Plonger dans le vaste océan avec des tortues, des baleines et des poissons, et ce, dans le confort de votre propre foyer ou salle de classe! Laissez-vous guider par votre curiosité dans l’exploration des riches et fertiles écosystèmes du golfe du Saint-Laurent et de l’Atlantique Nord et découvrez comment les chercheurs étudient les différentes espèces qui y habitent : voilà ce qu’est l’École de l’Océan.

Initiative conjointe de l’Université Dalhousie, de l’Ocean Frontier Institute, d’Ingenium et de l’Office national du film, l’École de l’Océan est une plateforme d’apprentissage interactive unique en son genre qui renseigne les jeunes générations sur la conservation océanique.

L’École de l’Océan utilise des technologies de pointe, une narration imagée et des médias interactifs pour transporter son public dans de riches écosystèmes partout sur la planète et lui enseigner de nouvelles choses sur les espèces qui peuplent les eaux. Cette plateforme repose sur l’apprentissage par investigation, c’est-à-dire que les jeunes sont appelés à effectuer des recherches pour découvrir le contenu et répondre à des questions.

L’amour des océans

Boris Worm est professeur de biologie de la conservation marine à l’Université Dalhousie et directeur scientifique de l’École de l’Océan. Par l’entremise de la plateforme, il souhaite susciter curiosité et fascination pour l’océan dans les jeunes esprits.

Lucija Prelovec est productrice scientifique associée et spécialiste des communications de l’École de l’Océan. Vivant à Halifax, elle est également membre du conseil d'administration du Réseau canadien d'éducation relative à l'océan et fait partie de la Canadian Ocean Literacy Coalition. Photo gracieuseté de Lucija Prelovec
Lucija Prelovec est productrice scientifique associée et spécialiste des communications de l’École de l’Océan. Vivant à Halifax, elle est également membre du conseil d’administration du Réseau canadien d’éducation relative à l’océan et fait partie de la Canadian Ocean Literacy Coalition. Photo gracieuseté de Lucija Prelovec

Mais l’École de l’Océan va bien au-delà de l’émerveillement. « La littératie océanique fait partie intégrante de notre vision. Nous voulons sensibiliser les jeunes à l’effet que l’océan a sur nous, ainsi qu’à l’effet que nous avons sur l’océan», explique Lucija Prelovec, productrice scientifique associée et spécialiste des communications de l’École de l’Océan.

Depuis son lancement le 4 octobre 2018, l’École de l’Océan a permis à ses utilisateurs de voyager jusqu’à l’Atlantique Nord et le golfe du Saint-Laurent, deux zones riches en nutriments, où les courants ascendants créent de multiples aires d’alimentation qui attirent une pléthore d’organismes marins. Dans ce segment, Boris Worm et Isabelle Hurley (animatrice jeunesse pour l’École de l’Océan et étudiante à la maitrise à l’Université Dalhousie) renseignent les utilisateurs sur les oiseaux et mammifères marins, les habitats de zostère et plus encore.

À surveiller

Le mois prochain, l’École de l’Océan lance un nouveau module sur les écosystèmes en évolution. Il portera sur les écosystèmes en lien avec les chaines alimentaires, les réseaux trophiques, l’être humain et l’environnement. La baleine noire de l’Atlantique Nord, espèce en voie de disparition, sera mise à l’avant-plan. On examinera entre autres leurs écosystèmes changeants et pourquoi, selon les scientifiques, de plus en plus d’individus délaissent la baie de Fundy pour se rendre dans le golfe du Saint-Laurent. Les utilisateurs pourront virtuellement accompagner les scientifiques sur le terrain alors qu’ils mènent leurs recherches sur ces baleines.

Un autre module sur la protection des populations sera diffusé cet hiver. Les utilisateurs découvriront Terre-Neuve-et-Labrador et les effets de l’effondrement de la pêche à la morue sur ses collectivités. Pour mieux comprendre leur sujet, les membres de l’équipe partent en bateau avec un pêcheur local de l’ile Fogo et nous montrent ce en quoi consiste la pêche durable à la morue. Ils ont aussi étudié l’importance de la morue dans la région, ainsi que celle de la pêche d’autres espèces, comme la pêche à la crevette et au crabe des neiges qui gagnent en popularité. De plus, ils étudient des technologies de pêche de pointe au Marine Institute de l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador et comment elles peuvent être utilisées à des fins de pêche durable.

