Un texte d’Audrey Tawel-Thibert

Un corps massif d’environ 2 m de long, un pelage gris sombre et une tête rappelant celle d’un cheval : voilà les attributs physiques principaux du phoque gris. De nombreux troupeaux composés de dizaines d’individus sont remarqués ces derniers temps lors des croisières et sont même aperçus à partir de sites terrestres. Leurs bêlements, expirations profondes par les nasaux et grognements caractéristiques de ces pinnipèdes, annoncent souvent leur présence avant même qu’on ne les voie.

Tantôt en déplacement, tantôt en train de se délecter de poissons, de mollusques et de crustacés dans les barres de courant, les phoques gris sont des visiteurs annuels de l’estuaire, et peuvent être observés ici entre le printemps et l’automne. Ils pratiquent « l’alimentation sociale », se rassemblant en groupes pour chasser leurs proies. Le chahut que les phoques gris produisent amuse petits et grands, et leur comportement inquisiteur fait le bonheur des photographes.

Actualité - 18/8/2017

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Gala de la Terre : les bélugas en chœur à la Maison symphonique de Montréal

Et si, le temps d’une soirée, les bélugas devenaient des choristes? Grâce à une composition de Claudie Bertounesque, qui fusionnera…

|Actualité 30/5/2024

Les parasites chez les mammifères marins : une relation toxique

Parasite. Un mot qui donne souvent froid dans le dos. Pourtant, les mammifères marins en sont de grands habitués. Cétacés…

|Actualité 16/5/2024
L’automne dernier, le rorqual commun Ti-Croche a été pourvu d’une balise pour suivre sa migration. © Pêches et Océans Canada

La migration hivernale du rorqual commun Ti-Croche

Les migrations des grands rorquals recèlent encore bien des mystères. Où vont-ils en hiver? Combien de temps restent-ils dans l’estuaire?…

|Actualité 1/5/2024