Premiers cétacés en vue depuis plusieurs semaines! C’est depuis le quai des Pilotes des Escoumins, le 25 février dernier, qu’une riveraine aperçoit de petites taches blanches familières entre les gros glaçons de l’estuaire. Eh oui, il s’agit bel et bien d’un petit groupe de bélugas! La plupart de ces canaris des mers passent la saison hivernale à l’embouchure du golfe du Saint-Laurent, où la glace est moins abondante. Il n’est cependant pas hors norme que certains individus dérogent à la règle et s’aventurent plus en amont pendant cette période.

Non loin de là se trouvent aussi des phoques communs par dizaines, nous rapportent des pilotes de bateau. «Il y en a plusieurs sur les rives! Beaucoup s’aventurent dans la baie des Escoumins.», rapportent-ils. Sur l’autre rive, en Gaspésie, une riveraine voit chaque jour, elle aussi, quelques phoques communs dans la baie de Gaspé. Les glaces sont abondantes et épaisses cette année, remarquent plusieurs observateurs. Cela est bénéfique aux espèces de phoques qui fréquentent les eaux du Québec, puisque plusieurs d’entre elles en dépendent pour se reposer et se sécher entre deux périodes d’alimentation, ainsi que pour mettre bas.

Sous la glace

Le froid assiège toujours la Côte-Nord, et le Saint-Laurent revêt toujours son manteau immaculé. À Gallix, la banquise s’étend à l’horizon. Entre ciel et mer, c’est le calme plat : aucun pinnipède ne montre le bout de son museau, et les souffles de cétacés sont toujours absents. Mais si l’on jette un coup d’œil sous la glace, il est possible de voir quelque chose d’unique à cette saison rigoureuse! «L’hiver, il n’y a pas de grosses floraisons de phytoplancton dans le Saint-Laurent, donc au lieu d’être verte et opaque, l’eau est toute bleue et cristalline!», raconte le navigateur Jacques Gélineau après une plongée frigorifique. «C’est très beau à voir.», poursuit-il.

En effet, la présence de glace réduit considérablement la luminosité dans certaines régions du fleuve pendant l’hiver. Combinée à des températures polaires, cela empêche le phytoplancton de prospérer autant qu’aux moments plus chauds de l’année. Il survit toutefois à ces conditions plus inhospitalières et arrive même à croître un peu.

Un bonbon pour les yeux à voir en vidéo!

Vous avez vu un phoque ou une baleine?

Partagez avec nous votre observation et vos photos en nous écrivant à [email protected] ou sur notre page Facebook.

Observations de la semaine - 3/3/2022

Elisabeth Guillet Beaulieu

Elisabeth Guillet-Beaulieu a rejoint le GREMM en tant que rédactrice scientifique au début de l'automne 2021. Depuis toujours, elle est animée par un amour inépuisable de la biologie marine et des milieux aquatiques, amour qui se manifeste aujourd'hui dans la poursuite d'une carrière scientifique. Détentrice d'un baccalauréat en sciences biologiques, cette enthousiaste de l'environnement et de la conservation des milieux naturels a rejoint l'équipe de Baleines en direct dans l'espoir de partager sa passion contagieuse des mammifères marins tout en achevant sa maîtrise en environnement et développement durable.

Articles recommandés

Le calme avant les grands froids

À l’horizon, sur les glaces et dans les flots, les semaines s’enchainent et ne se ressemblent pas. Peu de mammifères…

|Observations de la semaine 2/2/2023

Des grands rorquals en hiver

C’est un matin blanc de janvier et le vent glacial souffle au large sur le fleuve lorsqu’une riveraine assise bien au chaud…

|Observations de la semaine 26/1/2023

Bye, bye les baleines, bonjour les phoques!

Après avoir fait sensation il y a deux semaines avec une présence remarquée à Percé et quelques passages du côté…

|Observations de la semaine 19/1/2023