BÉLUGAS ET VAGUES SE CONFONDENT

Nous en sommes à la 4e semaine de terrain du projet d’étude comportementale des bélugas du Saint-Laurent. Nous sommes sortis deux journées et nous avons complété 9 h d’observations pour 15 h passées en mer.

Nous avons d’abord exploré le secteur du fjord du Saguenay, de la chute du Caribou-Qui-Pisse jusqu’à la baie Sainte-Marguerite. Nous avons aussi été au large de la municipalité de Petit-Saguenay, à la hauteur de la pointe aux Crêpes. Ensuite, nous avons exploré l’embouchure du fjord du Saguenay, au large de Baie-Sainte-Catherine jusqu’au centre-est de l’île Blanche. La météo au cours des deux sorties nous posait problème: mauvaise visibilité, périodes de brumes et de pluie, fortes vagues et forte couverture nuageuse. Nous avons observé en tout 3 troupeaux d’adultes et de jeunes gris d’environ 15 individus et un troupeau de 80 individus constitué de femelles, de gris et d’un veau. Les animaux étaient plutôt dynamiques: activités de surface, milling (plonger et remonter au même endroit à plusieurs reprises) vocalisations et déplacements multidirectionnels.

Mardi 21 juillet 2015: Les multiples vagues forment des moutons sur l’eau et compliquent le travail, il est plus difficile de repérer les bélugas dans ces circonstances. Nous prenons tout de même plusieurs photos de bélugas portant des marques identifiables. Parmi le troupeau, nous reconnaissons Céline qui nage avec son bleuvet (veau qui a complété au minimum sa première année). Son veau a une déformation qui lui donne l’air d’être bossu, un peu comme Pascolio, une femelle bien connue du secteur du Saguenay qui porte une lordose, c.-à-d. une courbure concave de la colonne vertébrale. Plusieurs bélugas «déformés», comme chez les humains (lordose, scoliose), fréquentent les eaux du Saint-Laurent et du Saguenay. Pascolio, Scolio, Néo et d’autres sont plus facilement reconnaissables par cette caractéristique, mais des photos sont souvent nécessaires pour confirmer une identification sur le terrain. Puis, vers la fin de notre observation, nous rencontrons deux «gris», que nous n’avions pas encore observés à ce jour qui se dirigent très rapidement en sens inverse de notre troupeau. Très vite, ils repartent et quittent le troupeau.

Jeudi 23 juillet 2015: Nous observons un gros troupeau de 80 individus, très dynamiques, qui s’activent en surface. Comme ils vocalisent beaucoup, nous décidons de mettre notre hydrophone à l’eau afin d’enregistrer les sons sous-marins. Le troupeau se divise alors en groupes d’environ 12 individus et il est de plus en plus difficile de tenir le compte. Nous prenons des photos à la volée lorsque nous voyons un individu avec une crête bien distincte. C’est un bon candidat pour une biopsie; biopsie que nous réussissons.

Voici la vedette qui a été observée cette semaine: Céline


Cliquez sur la carte pour naviguez avec le Bleuvet et découvrez les meilleurs moments de la semaine!

Le Bleuvet est un bateau du GREMM. Il est dédié au programme de recherche à long terme sur les bélugas du Saint-Laurent.

© GREMM

Carnet de terrain - 26/7/2015

Équipe du GREMM

Dirigée par Robert Michaud, directeur scientifique, l’équipe de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) étudie en mer les bélugas du Saint-Laurent et les grands rorquals (rorqual à bosse, rorqual bleu et rorqual commun). Le Bleuvet et le BpJAM quittent chaque matin le port de Tadoussac pour récolter de précieuses informations sur la vie des baleines de l’estuaire du Saint-Laurent.

Articles recommandés

Avec les bélugas… et une fin de saison sous les premiers flocons

Carnet de terrain écrit en collaboration avec Laurence Tremblay Une saison de terrain pleine de rebondissements se termine pour l’équipe…

|Carnet de terrain 5/11/2020

Avec les visiteurs… au Centre d’interprétation des mammifères marins en période de COVID-19

Qu’elles se déroulent sur l’eau ou sur la terre, les activités de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur…

|Carnet de terrain 9/9/2020

Avec les bélugas… photographiés de la rive

Depuis 8h le matin, l’assistant de recherche du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Mathieu Marzelière,…

|Carnet de terrain 3/9/2020