Les exercices de sonars et de tirs autorisés pour les cinq prochaines années sont en augmentation considérable. Le gouvernement prévoit lui-même des millions d’impacts sur les mammifères marins en termes de mortalités et blessures.

Le Natural Resources Defense Council (NRDC) a déposé un dossier de poursuite judiciaire contre le gouvernement fédéral des États-Unis le 27 janvier 2014. Il l’accuse de violer le Marine Mammal Act en autorisant la Marine à augmenter ses essais militaires pour les cinq années à venir. Ces essais sont prévus avoir lieu dans les eaux côtières et au large de la Californie, ainsi qu’autour des îles d’Hawaï. Cette nouvelle planification d’entraînements militaires représente une augmentation de 1 100 % par rapport à celle des cinq dernières années, selon les propres estimations de la Marine. Dans le dossier de plainte, le NRDC s’appuie aussi sur le fait que le programme est basé sur 60 000 heures d’émission de sonars (trois fois plus que dans les cinq années précédentes) et 250 000 explosions.

L’autorisation malgré tout

Les plaignants, le NRDC et cinq groupes de protection de l’environnement, estiment que cette décision aura un impact nuisible sans précédent sur les populations de mammifères marins de ces régions. L’usage de sonars actifs de moyenne fréquence et les exercices de tir génèrent des explosions sonores sous-marines pouvant blesser ou tuer ces animaux.

Le dossier de plainte du NRDC s’appuie sur les termes du Marine Mammal Act qui considère qu’il est illégal de chasser, harceler, capturer ou tuer des mammifères marins. Mais le gouvernement prévoit des exemptions dans certains cas, comme dans le programme de la Marine qu’il a autorisé jusqu’en 2018. Il permet ce programme même s’il prévoit pour les mammifères marins 155 mortalités (nombre limite fixé à ne pas dépasser), 2 000 blessures permanentes et 9,6 millions d’impacts temporaires, allant de pertes auditives à des perturbations dans leurs comportements vitaux. En août 2013, le National Marine Fisheries Service, l’agence gouvernementale de la National Oceanographic Atmospheric Administration (NOAA), a quantifié ces impacts dans une étude.

Des baleines déjà en péril et des mesures de mitigation jugées insuffisantes

Du côté de l’agence gouvernementale, on estime que ce nombre de mortalités ne sera pas atteint. Si ses experts admettent que les sonars ont été reconnus responsables d’échouages de cétacés dans certaines opérations menées dans le passé, ils estiment que les mesures de mitigation mises en place pourront les éviter. Le NRDC demeure sceptique envers ces mesures qu’il juge trop limitées et reposant essentiellement sur l’observation visuelle humaine à bord des navires militaires. En effet, des observateurs embarqués sont mandatés pour faire cesser les exercices quand des mammifères marins sont vus dans les zones de mitigation prévues, autour des navires. Le NRDC évoque notamment le fait que les cétacés ne sont pas visibles la nuit et quand ils sont en plongée.

Le NRDC rappelle que 35 espèces de baleines et dauphins fréquentent les eaux californiennes et hawaïennes. Parmi elles, il cite les rorquals bleus, les rorquals communs et les baleines à bec qui sont en péril. L’autorisation délivrée pour le programme de la Marine fixe la limite de 13 mortalités pour les rorquals bleus et 10 pour les baleines à bec. Les populations de rorquals bleus du Pacifique du Nord-Ouest sont classées en voie de disparition et n’ont pas augmenté depuis deux décennies. Quant aux baleines à bec, le sort de leur population est critique avec un nombre estimé à 150 individus, avec seulement 30 femelles en âge de procréer. Le NRDC tire le signal d’alarme, considérant que les impacts de ce programme seront dévastateurs pour ces baleines et qu’ils réduiront de manière significative les efforts des programmes de conservation menés pour leur rétablissement.

Sources:

Sur le site de Nature Resources Defense Council (en anglais seulement):
Communiqué: Groups Sue Feds for Putting Whales and Dolphins in Crosshairs throughout Southern California and Hawaiian Waters

Pour voir la carte des essais et écouter les entrevues (1 min 5 sec):

Sur le site de 89.3 KPCC (en anglais seulement):
Navy granted permit to increase sonar activity that may harm marine mammals

Pour en savoir plus:

Sur le site de Nature World News (en anglais seulement):
US Navy Sued for Violating Marine Mammal Protection Act in Connection with Sonar Training Exercises

Sur le site du Los Angeles Times (en anglais seulement):
Suit alleges U.S. ignored ‘best available science’ in sonar ruling

Sur le site du Natural Resources Defense Council (en anglais seulement):
Le dossier de la poursuite: Complaint for declaratory and injunctive refiel

Sur le site de la National Oceanic Atmospheric Administration (en anglais seulement):
NOAA announces regulations to protect marine mammals during Navy training and testing in waters off California and Hawaii

Sur le site de Baleines en direct:
La pollution sonore
Les sonars
La baleine à bec commune

Actualité - 6/2/2014

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Marie-Hélène D’Arcy: le regard le plus aiguisé du GREMM

Afin de souligner la Journée internationale des femmes et des filles en science, l’équipe de Baleines en direct a voulu…

|Actualité 11/2/2020

GNL Québec promet de créer un fonds pour contrer la pollution sonore sous-marine

Par voie de communiqué, GNL Québec s’est engagé à mettre en place un fonds de 5 millions de dollars pour…

|Actualité 11/2/2020

Un moment de mise bas de rorqual à bosse filmé pour la première fois

Au large de Maui, Hawaii, un capitaine de croisière d’observation des baleines observe trois rorquals à bosse. Selon lui, il…

|Actualité 6/2/2020