Les rorquals à bosse sont parmi les baleines les plus étudiées. Fidèles à leurs routes migratoires et à leurs aires de reproduction hivernales et d’alimentation estivales, cette régularité facilite leur suivi à travers le monde.

Le projet SPLASH (Structure of Population, Levels of Abundance and Status of Humpback Whales), a permis d’identifier les zones d’alimentation des rorquals à bosse dans la portion nord du Pacifique. Elles se situent du sud de la mer des Tchouktches jusqu’au nord du Japon à l’ouest, et jusqu’au sud de la Californie à l’est (mer de Béring, golfe de l’Alaska, côte ouest du Canada). Ces populations se reproduisent principalement autour de l’archipel d’Hawaii qui accueille une des plus grandes populations du nord du Pacifique, mais aussi près des îles au sud du Japon et à l’ouest du Mexique (Basse-Californie, Îles Revillagigedo). Grâce à la photo-identification, on a suivi les 4830 km de migration d’un rorqual à bosse parti de l’Alaska jusqu’aux îles d’Hawaii en seulement 36 jours, soit 134 km par jour à une vitesse de 5-6 km/h.

Les projets YoNAH (Years of North Atlantic Humpbacks)et MoNAH (More North Atlantic Humpbacks) ont suivi les rorquals à bosse dans l’Atlantique. Ces derniers fréquentent les zones d’alimentation depuis la mer du Labrador, la mer du Groenland et la mer de Barents jusqu’au golfe du Maine et la côte ouest de l’Irlande (golfe du Saint-Laurent, côte du Labrador et de Terre-Neuve, ouest du Groenland, est de l’Islande et de la Norvège). Ils se reproduisent dans les eaux chaudes des Caraïbes et les Antilles ainsi que les îles de Cap-Vert, état insulaire de l’Afrique de l’Ouest. Bien qu’on croyait que les populations de l’est de l’Atlantique fréquentaient plutôt les îles de Cap-Vert, il semblerait que certains individus se rendent tout de même dans les Caraïbes pour se reproduire. Une des plus longues migrations enregistrées: sept rorquals à bosse, dont un baleineau, partent du Costa Rica et traversent les quelque 8300 km les séparant de l’Antarctique, leur point d’arrivée.

Les rorquals à bosse de l’hémisphère sud fréquentent les zones riches des régions circumpolaires de l’Antarctique pour s’y alimenter et migrent ensuite vers diverses zones de reproduction: Australie et îles d’Océanie, côte de Madagascar, côte du Gabon, côte du Brésil, à l’est de l’Amérique du Sud. La population résidente de l’océan Indien, demeure dans la mer d’Arabie, le golfe d’Aden et la baie du Bengale.

En savoir plus :

Le projet SPLASH

Le projet MoNAH

Le suivi de la migration d’un rorqual à bosse de l’Atlantique

Comment les baleines peuvent-elles supporter les différences de salinité et de température au cours des migrations? 

La plus longue migration enregistrée: le cas d’une baleine grise du Pacifique

Les baleines en questions - 8/7/2015

Camille Bégin Marchand

Camille Bégin Marchand a travaillé au GREMM de 2013 à 2018. Elle a commencé comme naturaliste au Centre d’interprétation des mammifères marins, mais son intérêt pour l’écriture scientifique l’a menée à travailler comme rédactrice pour Baleines en direct. Passionnée par la biologie et amoureuse de la région, elle fait aussi une maitrise en sciences de la forêt en collaboration avec l’Observatoire d’Oiseaux de Tadoussac.

Articles recommandés

Les baleines peuvent-elles saliver?

On le sait, les baleines sont de bonnes mangeuses et peuvent repérer leurs proies de loin, certaines grâce au sens…

|Les baleines en questions 13/11/2020

Quel est l’impact des forages sous-marins sur les baleines?

Alors que trois projets de forages pétroliers au large de Terre-Neuve bénéficient d'un coup d'accélérateur de la part du gouvernement…

|Les baleines en questions 22/10/2020

Le Saint-Laurent peut-il s’illuminer grâce à la bioluminescence?

Il est 21h, et une dizaine de kayakistes s’aventurent sur le Saint-Laurent pour une excursion avec la compagnie Mer et…

|Les baleines en questions 9/10/2020