Deux nouveaux cas de baleines noires mortes ont été confirmés aujourd’hui par Pêches et Océans Canada. Une septième baleine noire dérivant dans le golfe du Saint-Laurent a été repérée le 18 juillet lors d’un survol aérien à l’ouest des Îles-de-la-Madeleine. Elle a été remorquée par la Garde côtière canadienne le 19 juillet, en vue d’une nécropsie complète. L’analyse de la carcasse devrait avoir lieu le 21 juillet en Gaspésie, à Grand-Étang, dans l’espoir de documenter ce qui a pu arriver à l’animal. Pour le moment, l’individu n’est pas identifié.

Le 19 juillet, une autre carcasse de baleine noire a aussi été repérée. Cette carcasse avait en fait été signalée le 24 juin par un pêcheur, mais il n’avait pas été possible de la retrouver et de pouvoir identifier avec certitude l’espèce. La décomposition avancée ne permettra pas d’effectuer de nécropsie. Avec cette découverte, le compte est maintenant de huit carcasses de baleines noires.

Les baleines noires de l’Atlantique Nord forment une population en voie de disparition. La perte de plus de 1% de la population en une seule saison inquiète les chercheurs et chercheuses. Le gouvernement du Canada a annoncé récemment des renforcements de ses mesures de prévention des collisions et des empêtrements. Depuis jeudi, des agents des pêches collaborent avec la garde côtière pour retirer les engins de pêche (cordages, casiers, bouées, etc.) perdus par les pêcheurs, afin d’éviter que des baleines s’y empêtrent.

Au cours des dernières semaines, trois baleines noires ont été repérées empêtrées dans du matériel de pêche. Les empêtrements peuvent causer d’importantes blessures aux baleines, nuire à leur capacité de se déplacer ou de se nourrir, les épuiser et même les noyer, si le poids des cordages est trop lourd à porter. À long terme, un empêtrement peut aussi réduire la capacité d’une baleine à se reproduire.

Le 16 juillet,  l’équipe de sauvetage des baleines de Campobello, aidée des équipes de Pêches et Océans Canada et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), a pu reprendre ses tentatives de sauvetage de deux baleines noires empêtrées sur trois. Les deux baleines ont pu être délestées de matériel, mais seulement partiellement. Le gouvernement du Canada, en collaboration avec la National Oceanic and Atmospheric Administration, poursuit sa surveillance aérienne pour documenter la présence des baleines noires en eaux canadiennes et pour repérer les baleines empêtrées dans le but de leur venir en aide.

Actualité - 19/7/2019

Marie-Ève Muller

Marie-Ève Muller s’occupe des communications du GREMM depuis 2017. Comme rédactrice en chef de Baleines en direct, elle dévore les recherches et s’abreuve aux récits des scientifiques, des observateurs et observatrices. Issue du milieu de la littérature et du journalisme, Marie-Ève cherche à mettre en mots et en images la fragile réalité des cétacés.

Articles recommandés

Cinq excellentes raisons de célébrer les baleines

Le 19 février, c’est la journée internationale des baleines. Voici 5 raisons d’aimer les baleines! 1. Les baleines ont un…

|Actualité 20/2/2020

Marie-Hélène D’Arcy: le regard le plus aiguisé du GREMM

Afin de souligner la Journée internationale des femmes et des filles en science, l’équipe de Baleines en direct a voulu…

|Actualité 11/2/2020

GNL Québec promet de créer un fonds pour contrer la pollution sonore sous-marine

Par voie de communiqué, GNL Québec s’est engagé à mettre en place un fonds de 5 millions de dollars pour…

|Actualité 11/2/2020