Un texte d’Audrey Tawel-Thibert

Ces derniers jours, les bateaux d’observation des baleines affluent dans le fiord ; les grandes baleines étant peu présentes, le fiord est une alternative agréable au large, avec une abondance de petits rorquals et la présence des bélugas. Les paysages époustouflants en valent aussi le détour…

La création du fiord du Saguenay résulte de plus d’un milliard d’années d’évènements géologiques. Plus précisément, c’est l’apparition d’une crevasse géante dans le Bouclier canadien qui fut l’élément déclencheur. Pendant la dernière glaciation, il y a 10 000 ans, un delta en déplacement a creusé davantage cette faille ; les parois rocheuses polies que l’on observe aujourd’hui témoignent de ce passé tumultueux.

Saguenay signifie en langue autochtone « là où l’eau sort ». Long de 105 km et large de 1,6 km, le fiord comprend une vallée sous-marine de 275 mètres. On y retrouve deux masses d’eau qui ne se mélangent pas ; l’eau douce provient des rivières affluentes et du lac Saint-Jean, et l’eau salée est issue de l’estuaire du Saint-Laurent. L’eau douce, moins dense, reste en surface.


Audrey Tawel-Thibert s’est jointe à l’équipe du GREMM en 2016 à titre d’assistante de recherche pour le programme de recensement photographique des grands rorquals. De retour cette année comme rédactrice et naturaliste, elle met sa plume au service de Baleines en direct et de Portrait de baleines et partage sa passion des baleines aux visiteurs du Centre d’interprétation des Mammifères Marins (CIMM).
Actualité - 21/7/2017

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Découverte d’une nouvelle espèce de baleine

L’observation sur le terrain n’est pas la seule manière de découvrir de nouvelles espèces animales. Grâce à des analyses en…

|Actualité 29/11/2021

Le projet « Fenêtre sur les bélugas » reçoit une aide de 600 000$ du gouvernement du Québec

Le lundi 15 novembre 2021 à 14h30, se tenait à Cacouna une conférence de presse soulignant le soutien financier du…

|Actualité 12/11/2021

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, ces réfugiées climatiques

Les baleines noires de l’Atlantique Nord, qui ne comptent plus qu’environ 350 individus sur la planète, se trouvent présentement en…

|Actualité 8/11/2021