Durant la saison hivernale, différentes espèces de phoques sont naturellement présentes sur les rives de l’estuaire du Saint-Laurent, et ils représentent la majorité des signalements que reçoit le 1-877-7baleine durant cette période. Voici donc un rappel si vous observez un phoque:

Il est toujours important de respecter une distance d’au moins 50 mètres (150 pieds) avec un phoque vivant, en difficulté ou non. En effet, ces animaux peuvent sembler paisibles et inoffensifs lorsqu’on les observe, mais n’oublions pas, aussi mignons qu’ils puissent paraitre, ce sont des animaux sauvages qui peuvent avoir des réactions imprévisibles et parfois devenir agressifs s’ils se sentent en danger.

Les phoques vivent naturellement une partie de leur vie sur la terre ferme. Il n’est donc pas anormal de les observer sur les rives ou sur les glaces. Malgré leur appartenance aux mammifères marins, au même titre que les baleines, les phoques ont conservé un lien avec la terre. Contrairement aux baleines, les phoques se reproduisent et donnent naissance sur les rives ou les glaces. La période des naissances varie selon l’espèce, mais se produit généralement de la fin de l’hiver au printemps, soit de février jusqu’à la mi-juin. Le jeune peut rester seul sur terre plusieurs jours à attendre que sa mère revienne le nourrir. De plus, les phoques ont besoin de se reposer sur terre, parfois durant plusieurs heures.

Si le phoque commun, présent toute l’année dans le Saint-Laurent, mesure 1,5 mètre (4,9 pieds), et pèse 100 kg (220 lb), un phoque à capuchon lui, peut mesurer 2,5 mètres (8,2 pieds) et peser 300 kg (660 lb), sans compter leur puissante mâchoire. Mieux vaut donc garder ses distances et les observer de loin sans les déranger.

Pour toutes ses raisons, il ne faut en aucun cas inciter un phoque à retourner à l’eau. C’est d’ailleurs un acte illégal selon le Règlement sur les mammifères marins du Canada. Si vous observez un phoque vivant, et que vous avez un doute sur sa condition, prenez des photos et/ou vidéos et contactez rapidement le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

Si vous trouvez un mammifère marin mort ou en difficulté, veuillez le signaler rapidement en composant le 1-877-7BALEINE (1-877-722-5346).

Urgences Mammifères Marins - 27/11/2019

Méduline Chailloux

Méduline Chailloux s’est jointe au GREMM en 2018 comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins. Sa soif de partager et d’apprendre des histoires de baleines l’a amenée à revenir en tant que chef-naturaliste en 2019 et à devenir répondante au Centre d’appels d’Urgences Mammifères Marins. Depuis septembre 2019, elle est responsable par intérim du Centre d’appels.

Articles recommandés

Un marsouin commun meurt des attaques de dauphins

Pour le marsouin commun, les menaces ne viennent pas seulement des activités humaines. Le plus petit cétacé à fréquenter le…

|Urgences Mammifères Marins 2/3/2021

Un jeune phoque gris dans les terres aux Îles-de-la-Madeleine

Quand un jeune phoque gris se retrouve à près d’un kilomètre à l’intérieur des terres aux Îles-de-la-Madeleine, que faire? C’est…

|Urgences Mammifères Marins 5/2/2021

Après analyse complète, on ne connait pas la cause de la mort du rorqual à bosse vu à Montréal

Malgré les analyses des croisements de données de conditions corporelles, de comportements et de la carcasse d’une femelle rorqual à…

|Urgences Mammifères Marins 27/1/2021