctuations dans les quantités d’eau douce et dans les températures saisonnières (de 5 à10 °C en hiver à 30 à 35 °C en été), et qu’un seul de ces facteurs n’aurait pas pu causer un échouage collectif ou de telles mortalités. Les résultats de leur étude suggèrent que cette population était déjà affaiblie par la diminution de leurs proies – la chaîne alimentaire ayant été atteinte par la marée noire – et par une infection bactérienne commune pour cette espèce, telle que la brucellose, et qu’elle n’aurait donc pas pu résister à l’afflux d’eau douce froide de 2011.

    Il est bien connu que les animaux en bonne santé d’un point de vue nutritionnel sont bien plus capables de faire face aux changements et aux stress et de s’y adapter. Avec une période de gestation de douze mois pour les dauphins, les veaux échoués ont été conçus juste avant ou pendant l’épisode de la marée noire et leurs capacités de survie auraient été diminuées en raison du mauvais état de santé de leurs mères.[PLoS ONE, Scientific American, Nature]

    En savior plus

    Sur le site de PloSOne (en anglais seulement) : Were Multiple Stressors a ‘Perfect Storm’ for Northern Gulf of Mexico Bottlenose Dolphins (Tursiops truncatus) in 2011 ?