Le ministère Pêches et Océans Canada étudie la possibilité de protéger deux espèces en les inscrivant sur la liste de la Loi sur les espèces en péril: la baleine boréale de l’est du Canada et de l’ouest du Groenland ainsi que l’épaulard de l’Atlantique Nord-Ouest et de l’est de l’Arctique. Leur situation a été évaluée comme «préoccupante» par le COSEPAC. Le gouvernement fédéral souhaite récolter les opinions des citoyens sur ce sujet, d’ici le 15 mars 2015.

Si les deux espèces étaient inscrites sur la liste en vertu de la Loi sur les espèces en péril, elles devraient bénéficier d’une protection supplémentaire. Un plan de gestion devra être élaboré. Il fixe des buts et des objectifs pour maintenir le niveau de population durable d’espèces qui sont particulièrement sensibles à des facteurs environnementaux, mais qui ne sont pas menacées de disparition.

Avant de décider de l’inscription d’une espèce sur la liste en vertu de cette loi, Pêches et Océans Canada (MPO) souhaite obtenir l’opinion des Canadiennes et des Canadiens. Ceux-ci pourront émettre leurs commentaires et suggestions sur les possibles répercussions écologiques, culturelles et économiques de l’inscription ou de la non-inscription de l’espèce. Ces répercussions, qu’elles soient considérées comme positives ou négatives, peuvent concerner un citoyen, une industrie, une communauté ou l’écosystème. Les commentaires doivent parvenir au ministère d’ici le 15 mars 2015. Dans la page Web du site gouvernemental qui regroupe les documents de consultation, on peut répondre au questionnaire en six points et l’envoyer par la poste ou par courriel.

La baleine boréale

La baleine boréale (Balaena mysticetus) de l’est du Canada et de l’ouest du Groenland passe l’été dans l’ouest de la baie de Baffin, l’Extrême-Arctique canadien, le nord du bassin de Foxe et le nord-ouest de la baie d’Hudson. On croit qu’elle hiverne là où la banquise n’est pas consolidée, comme dans la baie et le détroit d’Hudson, au sud de la baie de Baffin ou au large de la côte ouest du Groenland. Elle a été placée par le COSEPAC sous le statut d’espèce «préoccupante» en 2009, la chasse commerciale ayant mis l’espèce est en péril. Une petite chasse de subsistance est encore permise pour les Inuits.

Selon MPO, cette population, estimée à environ 6000 individus, serait en augmentation. Elle est toutefois vulnérable en raison de certains aspects de son cycle biologique, notamment la longue durée de génération et le taux de croissance naturelle très faible. Le cumul des menaces générées par les activités humaines explique le statut préoccupant donné par le COSEPAC: la pollution sonore de l’exploration et l’exploitation pétrolières et gazières, les empêtrements dans des engins de pêche, les collisions avec les navires dont le trafic augmentera avec l’ouverture des passages maritimes du Nord, la pollution chimique et les changements climatiques.

L’épaulard

L’épaulard (Orcinus orca) de l’Atlantique Nord-Ouest et de l’est de l’Arctique était jadis commun dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent, mais on l’observe désormais le plus souvent dans les eaux côtières de Terre-Neuve-et-Labrador, dans l’est de l’Arctique et dans la baie d’Hudson. La situation de la population, estimée à moins de 1000 individus matures, a été évaluée comme «préoccupante» par le COSEPAC, en 2008. L’épaulard (appelé aussi orque) fait l’objet d’une chasse traditionnelle et de subsistance. La petite taille de la population et son faible taux de croissance s’ajoutent aux mêmes menaces d’origine humaine qui pèsent sur la baleine boréale et justifient sa désignation d’espèce préoccupante. Toutefois, le recul de la glace de mer semble lui donner accès à davantage d’habitat et de proies.

Sources

Sur le site du gouvernement du Canada:

Registre public des espèces en péril

Documents de consultation pour la baleine boréale

Documents de consultation pour l’épaulard

On a aimé écouter

Sur le site de YouTube:

Baleine boréale. Chant (vidéo de 5 min 58 s)

On a aimé regarder

Sur le site d’Explora:

Le retour de la baleine boréale (extrait de 1 min 54 s du documentaire)

Sur le site de YouTube:

La baleine boréale (vidéo de 3 min 01 s)

Pour en savoir plus

Sur le site de Pêches et Océans Canada:

La baleine boréale de l’est du Canada et de l’ouest du Groenland (fiche signalétique)

L’épaulard, population de l’Atlantique Nord-Ouest et de l’est de l’Arctique (fiche signalétique)

Sur le site de Baleines en direct:

La baleine boréale (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs et des Nouvelles du large)

L’Épaulard

L’épaulard (archives des Actualités d’ici et d’ailleurs et des Nouvelles du large)

Actualité - 5/2/2015

Collaboration Spéciale

Articles recommandés

Deux battements par minute sous l’eau: le rorqual bleu a un sacré cardio!

Fait rare dans la recherche sur les cétacés, une équipe a réussi à placer sur le dos d’un rorqual bleu…

|Actualité 6/1/2020

Baleine noire de l’Atlantique Nord: sombre bilan pour 2019 atténué par une mobilisation

L'année 2019 n'a pas été particulièrement réjouissante pour la baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition…

|Actualité 6/1/2020

Des histoires de baleines pour le temps des Fêtes

L’équipe de Baleines en direct a concocté une liste de lectures pour se plonger dans le monde des baleines.

|Actualité 18/12/2019