Afin de souligner la journée internationale « Sauvons les Vaquitas » (International Save the Vaquita Day), le samedi 7 juillet, le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) à Tadoussac tiendra une représentation du documentaire «Souls of the Vermilion Sea». Cette journée de sensibilisation est l’occasion d’en apprendre davantage sur l’espèce de mammifères marins la plus en danger d’extinction au monde.

    >Souls of the Vermilion Sea trailer produit par

Wild Lens

Découvert à la fin des années 50, le marsouin du Pacifique (Phocoena sinus), mieux connu sous le nom de vaquita, est le plus petit cétacé au monde, d’où son surnom de « petite vache » donné par les Mexicains. On retrouve ce type de marsouin dans un seul endroit sur la planète: la partie supérieure du golfe de Californie. Il y occupe un territoire de 4000 km2, ce qui représente la moitié de l’ile d’Anticosti.

Une situation plus que préoccupante

Actuellement, la seule population de vaquitas de la planète compte moins de 30 individus et leur nombre diminue d’année en année. À ce rythme, l’espèce pourrait s’éteindre d’ici un ou deux ans. La cause principale de leur déclin est l’utilisation de filets maillants pour pêcher le totoaba, un poisson dont la vessie se vend à prix d’or en Chine.

Les filets conçus pour les totoabas sont un piège redoutable pour les vaquitas qui s’y coincent la tête et finissent par s’y empêtrer. Depuis 2017, le gouvernement mexicain a instauré un moratoire sur l’usage de ce type de filets dans la zone protégée que fréquentent les vaquitas (Vaquita Sanctuary). Le Mexique compte faire respecter cette interdiction et empêcher la pêche illégale grâce au travail de la garde côtière, en collaboration avec l’organisation Sea Shepherd, qui sillonnent le golfe de Californie à l’aide d’embarcations et de drones.

Comment aider le vaquita?

La situation du vaquita est unique au monde et mérite d’être connue! N’hésitez pas à vous informer et à partager vos connaissances sur cette espèce de marsouin et son état alarmant avec votre entourage et dans votre communauté. La sensibilisation aux enjeux auxquels fait face cette espèce en voie d’extinction reste la meilleure façon de l’aider.

Bien que le cas du vaquita semble voué à l’extinction, il faut également se rappeler que de nombreux efforts de conservation sont instaurés et que, si les filets maillants sont retirés de l’eau de façon permanente, il y a de fortes chances de rétablissement. La suite est entre nos mains.

Informations utiles

Représentation de « Souls of Vermilion Sea »

Durée: 30 minutes

Samedi 7 juillet, 19 h 30

Salle de projection du Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM)

108 rue de la Cale Sèche, Tadoussac (Québec) G0T 2A0

Sources

Cooperative Net Removal Efforts Increase to Save Vaquitas (IUCN-SSC, 07/02/2018)

International Save the Vaquita Day 2018 (Viva Vaquita, 05/07/2018)


Aurélie Lagueux-Beloin est stagiaire à la vulgarisation scientifique depuis 2018. Aimant autant faire de la science qu’en parler, elle complète sa maitrise en biologie à l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’un certificat en journalisme à l’Université de Montréal. Aurélie est touche-à-tout et s’intéresse autant aux baleines qu’aux dinosaures en passant par les bancs de krill!
Actualité - 5/7/2018

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Semaine de la culture scientifique: la biodiversité à célébrer!

Avez-vous pris récemment quelques minutes pour observer un coin de verdure dans votre quartier? Si vous tentiez de compter les…

|Actualité 22/9/2020

Nager dans un fleuve de polluants: les bélugas seraient quatre fois plus contaminés que les petits rorquals

À quel point les bélugas du Saint-Laurent sont-ils contaminés? C’est la question que se posait Antoine Simond lors de son…

|Actualité 21/9/2020

Vers de nouvelles aires marines protégées dans le Saint-Laurent

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a annoncé par voie de communiqué…

|Actualité 17/9/2020