Le gouvernement du Canada se réjouit de l´abandon de ce projet d´une nouvelle réglementation pour les navires circulant dans les Grands Lacs et le Saint-Laurent qui aurait paralysé le trafic. Les règles actuelles lui semblent suffisantes, car aucune nouvelle espèce envahissante n´a été observée depuis 2006. Mais la surveillance doit être maintenue. On se souvient de l´alerte causée en 2004 par le crabe à mitaines.

Dans un communiqué de presse publié le 22 février 2012, Joe Martens, commissaire du New York State Department of Environmental Conservation (NYDEC), a reconnu que la navigation et les activités maritimes sont essentielles pour l ‘État de New York et pour le commerce international, et s´est dit en faveur d´une approche nationale en ce qui a trait à la réglementation des eaux de ballast aux États-Unis. C´est donc ainsi qu´il exprime son renoncement, pour le moment, à un projet de réglementation très stricte sur la gestion des eaux de ballast des navires. Ce projet visait la circulation dans le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent que les États-Unis et le Canada se partagent.

Un règlement jugé fiable prime sur des exigences « irréalistes »

Depuis l´instauration d´un système binational d´inspection en 2006, le gouvernement du Canada soutient que les règles actuelles sont suffisantes puisqu´aucune nouvelle espèce provenant des eaux de ballast n´a été signalée dans le réseau. Les deux pays ont collaboré pour mettre en place des règlements pour gérer les eaux de ballast et réduire l ‘invasion d´espèces exotiques, telle la moule zébrée, originaire de la mer Caspienne, qui est apparue dans le Saint-Laurent en 1988. Avant leur arrivée sur le continent, les navires sont tenus d´évacuer au large l´eau prélevée dans leur port de départ pour assurer leur stabilité pendant la navigation, et de pomper l´eau de l´océan pour reconstituer leur ballast.

« Le Canada félicite l´État de New York d´avoir abandonné ses exigences irréalistes concernant les eaux de ballast et convient que des normes uniformes constituent le meilleur moyen de protéger le milieu marin », a déclaré M. Poilievre, secrétaire parlementaire du ministre canadien des Transports. Selon lui, la fermeture de la Voie maritime du Saint-Laurent au niveau des écluses de l´État de New York et les navires en transit auraient paralysé la navigation commerciale et mis en péril près de 11 milliards de dollars de revenus d´entreprises et plus de 72 000 emplois au Canada et aux États-Unis.

Le crabe à mitaines est-il encore là?

Entre 2004 et 2007, sept spécimens de crabe à mitaines (Eriocheir sinensis) ont été découverts dans le fleuve à la hauteur de Québec et semé l´inquiétude. Ce crustacé se reproduit à une vitesse folle, et ses juvéniles creusent des trous qui peuvent accélérer l´érosion des berges. Cette espèce robuste, en provenance de Chine, est considérée comme une des 100 espèces les plus envahissantes du monde par l´Union internationale de conservation de la nature (UICN). Cependant, aucun spécimen n´a été trouvé depuis, selon le dernier bilan du réseau de surveillance du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) du Québec, dressé essentiellement à partir des prises inhabituelles des pêcheurs commerciaux.

Selon Guy Verreault, biologiste au MRNF, ces signalements correspondent « à l´époque où l´espèce était très abondante en Europe ». Il poursuit son explication citée dans le journal Le Soleil: si les adultes supportent bien le froid, les larves ont besoin d´une température entre 15 °C et 25 °C. Dans l´eau froide de l´estuaire, n´atteignant 15 °C qu´un mois par an, les larves n´arrivent pas à se développer. Quant aux individus dispersés, ils ont peu de chance de se rencontrer pour se reproduire.

C´est sur cette note d´espoir que Guy Verreault conclut, sans toutefois crier victoire. Selon lui, les programmes de surveillance doivent être maintenus. En Europe, le nombre de ces crabes a explosé après quelques années de discrétion relative. [Canoe, CNW, Transports Canada, Le Soleil]

En savior plus

Sur le site de Soleil : Crabe chinois à mitaines: menace écartée?

Actualité - 22/3/2012

Christine Gilliet

Articles recommandés

15 baleineaux porteurs d’espoir pour les baleines noires

De novembre à avril, les baleines noires de l’Atlantique Nord donnent naissance à leurs baleineaux dans les eaux chaudes de…

|Actualité 30/3/2022

Les mesures de protection des baleines noires reconduites en 2022

Le jeudi 10 mars, Pêches et Océans Canada a annoncé les mesures de protection qui seront mises en place cette…

|Actualité 28/3/2022

Un bouchon oral pour éviter aux rorquals de s’étouffer avec l’eau de mer

La famille des rorquals inclut les plus grands animaux de la planète. Afin de satisfaire leurs besoins énergétiques gargantuesques en…

|Actualité 24/2/2022