Immergés dans l’eau, ces mastodontes se retrouvent dans un milieu qui peut atteindre des salinités très élevées et où la chaleur se transfère 25 fois plus rapidement que dans l’air. À l’échelle mondiale, les masses d’eau varient énormément en température et salinité. Mais les baleines étant des mammifères comme nous, ces paramètres demeurent stables dans leurs corps. Certaines espèces, comme le narval en Arctique, se restreignent à des zones géographiques, tandis que d’autres voyagent annuellement d’un milieu tropical à tempéré ou arctique, comme le rorqual à bosse qui parcoure jusqu’à 5000 km durant ses migrations.

Afin de tolérer une eau passant d’environ 25°C aux tropiques à 5°C et moins, les baleines sont dotées d’une épaisse couche de graisse qui limite les variations de température. Le béluga et d’autres espèces polaires ont même une peau plus rigide. Également, elles contrôlent leur chaleur interne en diminuant ou en augmentant le flux sanguin dans les vaisseaux situés tout juste sous la peau. Vous avez remarqué le ventre rose des petits rorquals quand ils sont actifs? Ils évacuent leur chaleur et leur peau blanche prend alors une teinte rosée.

Et puis c’est en milieu salin que la nourriture des baleines se concentre et qu’elles se reproduisent. Pour contrer les fortes salinités, les reins des cétacés sont très efficaces et peuvent produire une urine plus salée que l’eau de mer. De plus, elles ne perdent pas d’eau par la peau, à l’inverse des mammifères terrestres qui transpirent. Lorsqu’elles se retrouvent en eau saumâtre ou même douce, comme c’est le cas pour les dauphins de rivières, leur urine devient alors très diluée. Les cétacés ont donc développé des adaptations qui maintiennent leur stabilité interne, et ce, malgré les conditions changeantes des différents écosystèmes marins qu’ils fréquentent.

En savoir plus

La migration

Les baleines en questions - 23/8/2012

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Quel est l’impact d’une collision sur la vie sociale d’un cétacé ?

Lorsqu'on évoque les impacts d'un accident entre un navire et un mammifère marin, on se concentre généralement sur les conséquences…

|Les baleines en questions 19/1/2021

Comment rester optimiste face à l’avenir des baleines?

En conservation et en recherche, les efforts pour mettre à jour les connaissances sur les cétacés et les protéger se…

|Les baleines en questions 18/12/2020

La consanguinité, un problème pour les baleines en voie de disparition ?

Il resterait près de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, et probablement moins d'une dizaine de vaquita…

|Les baleines en questions 26/11/2020