Les modifications des engins de pêche n’empêchent pas les prises accidentelles des grands cétacés

  • 20 / 02 / 2015 Par Christine Gilliet – Mots et Marées -

    En dépit d’un plan et de mesures mis en place aux États-Unis pour réduire les captures accidentelles des grands cétacés en Atlantique du Nord-Ouest, les empêtrements sont en augmentation, selon une évaluation réalisée sur une période d’une dizaine d’années.
    Quant à la recherche de solutions pour protéger les animaux marins de ce risque, des chercheurs travaillent dans une perspective d’écologie sensorielle et pensent à installer des panneaux de signalisation dans les filets maillants.

    L’Atlantic Large Whale Take Réduction Plan (ALWTRP), mis en œuvre par le gouvernement fédéral des États-Unis, cible particulièrement à protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord (Eubalanea glacialis), les rorquals à bosse du golfe Maine (Megaptera novaeangliae) et les rorquals communs de l’Atlantique Nord (Balaenoptera physalus). Les acteurs de la conservation des cétacés et de l’industrie de la pêche ont collaboré pour élaborer ce plan et apporter des modifications aux différents types d’engins de pêche utilisés dans l’Atlantique du Nord-Ouest.

    Après analyse des nombres de cas d’empêtrement, de mortalités et de blessures graves causées par des prises accidentelles pendant la période de 1999 à 2009, les modifications apportées aux engins de pêche ne s’avèrent pas efficaces. Les cas d’empêtrement de grands cétacés sont en augmentation pendant cette période. Quant aux nombres de mortalités et de blessures graves, il demeure difficile d’évaluer s’ils sont en hausse, selon les conclusions des experts du National Marine Fisheries Service et auteurs de la publication parue en décembre 2014. Le suivi des animaux blessés et des carcasses est lui-même souvent impossible à réaliser quand les animaux capturés et libérés des filets disparaissent dans l’environnement.

    Outre les modifications des engins de pêche, des solutions ont été instaurées ou sont encore à l’étude pour prévenir les empêtrements, mais la problématique est complexe et les résultats sont mitigés. Les périodes de pêche sont modifiées pour éviter qu’elles se superposent avec celles de la présence des baleines dans les zones de pêche. Les engins de pêche sont retirés lorsque les baleines sont présentes. Des épouvantails sonores, appelés aussi répulsifs acoustiques (pingers en anglais), ont été installés sur les filets pour tenir éloignés les petits cétacés, tels les dauphins et les marsouins communs.

    !Attention! Filets maillants

    Dans une publication de janvier 2015, deux chercheurs britanniques décrivent leurs travaux de recherche visant à trouver des moyens technologiques pour réduire les prises accidentelles des animaux dans les filets maillants, sans réduire l’efficacité de ces filets pour la pêche. Ces captures mettent sérieusement en péril certaines espèces d’oiseaux marins qui plongent dans la mer pour capturer leurs proies et s’alimenter. Elles menacent aussi les tortues, pinnipèdes et cétacés. Ces scientifiques s’appuient sur la perspective de l’écologie sensorielle pour créer des supports d’information à installer sur les filets. Cette information devant être détectable par une espèce (ou par plusieurs espèces) selon son mode de perception dominant. L’écologie sensorielle étudie comment les organismes vivants perçoivent et répondent à l’information présente dans leur environnement (lumière, ondes, odeurs, goûts).

    Ces chercheurs envisagent d’installer des panneaux composés de stimuli visuels destinés à alerter les oiseaux sur la présence des filets, étant donné que les filaments des mailles sont souvent invisibles pour eux. Les panneaux flexibles, présentant des formes en noir et blanc (rayures ou échiquier), devraient comporter de forts contrastes pour être perçus par les oiseaux et être visibles dans divers niveaux de luminosité de la colonne d’eau. D’une taille d’une soixantaine de centimètres, ils seraient accrochés sur les filets.

    Chez les cétacés, la vue n’est pas le mode perceptif dominant. Les chercheurs pensent que ceux-ci pourront détecter les panneaux avec leur système d’écholocalisation, à condition qu’ils présentent une surface suffisante de réflexion acoustique. Du matériau choisi dépendra la capacité de ces panneaux à renvoyer l’écho d’ondes sonores envoyées par les cétacés dans leur direction.

    Sources

    Sur le site de Inter-Research (en anglais seulement):

    Incremental fishing gear modifications fail to significantly reduce large whale serious injury rates

    Sur le site de Science Direct (en anglais seulement):

    Reducing bycatch in gillnets: A sensory ecology perspective

    Pour en savoir plus

    Sur le site de NOAA Fisheries (en anglais seulement):

    Atlantic Large Whale Take Réduction Plan

    Sur le site de The Ellsworth American (en anglais seulement):

    NOAA tweaks gear marking requirement

    Sur le site de l’Ifremer:

    Les filets maillants

    Sur le site de Pêches et Océans Canada:

    Atelier sur les prises accidentelles de petits mammifères marins

    Sur le site de Baleines en direct:

    Prises accidentelles dans les engins de pêche

    Urgences mammifères marins