Boris Worm, directeur scientifique de l’École de l’Océan, et Laurenne Schiller, analyste de recherche à Ocean Wise Seafood, se dirigent vers le Fogo Island Inn sur l’ile Fogo à Terre-Neuve-et-Labrador, où ils ont filmé un segment sur les effets de l’effondrement de la pêche à la morue dans la région. L’ile de Fogo n’est qu’une des régions touchées par le déclin des populations de morue. © Nick Hawkins
Boris Worm, directeur scientifique de l’École de l’Océan, et Laurenne Schiller, analyste de recherche à Ocean Wise Seafood, se dirigent vers le Fogo Island Inn sur l’ile Fogo à Terre-Neuve-et-Labrador, où ils ont filmé un segment sur les effets de l’effondrement de la pêche à la morue dans la région. L’ile de Fogo n’est qu’une des régions touchées par le déclin des populations de morue. © Nick Hawkins

L’équipe de l’École de l’Océan travaille fort depuis deux ans à filmer leurs expéditions scientifiques. Dans le cadre de leur module sur le Pacifique Nord, elle a enregistré un segment sur la migration du saumon à Bella Bella, Colombie-Britannique. Elle retournera sur la côte ouest l’an prochain pour filmer un autre évènement écologique important : la fraie du hareng.

La région de Bella Bella, Colombie-Britannique, est importante pour la migration du saumon, un phénomène lié à de nombreuses chaines alimentaires dans le Pacifique Nord. © Nick Hawkins
La région de Bella Bella, Colombie-Britannique, est importante pour la migration du saumon, un phénomène lié à de nombreuses chaines alimentaires dans le Pacifique Nord. © Nick Hawkins

En outre, l’École de l’Océan fera vivre une aventure en haute mer à ses utilisateurs l’an prochain près de l’ile Cocos au Costa Rica. Dans ce segment, Boris Worm expliquera les habitudes migratoires de requins et comment les étudier. Bien que les modules de l’École de l’Océan soient habituellement disponibles en français et en anglais, celui-ci sera également offert en espagnol pour qu’il puisse être utilisé dans les écoles du Costa Rica.

Les créateurs du programme convivial souhaitent inspirer leur auditoire à se soucier de la santé des océans, tout en diffusant le travail des principaux spécialistes des sciences marines et d’autres personnes qui œuvrent à conserver nos océans. «Chaque module se termine par une explication des professions liées aux océans, comme celui de pilote de véhicule sous-marin téléguidé, pour que les élèves puissent explorer des choix de carrière qu’ils ne connaissent pas nécessairement», dit Prelovec. Cette caractéristique de grande importance offre l’occasion d’en apprendre plus sur le grand domaine des sciences marines et sur les façons d’y participer.

Pour en savoir plus, visitez L’École de l’océan.


Après avoir passé l’été avec des baleines sur la côte ouest du Canada, Jasspreet Sahib est heureuse de se joindre à l’équipe du GREMM cet automne comme stagiaire en rédaction par l’entremise du programme du Corps de conservation canadien. Elle a fait des études en biologie marine et en journalisme à l’Université Dalhousie et adore partager sa passion pour les mammifères marins et la communication scientifique avec les lecteurs de Baleines en direct.
Actualité - 31/10/2018

Jasspreet Sahib

Après avoir passé l’été avec des baleines sur la côte ouest du Canada, Jasspreet Sahib est heureuse de se joindre à l’équipe du GREMM cet automne comme stagiaire en rédaction par l’entremise du programme du Corps de conservation canadien. Elle a fait des études en biologie marine et en journalisme à l’Université Dalhousie et adore partager sa passion pour les mammifères marins et la communication scientifique avec les lecteurs de Baleines en direct.

Articles recommandés

Gala de la Terre : les bélugas en chœur à la Maison symphonique de Montréal

Et si, le temps d’une soirée, les bélugas devenaient des choristes? Grâce à une composition de Claudie Bertounesque, qui fusionnera…

|Actualité 30/5/2024

Les parasites chez les mammifères marins : une relation toxique

Parasite. Un mot qui donne souvent froid dans le dos. Pourtant, les mammifères marins en sont de grands habitués. Cétacés…

|Actualité 16/5/2024
L’automne dernier, le rorqual commun Ti-Croche a été pourvu d’une balise pour suivre sa migration. © Pêches et Océans Canada

La migration hivernale du rorqual commun Ti-Croche

Les migrations des grands rorquals recèlent encore bien des mystères. Où vont-ils en hiver? Combien de temps restent-ils dans l’estuaire?…

|Actualité 1/5/2024