«C’est merveilleux au large! Il y a des bosses, des communs, des petits rorquals, ça n’arrête pas!» s’exclame le photographe Renaud Pintiaux. Dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent, les baleines se rassemblent autour des bancs de poissons en des groupes particulièrement denses à marée haute. Dans le tout petit bout de Saint-Laurent que représente la tête de l’estuaire, les chercheurs du GREMM ont ainsi pu identifier cette semaine une dizaine de rorquals à bosse différents et environ treize rorquals communs… mais il y en a probablement plus.

«C’est l’abondance!», lance une naturaliste travaillant sur les bateaux de croisière. Breach, coups de pectorales et de caudales dans l’eau, et autres acrobaties ont été régulièrement au programme des croisières.

À ces festivités entre rorquals s’invitent parfois marsouins communs et phoques. «Lors d’une sortie, on a croisé quatre énormes phoques gris devant le quai des Bergeronnes. Je n’en avais jamais vu d’aussi gros. Ils étaient très tranquilles, se reposant tête hors de l’eau», raconte le photographe.

À chacun son poisson

Le parc marin n’est pas le seul à accueillir une vie trépidante. Des observateurs situés à Pointe-des-Monts et Godbout nous signalent aussi de gros rassemblements de rorquals au large. Lors d’une sortie en famille, un riverain dénombre au moins dix rorquals à bosse différents, deux communs et une vingtaine de petits rorquals regroupés à quelques milles au large de la côte, dans ce qui semble être un banc de poissons.

«Les gens de la baie de Sept-Îles étaient joyeux ce soir!, écrit une lectrice. Un beau petit rorqual se nourrissait près de la berge du vieux quai. Un autre était plus au large. Je les ai observés pendant une bonne heure.  Cette semaine, j’ai également observé des phoques tous les jours et quelques marsouins ».

 

Dans la région de Baie-Comeau, marsouins communs et petits rorquals s’alimentent avec entrain «Le lançon est présent à la tonne près du quai de Baie-Comeau, souligne un observateur, mais aussi tout le long de la baie Saint-Pancrace, alors les petits rorquals s’y alimentent pour le plus grand plaisir des riverains. Cormorans et fous de Bassan plongent aussi dans les bancs de lançon.» Lundi, des dauphins à flancs blancs sautent au large de Franquelin.

En début de semaine, les observateurs ont signalé de nombreux bélugas en alimentation au large de Rivière-du-Loup. Visiblement les poissons sont abondants ici: «J’ai vu des phoques remonter avec des bars rayés dans la bouche», raconte une observatrice. Les bélugas sont présents en petite quantité à Cacouna, en grand nombre au large de Grande Île, et sont repérés presque quotidiennement dans le fjord du Saguenay, descendant ou remontant en direction de la baie Sainte-Marguerite au gré des courants et des marées. Un lecteur nous signale également le passage d’un troupeau de bélugas bien blancs au large d’Essipit samedi dernier.

Le retour des bleues et un marsouin blanc

Elles se faisaient désirer! Les baleines bleues, ces géantes des mers, manquaient à l’appel depuis plusieurs semaines. Mardi, elles sont deux à avoir été observées dans le détroit d’Honguedo, entre la péninsule gaspésienne et l’ile d’Anticosti. Deux jours plus tôt, un autre individu a également été photographié par l’équipe du MICS à l’ouest d’Anticosti. De quoi réjouir les amoureux des rorquals bleus qui se languissaient.

Dans l’archipel de Mingan, on rapporte aussi la présence de deux rorquals à bosse, de deux rorquals communs, de quelques dauphins, de phoques gris et de nombreux marsouins. Surprise: l’un de ces marsouins semble albinos! L’albinisme existe chez plusieurs espèces de cétacés, mais reste un phénomène rare et surprenant à observer. Une habituée de l’archipel nous signale aussi de nombreuses observations de requins pèlerins.

Le plaisir des sens

 

En Gaspésie, les observateurs s’émeuvent des cabrioles colorées des dauphins à flancs blancs dans la baie de Gaspé et au large de Saint-Yvon. Quelques rorquals, grands et petits, nagent encore au large du cap Gaspé et deux rorquals à bosse sont observés claquant des pectorales mardi depuis les rives de Saint-Yvon.

Observer une baleine, c’est beau, mais l’entendre, c’est encore plus fantastique. Jeudi soir, lors d’une sortie sur le fleuve à la hauteur des Escoumins, une kayakiste assiste au breach d’un petit rorqual suivi de ce qu’elle décrit comme une longue complainte. «Un son étonnant, que je n’avais jamais entendu», raconte-t-elle. Cette observation nous intrigue, car les petits rorquals vocalisent peu et leurs sons s’entendent rarement hors de l’eau. Ils produisent des sons de basses fréquences, parfois sous forme d’impulsions ressemblant à des grognements, d’autres fois sous forme de pulsations.

Les bélugas, eux, sont réputés pour être particulièrement vocaux. Ils ne se sont d’ailleurs pas privés de jacasser, samedi dernier. Plusieurs témoins rapportent des vocalises et des comportements d’espionnage de surface (ou spy hopping) au niveau de Pointe-Noire. Il se trouve que ce jour-là, un incendie s’était déclaré sur les collines bordant la baie de Tadoussac et plusieurs avions-citernes étaient en action pour éteindre ce feu, puisant de l’eau dans le Saguenay. Bien qu’il soit difficile de conclure que les deux événements sont liés, on peut imaginer que les bélugas ont noté eux aussi une activité inhabituelle.

Une collaboratrice du GREMM, elle, a fait une expérience sensorielle bien différente puisqu’à l’occasion d’une sortie en croisière, un rorqual commun est sorti respirer à quelques mètres du bateau. Elle peut alors noter la taille des évents «larges comme des assiettes» et l’odeur du si fameux, mais pas si appétissant, souffle de baleine.

Où sont les baleines cette semaine? La carte des observations

Ces données ont été rapportées par notre réseau d’observatrices et observateurs. Elles donnent une idée de la présence des baleines et ne représentent pas du tout la répartition réelle des baleines dans le Saint-Laurent. À utiliser pour le plaisir!

Cliquez sur les icônes de baleine ou de phoque pour découvrir l’espèce, le nombre d’individus, des informations supplémentaires ou des photos de l’observation.  Pour agrandir la carte, cliquez sur l’icône du coin supérieur droit. La carte fonctionne bien sur Chrome et Firefox, mais pas aussi bien sur Safari.

Pour faire apparaitre la liste des observations, cliquez sur l’icône du coin supérieur gauche

Observations de la semaine - 13/8/2021

Laure Marandet

Laure Marandet est rédactrice pour le GREMM depuis l'hiver 2020. Persuadée que la conservation des espèces passe par une meilleure connaissance du grand public, elle pratique avec passion la vulgarisation scientifique depuis plus de 15 ans. Ses armes: une double formation de biologiste et de journaliste, une insatiable curiosité, un amour d'enfant pour le monde animal, et la patience nécessaire pour ciseler des textes à la fois clairs et précis.

Articles recommandés

Les saisons filent sur le Saint-Laurent

Le froid s’installe graduellement sur le Québec. Le vent du Nord souffle, annonçant la saison automnale et, avec elle, une…

|Observations de la semaine 16/9/2021

L’effervescence des cachalots!

Le 5 septembre 2021, dimanche de la longue fin de semaine de la fête du Travail, l’ambiance battait son plein…

|Observations de la semaine 9/9/2021

Une question d’identité

Un narval qui évolue parmi les bélugas, des rorquals à bosse sans matricule et des petits rorquals en quête de…

|Observations de la semaine 2/9/2021