RETROUVAILLES DANS LE SAGUENAY

La saison de terrain du projet d’étude comportementale du béluga du Saint-Laurent est commencée: 15 heures en mer et 6 heures d’observation de bélugas. Accompagnés d’une météo peu clémente qui s’est étalée sur les 3 jours (brume, vent, vagues, pluie), nous avons remonté le fjord du Saguenay depuis son embouchure jusqu’à la baie Sainte-Marguerite. Quand il y a beaucoup de brume et que les vents sont forts au large, le temps est généralement plus calme dans le Saguenay, ce qui nous permet d’échantillonner ce secteur aussi bien important pour les bélugas. Nous profitons donc de ces conditions météo pour l’explorer. Nous avons aussi parcouru le sud de l’île Rouge, en plein milieu de l’estuaire au large de Tadoussac. Au cours de la semaine, nous avons observé un fort pourcentage de «gris», c.-à-d. des juvéniles n’étant pas encore complètement blancs. Lorsque le béluga nait, le veau, il est brun clair. Il devient «bleuvet», soit bleu-gris, à sa deuxième année et sa coloration s’éclaircira avec l’âge. Le passage du gris au blanc survient entre 12 et 16 ans. Aussi, nous avons vu plusieurs femelles accompagnées de jeunes; la taille des troupeaux variant de 2 à 20 individus. La majorité des individus était en déplacement dynamique et directionnel; donc, en route vers un point fixe, sans s’arrêter en chemin.

1er juillet, 11 h: On retrouve une vieille connaissance datant de 1998. Il s’agit d’une femelle, Pacalou, et de son bleuvet. Dans le même groupe, on observe aussi Miss Frontenac, sa fille âgée maintenant d’environ 11 ans, elle aussi accompagnée de son bleuvet. La mère et la fille sont toutes les deux «mamans» en même temps. Elles ont remonté le fjord du Saguenay, de l’anse à la Boule jusqu’aux îles Coquarts.

2 juillet, 15 h: On explore la baie Sainte-Marguerite, secteur restreint où les bélugas y passent plusieurs heures, dont beaucoup de temps à arpenter la surface, effectuant des mouvements en cercle. On observe un groupe d’une vingtaine d’individus. Très actifs, ils se déplacent rapidement et il nous est difficile de dénombrer le nombre d’adultes et de jeunes. Nous prenons des photos à la volée. Parmi eux, on distingue un individu familier: Blanche, une femelle identifiée depuis 2001, âgée de plus de 25 ans qui a récemment été adoptée par la municipalité de Tadoussac.

3 juillet: Nous observons un groupe d’une douzaine d’individus au sud de l’île Rouge qui font des allers-retours dans tous les sens. Lorsque ce comportement est observé, il se produit presque toujours dans ce secteur. Peut-être profitent-ils de la faible profondeur pour s’y alimenter, mais reste à savoir de quel type de proie.

En rafale, voici les vedettes qui ont été observées cette semaine: Pacalou, Miss Frontenac, Blanche et DL1050.

Carnet de terrain - 6/7/2015

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec l’équipe mobile… au chevet d’une carcasse de béluga

Par Marie-Maude Rondeau Cet été, je suis intervenante pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM). Je fais…

|Carnet de terrain 15/9/2021

Avec les bélugas… pour une première saison de terrain sur la Grande-Île

Par Jaclyn Aubin Cet été, j’ai eu l’immense plaisir de passer deux semaines sur la Grande-Île de Kamouraska en compagnie…

|Carnet de terrain 8/9/2021

Écrire un article de vulgarisation scientifique en 10 étapes faciles

Moi, dans la vie, j’écris de la poésie. Les histoires de baleines, c’est assez nouveau dans mon parcours. Quand j’ai…

|Carnet de terrain 1/9/2021