Le 22 février, Mégane Morin, élève de quatrième secondaire de l’école secondaire Les Etchemins, est venue passer une journée avec l’équipe du GREMM pour connaitre les différents métiers liés à la recherche et à l’éducation sur les mammifères marins. Au terme de sa journée, elle a rédigé cet article. Merci pour ta visite, Mégane!

En septembre dernier, fut retrouvé, à peine âgé de quelques semaines, un jeune béluga échoué vivant à proximité du village de Tyonek, dans le golfe de Cook en Alaska. Depuis ce temps, le jeune béluga est suivi de près par une équipe veillant à son bon développement à l’Alaska SeaLife Center.

En ayant été sauvé avant même d’avoir atteint l’âge d’un mois, le béluga, baptisé Tyonek en l’honneur du village près d’où il a été trouvé, est dépendant des humains, autant pour se nourrir que socialement, ce qui force les scientifiques à affirmer qu’une remise en liberté serait impossible. De plus, on a appris que le jeune béluga souffre également d’un affaissement pulmonaire, ce qui rend sa plongée plus ardue, et donc compliquerait son alimentation en milieu naturel. C’est pourquoi il fut conclu que Tyonek ne pourra retrouver son habitat naturel et devra passer le reste de ses jours en captivité.

Afin de favoriser le développement du jeune béluga, la National Oceanic and Atmospheric Agency des États-Unis décréta que le SeaWorld de San Antonio, Texas serait l’endroit idéal et que Tyonek devrait y être relocalisé. SeaWorld fut choisi dû au fait qu’il compte déjà des femelles adultes et de jeunes mâles, un groupe où Tyonek pourra faire sa place.

Toutefois, certains organismes déplorent le choix du parc. Le parc du Texas où sera relocalisé Tyonek offre à ses visiteurs la possibilité de nager avec les bélugas. Il n’a pas encore été conclu que Tyonek participerait à ses séances en compagnie du grand public, mais la seule possibilité que cela se produise en inquiète plus d’un.

Pour le moment, la date exacte du déménagement du béluga de près de 6 mois pesant 250 livres n’est pas encore connue.

Actualité - 23/2/2018

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

COVID-19: des baleines dans votre salon

Quand on habite sur la Côte-Nord ou en Gaspésie près du Saint-Laurent, on peut toujours profiter du grand air et…

|Actualité 2/4/2020

Des grands requins blancs s’attaquent à un rorqual à bosse

Des chercheurs ont assisté à un évènement rare dans la baie de Mossel, sur la pointe sud du continent africain:…

|Actualité 1/4/2020

Un baleineau à bosse de quatrième génération: celui d’Aramis!

Bonne nouvelle! Aramis, fille de la célèbre rorqual à bosse Tic Tac Toe, a récemment donné naissance à son tout…

|Actualité 26/3/2020